Qu'un seul regard

telle une vilaine ruse effilochée
son essor candide me fend l’âme d’un coup de fouet
me traverse les testicules jusqu’à la moelle
m’oblige cruellement à ne voir plus qu’elle

pardonne-moi fruit interdit, je n’ai aucune manière
l’hiver me scie à la peau
le froid, la peur, ils ont inscrit en moi le vrai sens de la faim
je ne sais déjà plus vivre sans toi

Continuer la lecture de « Qu'un seul regard »

[Poème] Je te l'interdis !

Tais-toi, je te l’interdis !
Non, je ne me calmerai pas
Il n’y aura pas de compromis, ni de compréhension
Arrête de pleurer, tais-toi et obéis !

Pour qui te prends-tu ?
Un humain, l’un de ces visages masqués, éteints ?
Tu es l’homme que j’aime
Le pourfendeur de vide, l’homme que j’ai choisi 

Continuer la lecture de « [Poème] Je te l'interdis ! »

[Poème] L'habitude des gris égocentriques, version 2

Des discussions lentes, balisées,
contrôlées par un être cher.
Un verre, de la boucane, des endroits gris,
dans une ville qui resplendit pourtant de vie.

Inutile de me le répéter,
je sais qu’il n’y a aucun mot à dire,
qu’à moins de déranger les moeurs, les habitudes,
il faut se contenter de suivre.

Les dés lancés depuis longtemps,
leur langage devient mien,
leur sourire une excuse pour me taire.
Je suis le miroir des aveugles.

Je suis Nara, le pantin du vide !

Laissez-moi tout de même rêver d’un chaos soudain,
violent,
sans précédent,
inimaginable !

Continuer la lecture de « [Poème] L'habitude des gris égocentriques, version 2 »

[Poème] L'habitude des gris égocentriques, version bêta

Des discussions lentes, balisées,
contrôlées par un être cher.
Un verre, de la boucane, des endroits gris,
dans une ville qui resplendit pourtant de vie.

Inutile de me le répéter,
je sais qu’il n’y a aucun mot à dire,
qu’à moins de déranger les moeurs, les habitudes,
il faut se contenter de suivre.

Continuer la lecture de « [Poème] L'habitude des gris égocentriques, version bêta »

Un court message fort anodin sur la réécriture de poèmes

Comme vous l’avez sans doute remarqué (à moins de vivre dans un monde parallèle de pandas ninjas apothicaires ou de licornes lycanthropes), je publie beaucoup de poèmes ces temps-ci, essentiellement de nouvelles versions de poèmes datant de plusieurs années. En fait, je tâche d’avancer quotidienne le recueil en retravaillant une sélection d’écrits qui n’ont pas trop mal vieillis et qui s’accordent bien avec l’univers de Folio Mentol.

Continuer la lecture de « Un court message fort anodin sur la réécriture de poèmes »

[Poème] Sa scène

Peut-être aurais-tu pu lui sourire
Lui laisser quelques heures
Une chance de te montrer son amour
Son rêve

Sans le connaître, sans raison
Précipitée
Tu lui as arraché coeur et âme
D’une moue avare de dédain

Continuer la lecture de « [Poème] Sa scène »

[Poème] La face cachée de la lune

Cette erreur
Cette peur
Elles s’effritent

La lune se perd
Si du haut de son hymne elle se cache du soleil
Évitant l’éveil

Continuer la lecture de « [Poème] La face cachée de la lune »

[Poème] Tes soupires

Fataliste
Tu dis que les jours se succèdent
Critique, analyse, tris, fuis
Au lieu de réellement vivre

Tu t’ennuies
Tu ne rêves que de voyage
Sans même connaître ce qui t’entoure…
Sans même te connaître

Tout ce qui est loin te semble plus familier
Te rassure
Te console
Te séduit… du moins, jusqu’à ce que tu y sois

Continuer la lecture de « [Poème] Tes soupires »