"La culpabilité", poème écrit dans la peau de Kane Seigni

Coupable
De ces jours qui passent
Meurtrière
Du manque de sens

Une hache de guerre
Quelques tremblements
Se satisfaire de peu
Prisonnier de sa haine

Paralysé
Quelques notes sur un piano
Sans musique
Que du bruit

Cette fatigue face à soi-même
Des jours qui se ressemblent
D’envahissantes erreurs
Des pensées sans saveur

La bête de foire s’éloigne
Considérez-moi à l’abandon
Incapable d’obéir aux règles du jeu
Inapte à supporter mon reflet dans vos yeux

La culpabilité
Meurtrière d’un avenir que j’aurais aimé
Responsable de ce vide, des murs
Des autres erreurs que je commettrai

Ce matin, m’apercevoir dans le miroir
Hésiter à me reconnaître
Éteindre la lumière
Disparaître

Kane Seigni

8 avril 2012
Dominic Fortin-Charland