Paolino Crocus, fiche du personnage

Paolino Crocus salive souvent, il rêve de chasses, d’orgies de proies. Les femmes et les drogues, il les consomme toutes à l’excès, son excitation et sa dépendance ne trouvant jamais le repos ; repos qu’il ne désire pas de toute façon. Cet adolescent de vingt-quatre ans n’a que faire de l’avenir ou du passé, peu importe toutes celles qu’il a baisées sans lendemain, sans condom, sa seule vocation est d’en baiser beaucoup d’autres en améliorant jour après jour son baratin qu’il connait mieux que lui-même.

Paolino Crocus (ou Paolo puisqu’il dit s’appeler ainsi, pour être « tendance ») se croit le meilleur et le montre abondamment à toutes ses nouvelles conquêtes ou à tous les autres mâles qui voudraient lui faire de l’ombre. Il a le plus gros membre, il vend la meilleure drogue, il a les plus gros muscles… Son égo en a pris un coup le jour où Finale et ses copines lui ont dit non. Depuis, le chasseur les suit presque partout, à toutes les fêtes, à tous leurs jeux, se déguisant même en fille lors de huis clos ; Pao se démènera pour leur prouver qu’elles ont eu tort de le refuser.

Or, même si la logique voudrait qu’il devienne meilleur pour y parvenir, Pao, aux réflexes machos et aux réflexions misogynes, préférera montrer le pire de lui-même. Un jour ou l’autre, croit-il, l’une de ses proies finira par craquer face à l’amas de testostérone brute et sauvage qu’il a à proposer ! Puis, à ceux et celles qui le disent imbécile et barbare, cet éternel blagueur et bagarreur répondra encore et toujours avec arrogance parce que pour lui, c’est le seul trait d’intelligence important en ce monde.

Paolino Crocus ne connait pas la diplomatie…

Malgré tout, il a du charme. Sa désinvolture sanguine lui confère un certain statut de mâle alpha, du moins pour ceux et celles qui ne le connaissent pas depuis longtemps. Aux yeux de ses proches, Pao n’est pas la virilité incarnée, mais plutôt l’imbécilité assumée ; il se plait à être l’incarnation de l’irresponsabilité et de l’égoïsme. Son aversion des condoms aura au final causé plus de tort à l’humanité que la dernière supposée épidémie de grippes supposées mortelles. Paolino Crocus est séropositif, mais il ne le sait pas encore. Il ignore également que sa fille naîtra bientôt…

S’il n’a jamais respecté les femmes, les choses tendent-elles à changer ?

En attendant, Crocus croque, cogne, beugle, domine… et laisse quelques miettes, parfois.