« L’horloge sonne », version 2

L’horloge sonne.

Mes doigts immaculés de sang me demandent de l’arrêter, d’en finir, mais ma femme demeure aussi belle que lors de notre première rencontre. Cette réalité me rassure, je m’y accroche ; je lui demande une dernière danse chaque fois que la vie m’accorde un nouveau jour.

Elle me répond qu’elle ne peut plus danser, triste, sévère, comme si je devais me souvenir de ses jambes handicapées.

Continuer la lecture de « « L’horloge sonne », version 2 »

Pratique anglais 8 : extrait de L'horloge sonne

Pour la pratique d’anglais de cette semaine, j’ai choisi de traduire un extrait de L’horloge sonne, une courte nouvelle écrite dans la peau de Malag. J’ai choisi ce texte puisque ce personnage a toujours offert un contraste très riche et surprenant dans la série de Folio Mentol et qu’écrire sur le temps, cette obsession du commun des mortels, m’apaise toujours un peu.

Continuer la lecture de « Pratique anglais 8 : extrait de L'horloge sonne »

Kalamandra, lorsqu'elle avait dix ans

Kalamandra a toujours été considérée comme la fille « spéciale » de l’école, quelques fois de manière positive, la plupart du temps par pure moquerie. Comme a déjà mentionné monsieur Chevalier, directeur de l’école, pour expliquer la situation aux parents de la jeune surdouée  : « Autant ses talents et sa beauté intriguent les autres élèves, autant elle les rebute avec certaines de ses excentricités. »

Continuer la lecture de « Kalamandra, lorsqu'elle avait dix ans »

"L'horloge sonne", version 1

L’horloge sonne. Mes doigts immaculés de sang me demandent de l’arrêter, d’en finir, mais ma femme demeure aussi belle que lors de notre première rencontre. Cette réalité me rassure, je m’y accroche, lui demande une dernière danse chaque fois que la vie m’accorde un nouveau jour. Elle me répond qu’elle ne peut plus danser, triste, sévère, comme si je devais me souvenir de ses jambes handicapées.

Comme si je souhaitais m’en souvenir…

Ma tendre moitié, la seule et unique femme que j’ai aimée et qui m’a aimé en retour. La seule à tolérer mes expériences, mes recherches, la seule à ne pas me catégoriser parmi les fous lorsque je défie la raison qui habite les limites d’autrui. Scientifique de renommée, cinquante années d’expérience, je ne peux que me haïr, j’aurais dû pouvoir la guérir, mais qui peut guérir de la mort lente ?

Continuer la lecture de « "L'horloge sonne", version 1 »