[Poème] Comme toi

Le soir, lorsque je tombe
Ils m’habitent
Ils me veulent

Les réflexions s’enclenchent
J’en tremble, j’en pleure
D’autres fois, c’est la haine qui me prend

Me pénètre
Me supplie
M’enivre

Je me défends
Construis des murs, des barrières
Contre mes envies, mes sens à l’envers

Continuer la lecture de « [Poème] Comme toi »

Marzen Chimonanthe, fiche du personnage

Marzen rêve de la vérité. Il sait que les mensonges l’entourent, que ce soit dans son cercle restreint d’amis ou à la racine même des fondements de l’humanité. Kane a oublié qui il a été, Romane ment sur qui elle est, Paolo empeste la mort, Neige ressemble à cet ange déchu qui habite ses intuitions apocalyptiques, Finale resplendit d’une vie nouvelle, Bastien ne sait plus comment vivre et Prune le perturbe un peu trop pour qu’il puisse s’intéresser à ses secrets. Parmi eux, Annesse…

Continuer la lecture de « Marzen Chimonanthe, fiche du personnage »

Annesse Boisjoli, fiche du personnage

Annesse rêve d’un monde meilleur et elle agit en conséquence. À cinq heures tous les matins, dès que son cadran laisse jaillir sa chanson préférée, La petite fille à onze doigts par un dénommé Nonoco, elle ne pense qu’aux autres, qu’à des moyens d’apporter un peu plus de bonheur dans leur vie.

Organisée, Annesse ne s’oublie pas pour autant ; elle pratique toutes les disciplines qui l’intéressent, telles la natation, la lecture, la cuisine et sa collection d’insectes. Il s’agit de la plus grosse du pays puisqu’elle a été commencée par ses arrières grand-parents, leur descendance vouant un très grand respect aux traditions. D’ailleurs, voilà la valeur la plus importante aux yeux d’Annesse, la famille.

La jeune femme voue également un certain intérêt pour la mort.

Continuer la lecture de « Annesse Boisjoli, fiche du personnage »

"Un petit je t'aime perdu dans un apocalypse naissant", par Folio Mentol

Seul
Sur mon petit trône de bois
Dans les décombres humains
Je souris, dément, j’ai réussi

Je tremble un peu
L’estomac noué
Mon énergie demeure froide
Ma respiration superficielle

Je pense à cet amour
À toi dans mes bras
Au dégât du temps
À la dérision du moment

Mes mains tachées de vent
Quelques gouttes touchent le sol
Alimentent cette graine de la folie
Ne me rendant fidèle qu’à la mélancolie

L’incohérence humaine
Entre les mains de l’inconditionnel
Une solitude lasse
Qui s’endort dans l’imaginaire

Parmi les décombres
Un fou te pleure
T’imagine dans ses bras
Te souris, tendrement

Folio Mentol

Dominic Fortin-Charland
9 mai 2010

"Chercher et trembler", par Kaori

J’ai dix-sept ans et j’empeste la mort.

J’ai tellement tremblé, j’ai tellement cherché…

Mon corps, je l’ai consumé à force de grandes et de petites angoisses : ma vision s’embrouille, assaillie par des migraines ophtalmiques ; les muscles de ma colonne vertébrale se détachent de celle-ci et mon dos s’affaisse ; ma vessie, en stress constant, ne peut plus se vider, complètement folle ; mon estomac ne supporte plus rien ; mon cœur palpite de plus en plus vite… et j’ai mal partout, le matin comme la nuit, un peu plus après chaque insomnie ou après chacune de ces crises, dévoré par l’intensité.

Ces crises…

Trembler…

Continuer la lecture de « "Chercher et trembler", par Kaori »