Aperçu brouillon du prologue de Supermoi vs le Maire !

Il était une fois un enfant comme vous et moi, incapable de s’endormir, inquiet pour le sort du monde, blotti contre son ours en peluche. Des tonnes d’images lui trottaient en tête : tous les jours de nouveaux drames, de nouvelles apocalypses annoncées à la télé… tous les jours de nouveaux cauchemars.

La troisième guerre mondiale, le nucléaire, la couche d’ozone, les abeilles tueuses, les théories de fin du monde de presque toutes les religions… et cet Edmond Dugranger qui lui taxait sans cesse son déjeuner.

En vérité, pas besoin d’écouter les nouvelles pour avoir peur !

Enrico Toupin, notre futur héros, la connaissait bien la violence : il allait à l’école. Ça peut paraître anodin écrit de cette façon, mais certaines écoles échappaient et échappent toujours à toutes lois avec leur cour extérieure transformée en terrain de luttes et leur armée de brutes incomprises en colère.

Continuer la lecture de « Aperçu brouillon du prologue de Supermoi vs le Maire ! »

Une lettre d'Enrico à son grand-père

L’écriture du roman de Supermoi vs le Maire officiellement débuté depuis un moment, j’ai écrit hier l’une des lettres qu’envoie Enrico Toupin (alias Supermoi) à son grand-père, Dotovipe ! La voici la voilà en attendant la version bêta du préambule qui ne serait tarder !

🙂

Continuer la lecture de « Une lettre d'Enrico à son grand-père »

Brève tentative de comprendre l'humanité…

Je propose aujourd’hui une lettre écrite en 2009 dans la peau de Folio Mentol.

À l’époque, je pensais créer le blogue de Folio Mentol, un blogue dans lequel il aurait commenté plusieurs faits de l’actualité et de l’humanité en général. Ce texte est l’un des prototypes d’introduction à ce dit blogue qui a finalement été intégré aux projets en rapport à Cécile Legrand !

Continuer la lecture de « Brève tentative de comprendre l'humanité… »

Folio Mentol en lien avec Roméo et Juliette… le mystère s'amplifie !

FOLIO MENTOL. Humains, êtes-vous plus sensibles à la tragédie qu’à l’amour ? Comme ces endeuillés parents qui payent le prix de leur haine, devez-vous assister à des drames pour réveiller votre humanité et oser l’effort des bonnes décisions ? Devrez-vous, et il s’agit là d’une proposition sérieuse, patauger dans le sang de vos semblables tués par l’apocalypse de mon ironie pour enfin respecter la vie, vous lever et daigner sauver votre monde ?

[Poème] Je te l'interdis !

Tais-toi, je te l’interdis !
Non, je ne me calmerai pas
Il n’y aura pas de compromis, ni de compréhension
Arrête de pleurer, tais-toi et obéis !

Pour qui te prends-tu ?
Un humain, l’un de ces visages masqués, éteints ?
Tu es l’homme que j’aime
Le pourfendeur de vide, l’homme que j’ai choisi 

Continuer la lecture de « [Poème] Je te l'interdis ! »

[Poème] Mais…

Au creux de tes bras
Je me vois humain
Pathétique
Mélancolique

Il s’en suit une musique
Celle d’un mythe que j’enterre
Fuyant ce nouvel ère
Cette cacophonie

Continuer la lecture de « [Poème] Mais… »

[Poème] P'tit gars

P’tit gars
Ta tête tourne, as-tu perdu le Nord ?
Chaque jour, t’es à terre
Pis tu préfères te taire

Tu m’inquiètes
Avec tes cernes pis ta valise toute faite
Ta mère pleure chaque soir
Comme si t’étais déjà mort

T’avais des rêves, des idéaux
T’avais un monde à sauver
Tu me faisais peur tellement t’était passionné, que t’étais vrai
À 13 ans, tu brillais déjà plus que moé

Continuer la lecture de « [Poème] P'tit gars »

L'épuisement sociétaire, version 2

En mal de la société, ridiculisés, fatigués, nous ne pouvons plus croire en ceux qui détiennent le mandat de nous protéger, ni en nous-mêmes. Pourtant, bien des gens se sont battus pour l’avenir, nos droits, notre liberté, au nom de la justice et du bon sens ! L’évolution nous a rendus aigris, mais dociles, politiquement correct quand ironiquement, la politique n’a plus rien de « correct » depuis longtemps.

À présent, au lieu de rester droits, fiers de nos valeurs, de notre intégrité, nous nous maudissons à coup de bonnes manières, de cachoteries, d’éphémères. Oui, certains braves au milieu des lobotomisés guerroyassent toujours, mais le gouvernement s’amuse à les taire au nom de ceux qui restent assis, vomissant que la majorité du peuple demeure en accord avec leur politique, leur corruption.

Continuer la lecture de « L'épuisement sociétaire, version 2 »

L'épuisement sociétaire, version 1

En mal de la société, ridiculisés, fatigués, nous ne pouvons plus croire en ceux et celles qui détiennent le mandat de nous protéger, ni en nous-mêmes. Pourtant, bien des gens se sont battus pour l’avenir, nos droits, notre liberté, au nom de la justice et du bon sens ! L’évolution nous a rendus lâches, polis, dociles, politiquement correct quand la politique n’a plus rien de « correct » depuis trop longtemps.

À présent, au lieu de rester droits, fiers de nos valeurs, de notre intégrité, nous nous maudissons à coup de bonnes manières, de cachoteries, d’éphémères. Oui, certains braves au milieu des lobotomisés guerroyassent toujours, mais le gouvernement s’amuse à les taire au nom de ceux qui restent assis, vomissant que la majorité du peuple demeure en accord avec leur politique, leur corruption.

Continuer la lecture de « L'épuisement sociétaire, version 1 »