Le conte du monsieur radin, version bêta

Je vous présente aujourd’hui le conte d’un monsieur radin devenu le patron d’une des plus grosses entreprises du monde. Ce monsieur avait eu de la chance parce que même sans investir, sans dépenser le moindre sou, il avait fait fortune ; ayant eu la bonne idée au bon moment, et beaucoup de chance.

Chance qui ne dura pas…

Continuer la lecture de « Le conte du monsieur radin, version bêta »

[Poème] Comme toi

Le soir, lorsque je tombe
Ils m’habitent
Ils me veulent

Les réflexions s’enclenchent
J’en tremble, j’en pleure
D’autres fois, c’est la haine qui me prend

Me pénètre
Me supplie
M’enivre

Je me défends
Construis des murs, des barrières
Contre mes envies, mes sens à l’envers

Continuer la lecture de « [Poème] Comme toi »

[Court texte] Qu'est-ce que ça changerait ?

Qu’est-ce que ça changerait que je te dise que j’ai encore pleuré, que je pense encore à toi ? Oui, dis-moi l’ami, qu’est-ce que ça changerait que je te raconte à nouveau mon imbécile d’amour à l’aide d’une autre chanson improvisée ou d’un autre poème bien vulgaire et salace, comme tu les aimais ?

Prends-moi dans l’artère
Celui du coeur ou juste, par-derrière
J’suis coupable et tu dois me punir
Sauve-moi des femmes, bel ami, belle satire

Continuer la lecture de « [Court texte] Qu'est-ce que ça changerait ? »

L'épuisement sociétaire, version 2

En mal de la société, ridiculisés, fatigués, nous ne pouvons plus croire en ceux qui détiennent le mandat de nous protéger, ni en nous-mêmes. Pourtant, bien des gens se sont battus pour l’avenir, nos droits, notre liberté, au nom de la justice et du bon sens ! L’évolution nous a rendus aigris, mais dociles, politiquement correct quand ironiquement, la politique n’a plus rien de « correct » depuis longtemps.

À présent, au lieu de rester droits, fiers de nos valeurs, de notre intégrité, nous nous maudissons à coup de bonnes manières, de cachoteries, d’éphémères. Oui, certains braves au milieu des lobotomisés guerroyassent toujours, mais le gouvernement s’amuse à les taire au nom de ceux qui restent assis, vomissant que la majorité du peuple demeure en accord avec leur politique, leur corruption.

Continuer la lecture de « L'épuisement sociétaire, version 2 »

Un bras

« Demande,
Tu recevras »

Censitaire
Tu agis contre toi-même, attendant un changement
Un miracle
Ne bousculant jamais la fatalité de ton propre gré

Cette vie t’a rendu malade
Tu te plains, tu ingurgites des tonnes de médicaments
Puis, tu t’écroules, rêvant de rester dans ton lit
D’ailleurs

Continuer la lecture de « Un bras »

L'épuisement sociétaire, version 1

En mal de la société, ridiculisés, fatigués, nous ne pouvons plus croire en ceux et celles qui détiennent le mandat de nous protéger, ni en nous-mêmes. Pourtant, bien des gens se sont battus pour l’avenir, nos droits, notre liberté, au nom de la justice et du bon sens ! L’évolution nous a rendus lâches, polis, dociles, politiquement correct quand la politique n’a plus rien de « correct » depuis trop longtemps.

À présent, au lieu de rester droits, fiers de nos valeurs, de notre intégrité, nous nous maudissons à coup de bonnes manières, de cachoteries, d’éphémères. Oui, certains braves au milieu des lobotomisés guerroyassent toujours, mais le gouvernement s’amuse à les taire au nom de ceux qui restent assis, vomissant que la majorité du peuple demeure en accord avec leur politique, leur corruption.

Continuer la lecture de « L'épuisement sociétaire, version 1 »