[Poème] Sa scène

Peut-être aurais-tu pu lui sourire
Lui laisser quelques heures
Une chance de te montrer son amour
Son rêve

Sans le connaître, sans raison
Précipitée
Tu lui as arraché coeur et âme
D’une moue avare de dédain

Continuer la lecture de « [Poème] Sa scène »

[Poème] La face cachée de la lune

Cette erreur
Cette peur
Elles s’effritent

La lune se perd
Si du haut de son hymne elle se cache du soleil
Évitant l’éveil

Continuer la lecture de « [Poème] La face cachée de la lune »

[Poème] Frappez-moi, humiliez-moi, brisez-moi !

Par pitié, ne me tuez pas
C’est froid…
Je n’y crois pas
À vos gestes, à ce trépas

Arrêtez
Ce n’est que moi !
Qu’un pacifique
J’ignore les armes, je ne connais que les fruits et les femmes

Je veux planer au-dessus du monde
Aimer ce qui est immonde
Arrêter le mal qui rôde, voyager, faire l’amour
Partager

Continuer la lecture de « [Poème] Frappez-moi, humiliez-moi, brisez-moi ! »

L'espoir sur tes lèvres

Poème écrit en 2008 et attribué au personnage de Dami en 2012.

L’espoir sur tes lèvres
Cet éternel
Les souffrances sur ton corps
Me rappellent les miennes

Notre voeu
J’y croirai par tes yeux
Sans apocalypse
Sans autre miséricorde

Continuer la lecture de « L'espoir sur tes lèvres »

"Heureux", par Mokoran

Tout va bien
Ce n’est rien
Vraiment rien

Je suis un gars heureux
Pas un peureux
Regarde comme je souris

Oui, maintenant ça va
J’ai guéri
Maintenant c’est ça
Plus un seul cri

Encore et encore les mêmes mots
Une succession de jours
De nuits
D’hypocrisie

Un robot poli, automatisé
Au fond d’un puits
Sans confiance, en fuite constante
Une ode aux petites journées

Une insulte à l’humanité

Mokoran

Dominic Fortin-Charland
17 février 2008, modifié en 2012

Aussi, en bonus, l’ancienne version du poème :

Tout va bien
Ce n’est rien
Vraiment rien
Juste du bien

Je suis heureux
Pas un peureux
Regarde je souris
À cette douce vie

Maintenant ça va
J’ai guéri
Maintenant c’est ça
Plus un seul cri

Je souris
Au fond d’un puits
Hypocritement
Mais sûrement

"Pis c'est toute", par Michael

Ça se maquille
Pis ça sourit
Ça dit que ça a pas de coeur
Pis ça rit

Ça se promène les fesses à l’air
Victime d’sa nymphomanie
Subissant tous les petits moineaux
Qui s’en contrefichent de son nid

Pis ça gémit…

Petite salamandre, écoute moé ben
J’suis pas certain
Mais j’suis pas un crétin
J’le sais que t’es pas ben

N’aie pas peur, j’serai pas comme eux
Je te donnerai pas l’heure
Encore moins des fleurs
Mais j’prendrai soin de toi, j’pense que je suis amoureux

Ouais, on se connait peu, mais si tu veux de moé
Accroche-toé
J’vas te le faire oublier
Lui pis tous les autres qui t’ont brisé

J’vas te montrer
C’est quoi monter
Ben ben haut
Là où y’a pu de semblant ni de maux

Pis si t’en trouves encore
Crie leur nom ou toute ta haine jusqu’à ce qu’ils disparaissent
J’aime toute de toé de toute manière
Surtout quand ça dure toute la nuite

Ouais…
Frappe-moé
Insulte-moé
Vomis-moé
Comme si j’étais eux

Je serai ton dépotoir
Ton exutoire
J’suis là pour ça
Ton remède à c’te marde là

Pis hésite pas, serre-moé pis pleure un peu
C’est pas laid, c’est pas faible
J’pleure aussi des fois
Sans trop savoir pourquoi

Ce qu’il a fait à ma mère
Ce seul souvenir, cette stupide carte postale…
Ouais, peu importe…
Toi t’es encore là

Pis peut-être qu’un jour, tu m’aimeras un peu
J’sais que tu reviens de loin, j’suis pas pressé
Les jugements, c’est pas mon fort
Perdue, hystérique, sauvage, nympho, c’est juste des termes pour dire que tes belles

Petite salamandre…

J’en baverai
Pis c’est toute
J’te baiserai
Pis c’est toute

J’t’aimerai
Pis c’est toute

Michael

Dominic Fortin-Charland
12 janvier 2008 et nouvelle version le 12 mars 2012