Tu me regarderas

Je deviendrai si fort
Que tu me regarderas

Je charmerai les gens bien puis les autres
Tout public, toutes contrées
Pour rendre ce monde meilleur
Pour que plus jamais tu ne vives dans la peur

Ensuite, j’empilerai des montagnes
Avec la force de mes doigts de géant
Même si tu n’es pas ma compagne
Le septième ciel demeura pour toi

J’écrirai toutes les réflexions, toutes les thèses
Je parlerai pour ceux et celles qui se taisent
Faisant couler vérité, conscience et diplomatie
S’il le faut, je redresserai même le sens de la vie

Beaucoup de gens voudront ma peau
Pour continuer de s’enrichir avec le malheur des autres
Je répondrai avec amour
Scellant leur haine de mon sceau, celui des héros

Tu me regarderas, tu m’aimeras
Tu te blottiras contre moi
Mari et femme, dix enfants
Je serai un modèle, travaillant, présent

Je me ferai si créatif, inventif
Qu’aucun moment ne semblera anodin
Mais surtout, je ne serai plus malade
Plus jamais malade…

Incapable de te parler avec les mots qu’il faudrait
Maladroit, handicapé
« Un géant capable de penser, mais pas d’exister »
Non, je le peux, laisse-moi une chance, juste une chance

Tu ris un peu de moi, gentiment
Puis tu t’en vas
Un autre amour à oublier
À cause de ma bouche désarticulée, de mes phrases tronquées

Mais, un jour, je deviendrai si fort
Que tu me regarderas

Kurto Kurion

Dominic Fortin-Charland
12 octobre 2009 et 16 février 2012

En toi

Et rire
Souffrir
Mourir
Périr
Pourrir

Et rire un soir
De notre destinée
Un peu compliquée
Entre amies fatiguées

Et t’embrasser
Comme si le monde avait arrêté de tourner en rond
Et rêver
Rêver

Comme si de rien était
Prête à refaire le monde
Désespérée
Mais confiante, brave, mes doigts délicats entre tes cuisses

Enfin
Un peu de vrai
Dans ce monde virtuel
Où les gens ne savent plus savourer l’essentiel

Un soir en toi, mon amie
Pour survivre à une éternité d’oublis

Saravi Vanque

Dominic Fortin-Charland
11 octobre 2009 et 16 février 2012