"Le vide", par Puri

J’aurais aimé que ce soit qu’une histoire de fesses
Quelque chose où je souffre, pleure et me traverse
Mais ça me tue
Et c’est voulu

Le monde défile
Je me défile
Je garde mes distances
J’attends leur clémence

Je me fais ennuyant
Réponses toutes faites
Puis rêve de me rapprocher
Sans pour autant me fuir

L’être vivant est mort
La carcasse endort
Le spectacle est terminé
Faites-vous rembourser

Derrière cette façade de vide
Je te crie à l’aide

Donne raison à mes muscles
Mets un prix à ma peau
Transforme-moi en héros
Fais de moi un homme

Permets-moi d’exister
Permets-moi d’aimer

Je ne suis qu’un pantin de vide
Qui attend que tu l’embrasses
Pour vivre un peu à nouveau
Jusqu’à ce que tu me tues à ton tour, petite idée sur ma page blanche

Bientôt déchirée

Puri

Dominic Fortin-Charland
28 septembre 2007