Croire ceci, croire cela

Croire
Prémisse de la désillusion
Espace-temps surveillé par des mots qui s’envolent
Tyrannie qui écrase l’odeur des songes

Un étau qui enferme ce vaste monde
Le mien, le tien
Une loi qui nous dépouille du savoir
Jusqu’à ce que se taise nos lendemains

Regarder les étoiles
En oublier la lumière
Quelques cicatrices prisent dans le vent
Une main tenue bien bas

Ce choix
Une indiscrétion bien mal choisie
De croire et s’entêter, sans respirer
De vivre, sans jouer

Mais comment faire autrement ?
Les extrêmes se rencontrent
Se fermer, s’ouvrir
Le vide ou ce chemin aux milles soupirs

Je déteste le vide…

J’y croirai, sans pour autant en mourir
J’y croirai, sans étau, sans étoiles
J’y croirai un peu, un point c’est tout
La vie, j’accepte ce premier rendez-vous

Je porterai une chemise rayée et mes nouveaux souliers
Tu seras belle, mais compliquée

Dami

Dominic Fortin-Charland
5 août 2011