Folio Mentol en 2016

Premièrement, bonne année à toutes et à tous ! Je vous souhaite de prendre soin de vous et de faire des efforts en prenant le temps qu’il faut pour accomplir votre petit bonheur de chemin. Ouin, je sais, je suis vraiment mauvais pour les souhaits du Nouvel An… D’habitude, je délègue à mon ours en peluche.

CHARLO
Je vous souhaite BEAUCOUP DE TARTES ET DE CÂLINS !

Bref. Je me rends compte que pour la première fois en vingt ans, je n’utilise pas le premier janvier pour élaborer ma liste suprême et castratrice de tâches de l’année. Au lieu, j’ai décidé de prendre soin de moi. Je me contenterai tout d’abord de publier les versions définitives de mes textes de jadis, à commencer par cette série dont je ne cesse de parler depuis plus de quinze ans : Folio Mentol.

Oui oui, ça se peut une version définitive de Folio Mentol ! Oui oui, je cesserai de la retoucher après cela ! Ce sera officiellement terminé. Certes, je réécrirai dans plusieurs années un tout autre récit au nom différent en reprenant certains des personnages, mais les 240 épisodes de FM seront bouclés.

Certains se souviendront que j’avais cessé de publier FM un peu avant la fin, et ce, même s’il y avait plus de deux cents personnes qui lisaient la saga sur le site Web à son effigie. Jadis, à la fin de mon adolescence, j’avais tout simplement explosé, ma copieuse dépression ayant pris le dessus, mes épisodes devenant de plus en plus sombres, et mes envies de disparaître trop fortes. MAIS voilà, je n’aurais jamais dû arrêter, cette série me faisait du bien, replonger dans celle-ci m’a fait un bien fou en 2015. Je poursuivrai donc la démarche en 2016 puisque si j’ai eu longtemps peur de corriger et mettre au propre celle-ci, maintenant que mes talents en écriture se sont grandement améliorés, je réécris les passages problématiques en deux secondes sans faire de faute, et il ne reste plus que du plaisir.

Quelques changements de la version ultime, finale et patipatata :
— La série sera beaucoup moins lourde. On me l’avait reproché, à partir de l’épisode 150, ça devenait incroyablement dramatique. Ce n’est plus le cas. Les épisodes resteront colorés de A à Z, ce qui rend les enjeux dramatiques plus contrastés, profonds et réalistes. Trop, c’était comme pas assez…
— Il y avait trop de personnages. J’en ai donc enlevé et d’autres ont fusionné en un seul. Ne vous en faites pas, vos personnages préférés sont encore là… Pour preuve, je vais vous nommer certains personnages qui ont disparu et je suis sûr que vous n’en gardez aucun bon souvenir (ou aucun souvenir du tout) : Jesom, Jijianek, Mokarante, Pammy, Toqui Noroquomi (NON, JE BLAGUE POUR TOQUI).
— Inutile de préciser que le passé de tous les personnages a été grandement amélioré, ainsi que toutes leurs scènes en général. Moins de personnages = plus de temps pour ceux qui restent.
— Dans la refonte que j’avais commencée à 20 ans, j’avais enlevé toutes les mentions en rapport à la Terre. Toutes les références à La Tuque, à Québec, au Japon, au anime, à Star Wars et ainsi de suite avaient disparu, ce qui rendait certains enjeux beaucoup moins intéressants. J’ai décidé de remettre tout cela. La culture sumo de Jomo est de retour. Akira est à nouveau un geek qui fait toujours des références à ses anime préférés. Dowin parodiera à nouveau les films américains chaque fois qu’il en a l’occasion tout en apprenant à renouer avec sa culture égyptienne. Guan sera dans un groupe de J-Pop. Folio Mentol critique et parodie la Terre, et en ce sens, aussi bien garder tous les référents.
— Wistimitrie le singe est maintenant beaucoup plus important PARCE QU’IL ME FAIT PEUR.
— Une nouvelle mise en page vraiment plus belle et pratique pour la lecture.
— Un format pour les tablettes… et une version papier est également prévue.

Aussi, Québécor n’a toujours pas acheté la série, donc celle-ci reste complètement folle et imprévisible. Je ne m’attends pas à ce que tous les lecteurs et lectrices de l’époque relisent le tout après tant d’années, surtout que j’ai perdu l’adresse courriel de la majorité, mais merci à celles et ceux qui décideront de revivre ce délire rétro avec moi, ou qui s’y plongeront pour la première fois. Certes, ça reste un récit écrit quand j’étais adolescent. Ça reste ma première longue série.

Mais si vous vous êtes ennuyés de : Folio Mentol le démon un peu trop humain ; l’arrogant et meurtrier Toqui Noroquomi ; Diabolica la reine des enfers et sa douce vengeance contre ceux qui se proclament dieux ; Samantha et Michael les amoureux nymphomanes et hypersensibles ; Atonin le maître des sarcasmes ; Lionel l’ancien héros devenu alcoolique ; Dami l’invulnérable pacifique suicidaire ; et Dowin, le légendaire héros plus naïf que son ombre… sachez que désormais, rien ne m’empêchera de publier la totalité de la série.

2016, je t’aime déjà. Fudge que ça m’a manqué d’écrire ce dont j’ai réellement envie.

En 2016, je ne sauverai peut-être pas le monde, mais le monde de Folio Mentol, lui, oh que oui.