Prune, fiche du personnage

Prune rêve de bonbons, d’orgie de bonbons. Elle ne peut s’empêcher de susurrer ces petites choses sucrées et fruitées, nuit et jour, s’endormant très souvent avec un suçon dans la bouche. Sa plus grande joie demeure de s’acheter des bonbons à une cenne au dépanneur et de les partager avec ses amies.

À dix-huit ans, Prune ne réfléchit jamais à ce qu’elle va faire de sa vie, elle préfère s’imaginer heureuse, éternelle enfant, loin des responsabilités du monde des adultes… ce qui ne l’empêche pas d’être la plus dévergondée lors des fêtes qu’elle organise avec Finale, voyant le sexe, la drogue et l’alcool comme des jeux parmi tant d’autres, vastes et remplis de possibilités compétitives fortes alléchantes !

Quand elle était enfant, réellement enfant, elle a vite compris que grandir allait devenir son pire ennemi, son plus grand malheur, au point d’exécrer chacun de ses anniversaires et de ses changements hormonaux. Prune aurait bien voulu croire que le monde des adultes le divertirait autant que son petit monde de fées et de crocodiles, mais elle sait bien ce que l’argent fait au cœur des hommes, elle l’a vu dans les yeux de son papa qui a compensé son absence et sa détresse en lui achetant d’innombrables cadeaux, encore et encore ! Jamais son père lui a dit non, Prune eut toujours ce qu’elle voulait… du moins, matériellement parlant parce que le sourire de son père, elle ne l’aura finalement jamais vu.

Survoltée, juvénile, toujours en train de courir à droite et à gauche et de parler trop vite, Prunelle, alias Prune, aime écrire et lire des contes pour enfants. Parfois, elle en écrit à propos de ses amies, ayant toujours une vision assez particulière de ceux-ci, surtout de Romane, son héroïne, celle qui l’héberge et qui s’occupe d’elle pour lui éviter que « le monde des adultes ne l’avale ». Romane travaille pour deux et permet à Prune d’agir comme si elle était sa fille ou sa sœur, selon ses envies du moment.

Les raisons qui ont poussé Prune à quitter sa vie de petite fille à papa demeure inconnues, mais parfois, elle disparait quelques jours puisqu’elle retourne là-bas, près de lui. Elle en revient toujours affaissée, en larme et malgré son silence, Romane a depuis longtemps compris que son amie se sent vieillir dans les yeux de son père et qu’elle ne supporte plus de le revoir. Au moins, perdue dans cette fuite constante avec Romane, Finale, Kane et tous les autres, Prune peut rester jeune, sans réfléchir, invitant et jouant à toute sorte de jeu pour s’éloigner de la vieillesse et encore plus de cette mort stupide et insensée !

Du moins, c’est ce qu’elle croit…