J'ai été renvoyé…

Aujourd’hui, j’ai été renvoyé.

« J’ai une mauvaise nouvelle pour toi, on ne te gardera pas. »

J’entends encore sa voix de gars qui s’en fout résonner à travers le combiné du téléphone.

Continuer la lecture de « J'ai été renvoyé… »

[Court texte] Cher patron qui s'en fout…

C’est dans mes bras qu’elle pleure.

Toi, tu t’en fous, tu le sauras juste pas, à moins qu’en bon citoyen quelque peu sanguin, je te casse la gueule !

Tu l’as renvoyé, sans l’avertir au préalable, sans lui donner une seconde chance, sans lui dire ce qu’elle devait améliorer. Tu ne voulais pas lui laisser de temps, tu l’aimais juste pas ! Pourtant, elle aurait pu s’améliorer, elle s’améliore toujours. Je le sais parce que je partage ma vie avec elle, parce que quand je l’ai connu, elle pleurait pour si, pour ça, fragile comme ça se peut pas et que là, elle se bat !

Pas facile pour une fée de vivre dans un monde d’ogres… mais elle se bat !

Continuer la lecture de « [Court texte] Cher patron qui s'en fout… »

Sans réponse

Attendre
Sa vie entre les mains du temps
D’autrui
D’une paperasse sans logique

Vos formulaires, vos demandes, vos cases, vos questions
Que des leurres
Le rire d’un système inhumain
D’un système d’exclusion

Continuer la lecture de « Sans réponse »

Une éternelle nuit blanche rêve d'une belle de jour

Une centième nuit blanche à jouer le jeu d’une errance contre nature pour le salaire minimum d’un commis censitaire des besoins du profit. J’aimerais croire que cette manière de vivre se veut aussi humaine que marcher de jour, en même temps que le reste de la société, mais je m’interroge.

Je faiblis…

Mon sommeil a cessé de rêver, mes pas également. Plus les jours… pardon, plus les nuits passent, plus malgré la fatigue exubérante, je dors très mal lorsqu’il le faut et bien à n’importe quel autre moment. Plus nuits constatent mon éveil, plus elles s’immiscent dans mon cerveau, le rendant plus aigris, plus las, moins patient, comme si la fatigue mentale, de pair avec le corps, me boudait, tout simplement.

Continuer la lecture de « Une éternelle nuit blanche rêve d'une belle de jour »

Dotovipe, le vieux grincheux du village !

Grand-père d’Enrico Toupin (alias Supermoi), qui vit reclus dans la forêt avec sa petite bande de joyeux lurons, Dotovipe a toujours été doté d’une tête de cochon à toute épreuve, aussi borné et obstiné que l’était son propre père ! Or, si en vieillissant son paternel s’est assagi, son fils décida plutôt de peaufiner chaque parcelle de son sale caractère !

Pour lui, crier et donner des ordres, il n’y a rien de mieux pour se faire comprendre, surtout en présence de gens « sourds qui viennent de la grand’ville » !

Continuer la lecture de « Dotovipe, le vieux grincheux du village ! »

Pratique d'anglais 6 : Without inheritance / Sans héritage

À travers le personnage Popo Marius, fidèle critique du capitalisme, j’ai débuté un texte parlant de l’héritage et de quelle manière le gouvernement et des tiers la dilapident en grande partie. De premiers augures, cela peut sembler abstrait, voire un peu tiré par les cheveux, mais je ne pouvais pas rester silencieux face à une bien curieuse situation qui me hante en ce moment.

Je pensais terminer le texte (mi-poème, mi-article d’opinion) au complet aujourd’hui, mais je prendrai finalement un peu plus de temps pour le retravailler ; il le faut, vu la complexité du sujet ! En attendant, voici les deux premières phrases, en français et en anglais, pour me pratiquer !

Continuer la lecture de « Pratique d'anglais 6 : Without inheritance / Sans héritage »

Deux sondages sur des noms "particuliers" !

Nous choisissons rarement notre prénom, encore moins notre nom de famille ! Dans ce sens, je trouve parfois paradoxal de chercher les noms les plus « épiques » pour mes héros, préférant parfois leur infliger le même sort qu’à nous, celui de ne pas pouvoir choisir et d’en subir les conséquences (quelques fois drôles, d’autres fois pénibles) !

Continuer la lecture de « Deux sondages sur des noms "particuliers" ! »