La forge ou l'amour (Saynète du bourg #6)

23 filles, un comte et un forgeron
Saynète #6
La forge ou l’amour
Ambroise et Mathurin

Écrit par :
Emmanuelle Belleau
Dominic Fortin-Charland

[…]

Mathurin est en train d’essayer de tordre une tige de métal.

MATHURIN
(passant ses tensions sur un bout de métal)
Pourquoi tu veux pas te tordre ? T’es-tu en train m’dire que je suis moins fort qu’avant, que j’ai fait mon temps ? T’es-tu en train de rire de moé ? Fais-moi pas fâcher petit bout de ferraille, j’ai encore la force d’un ours brun en pleine chasse aux écureuils pis m’a te le prouver, t’auras pas le dernier mot !

Il essaie encore de toutes ses forces, orgueilleux, et Ambroise vient le rejoindre, intrigué.

AMBROISE
Bonjour Mathurin ! Quelle belle journée, n’est-ce pas ?

MATHURIN
Ma journée s’ra plus belle quand tu rôderas pu autour de mes filles comme une coquerelle autour de mon pot d’mélasse.

AMBROISE
(un peu effrayé, soudainement plus sérieux)
Vous êtes au courant…

MATHURIN
Que tu t’essayes su’ chacune de mes filles peu importe leur âge ? J’ai des yeux tout l’tour de la tête ! À moins que j’doive savoir aut’ chose ? T’es mieux d’me l’dire tu-suite tandis que j’suis encore de bonne humeur pis ben rassasié ! La soupe de Marie-Madeleine peut ben goûter el’ bois pourri, a bourre !

AMBROISE
Sans vouloir changer de sujet, un peu mal à l’aise, je venais proposer mon aide, en toute amitié !

Continuer la lecture de « La forge ou l'amour (Saynète du bourg #6) »

L'éducation sexuelle (Saynète du bourg #5)

23 filles, un comte et un forgeron
Saynète #5
L’éducation sexuelle
Malvina et Marie-Madeleine

Écrit par :
Emmanuelle Belleau
Dominic Fortin-Charland

[…]

Marie-Madeleine est en train de ramasser du linge sec sur la corde à linge, alors que Malvina arrive les bras chargés d’un panier de linge encore humide. Marie-Madeleine finit sa tâche avant de s’attaquer au nouveau panier de Malvina. Cette dernière, durant toute la durée de la scène, pliera le linge sec, alors que sa mère s’occupera d’accrocher les vêtements mouillés sur la corde afin de les faire sécher.

Malvina
Tiens Maman, c’est le dernier panier à étendre. Les filles commencent un nouveau lavage.

Marie-Madeleine
S’tais pas comme si j’allions y passer tout le jour, icitte, à tendre la lessive sous le soleil.

Malvina
(le ton exaspéré, pour la contredire)
Maman…

Marie-Madeleine (la coupant)
Ben oui, que je vais y passer tout le jour ! Y faut croire ! Hein, à m’éreinter comme un cheval de traite, à labourer le chemin entre la corde à tendre et le ruisseau où’ se’ que les filles prennent plus de plaisir à se mouiller les creux du corps qu’à laver le linge de la maisonnée. C’est ti point ça qui va leur laver linge, hein ? Ni leur main. De sales petites cochonnes quand elles le veulent, celles-là !

Continuer la lecture de « L'éducation sexuelle (Saynète du bourg #5) »

La drague selon Ambroise Lecomte (Saynète du bourg #4)

23 filles, un comte et un forgeron
Saynète #4
La drague selon Ambroise Lecomte
Malvina et Ambroise

Écrit par :
Emmanuelle Belleau
Dominic Fortin-Charland

[…]

Malvina lave les vêtements à l’extérieur, pensive. Ambroise vient la rejoindre, absorbé par celle-ci.

AMBROISE
Douce Malvina, puis-je vous offrir mon aide ?

MALVINA
(sceptique)
Pour laver des vêtements ?

AMBROISE
Pourquoi pas ?

MALVINA
(sarcastique, un tantinet agressive)
Puisque vous êtes un homme, vous devriez plutôt aider mon père à la forge !

AMBROISE
Peut-être, mais je ne peux laisser tant de travail à des mains aussi délicates !

Il lui touche les mains et Malvina se raidit aussitôt.

MALVINA
Avez-vous l’autorisation de me parler en l’absence de mes parents ?

AMBROISE
J’avoue n’être point familier avec vos « traditions », la bourgeoisie coulant dans mes veines !

MALVINA
(toujours aussi sarcastique, tout en continuant de laver les vêtements)
J’oubliais, vous êtes « comte » !

AMBROISE
Vous en doutez ?

MALVINA
Qui n’en doute pas ?

Continuer la lecture de « La drague selon Ambroise Lecomte (Saynète du bourg #4) »

L'arrivée d'Ambroise « Lecomte » (Saynète du bourg #3)

23 filles, un comte et un forgeron
Saynète #3
L’arrivée d’Ambroise « Lecomte »
Marie-Madeleine et Ambroise

Écrit par :
Emmanuelle Belleau
Dominic Fortin-Charland

[…]

Ambroise, doté de sa flûte et de son petit baluchon, frappe à la porte de la famille Girardin.

AMBROISE
La noblesse frappe à votre porte !

MARIE-MADELEINE
Quoi ? (Pour elle-même) À cette heure ! Venir déranger des pauvres gences alors qu’ils ont déjà si peu de temps qui faut venir leur en voler pour des peccadilles. Si je ne me dépêche pas, c’est l’autre, encore, Mathurin qui va me gronder parce que la soupe est froide. Et bien qu’il s’étouffe avec. (Vers la porte) Étouffez-vous !

AMBROISE
(s’approchant de la fenêtre)
Bonjour bonjour gentes personnes ! Je suis Ambroise Lecomte et j’apporte avec moi le soleil de cette magnifique journée ! Ouvrez-moi et je jouerai de la flute en votre honneur !

MARIE-MADELEINE
AH ! Parce qu’en plus de se faire trouer la tête par les deux oreilles par les petites qui ont la couche lourde de s’être ébouillanté dans la marmite d’eau, je devrais supporter votre mélodie du bonheur ?

Continuer la lecture de « L'arrivée d'Ambroise « Lecomte » (Saynète du bourg #3) »

Apprenti au féminin (Saynète du bourg #2)

23 filles, un comte et un forgeron
Saynète #2
Apprenti au féminin
Malvina et Mathurin

Écrit par :
Emmanuelle Belleau
Dominic Fortin-Charland

[…]

MATHURIN
C’t’es papiers-là m’mélangent l’esprit comme des r’tailles de ficelles pognées dans poussières. Comment ce s’fut dont qu’j’arrivions pas à compter plus haut qu’les saisons passées ? Y’a de plus en plus d’monde dans l’bourg, de plus en plus d’ustensiles à patenter, pis voyons dont qu’j’arrive pas à payer mes dus…

Il grogne. Malvina vient le voir, intéressée.

MALVINA
Ça ne va pas, père ?

MATHURIN
J’arrive pas à compter, l’Hermine. J’arrive pas…

Continuer la lecture de « Apprenti au féminin (Saynète du bourg #2) »

La maternité (Saynète du bourg #1)

23 filles, un comte et un forgeron
Saynète #1
La maternité
Marie-Madeleine et Mathurin

Écrit par :
Emmanuelle Belleau
Dominic Fortin-Charland

[…]

Marie-Madeleine est assise sur le perron de la maison, à s’affairer à quelques travaux de couture, un gros panier de linge à ses pieds. Mathurin arrive, en contournant la laiterie, s’approchant d’elle.

MATHURIN
Ma mie, je vous charchions donc sur tout le pourtour de la maisonnée, dans l’champ, dans l’intérieur, ch’même aller voir si vous étiez pas avec les poules au poulailler !

MARIE-MADELEINE
Ben me v’la. Vous aviez pas à chercher ben loin. Je suis attaché à c’te perron-là comme une chèvre à son piquet. (Un temps. Elle continue. Mathurin la regarde, impassible, regard au loin) Mais qu’est ce que vous faite de par icitte et de si bonne heure ? C’est point l’heure de passer à table. Le soleil est encore haut. Je m’y suis point encore mise. Y reste à repriser ce panier, à changer les langes de petits, à pétrir le pain, à aller chercher l’eau au puits, à laver les choux, les couper…

Continuer la lecture de « La maternité (Saynète du bourg #1) »

La vidéo prototype d'un auteur inintéressant qui commente ses corrections !

J’insiste sur le mot prototype… Au final, je parle 15 minutes d’une partie de mes techniques de correction et je retravaille UNE SEULE phrase. Phrase que j’ai finalement supprimée, ainsi que toutes les autres autour d’ailleurs. Quand faut couper, faut couper ! 🙂