Folio Mentol la première série, épisode 10 !

Folio Mentol, la première série

Épisode 10 (dernier épisode de la saison)
Quelques gouttes de vérité sous une pluie de sang

Dominic Fortin-Charland

Écrit en 2001


Au village, dans la hutte de Popo.

Un silence règne, Lopojo, Dotovip et Popo étant fort anxieux.

POPO
Dire que le destin du monde et de ma propre fille est à présent entre les mains d’une poignée de jeunes inexpérimentés. Je devrais être là-bas, avec eux…

DOTOVIP
Si je ne te connaissais pas mieux, je croirais que tu doutes des Sauveurs !

POPO
Je ne doute pas d’eux, je… je doute de la Légende. J’aurais aimé être là pour les protéger. J’ai l’impression d’avoir envoyé mes enfants dans la gueule du loup.

DOTOVIP
Chacun son rôle Popo. Le nôtre est de rester ici au cas où d’autres démons nous attaqueraient. J’ai un très mauvais pressentiment, Folio Mentol est une chose, mais il ne faudrait pas sous-estimer sa femme, la reine des enfers. Folio Mentol joue avec nous, mais Diabolica n’a qu’un souhait : détruire la Terre le plus rapidement possible.

POPO
Mais Folio Mentol semble finalement décidé à tous les exterminer…

DOTOVIP
Certes…

Le silence est à nouveau roi.

[…]

De plus en plus près du repaire du mal, la nuit est tombée.

THÉODORE
(perché dans un arbre, avec son oiseau)
Tu sais Plumar, ça ne me dérangerait pas de mourir pour Pokilla. Je l’aime comme si j’étais obligé, comme si ça m’échappait totalement. C’est le destin qui nous a réuni…

[…]

Dome s’entraîne à l’épée tandis que Nara se repose.

DOME
Ça risque d’être du suicide de foncer tête baissée dans leur repaire sans tes pouvoirs.

NARA
Ils ont seulement bloqué ma magie de téléportation. De toute façon, calme-toi un peu ! Tu me rabats les oreilles depuis toujours qu’ensemble, on est invincible, que l’amour ne peut pas mourir, qu’un jour ou l’autre, notre petite gang sauvera le monde…

DOME
Qui aurait cru que ce serait toi, l’éternelle rabat-joie, qui garderait confiance…

NARA
Avec un peu de chance, Dowin découvrira son pouvoir et tout se passera bien.

[…]

Non loin de là, Dowin écrit dans son journal.

DOWIN
Cher journal, je sais, ça fait longtemps que je ne t’ai pas écrit… Je tiens juste à laisser un dernier petit mot, au cas où : je lègue tout à mon grand-frère. C’est tout, bonne nuit !

Il ferme son journal.

DOWIN
Woah, j’ai été inspiré ce soir, j’ai l’âme d’un poète ! Peut-être qu’un jour, on me publiera !

[…]

Bob et Atonin discutent autour du feu de camp.

ATONIN
Parfois, je me rappelle comment c’était avant de venir avec eux…

BOB
T’ennuies-tu de ce temps-là ?

ATONIN
Absolument pas… Il n’y a pas pire horreur que le quotidien ! Un jour Dome m’avait demandé ce que je préférais entre une vie d’aventures fantastiques et une vie ordinaire. J’avais répondu une vie d’aventures. J’étais trop « bizarre » selon la « masse », c’était insultant à la longue qu’absolument tout me rappelle que je suis supposément différent.
Bob joue dans le feu avec un bâton, perdu dans ses pensées.

BOB
Atonin, si je meurs demain, je veux que tu te souviennes de mon dernier conseil : reste toi-même, sois celui qui saura réveiller les autres s’il s’endort dans cette pseudo légende.

ATONIN
Dome est là pour ça…

BOB
Dome est trop gentil, il est influençable. Il aura besoin de toi.

ATONIN
De toute façon, tu ne mourras pas !

BOB
Si tu le dis…

Il sourit un peu, tristement, puis il continue de faire virevolter les flammes avec son bâton.

[…]

Comi monte vaillamment la garde. Wilop l’espionne…

COMI
Le bien régnera sur cette planète ou je ne m’appellerai plus Comi !

WILOP
(se montrant, en lui souriant)
Au lieu de te parler tout seul, je peux te tenir compagnie petit robot.

COMI
Ça me ferait plaisir ! J’aime la compagnie des gens de cœur !

WILOP
Je suis curieux, qu’est-ce que ça te fait d’être un robot ?

COMI
Je ne me sens pas comme tel, je me sens comme un humain. Quoique, je ne sais pas vraiment ce que représente se sentir comme un humain. Pourrais-tu me l’expliquer ?

WILOP
Ah ! Ah ! Ah ! Tire-toi une bûche, ça risque d’être long…

[…]

Dans la cage au-dessus du baril d’acide.

Jules et Pokilla sont en train de s’embrasser.

JULES
Euh, je suis désolé, je ne voulais pas…

POKILLA
Non c’est de ma faute, je n’aurais pas dû ! Je… je ne suis pas capable d’oublier Théodore, son nom me hante… comme une sorte d’obsession. Ul revient encore et encore. Pourtant, je t’aime… je ne comprends pas ce qui m’arrive, je suis désolée Jules, je suis ridicule !

JULES
C’est correct, on restera de bons amis, c’est ça l’important !

Guirdop entre, l’air heureux, triomphant.

GUIRDOP
Êtes-vous prêts à cuire ?

JULES
Ça ne pourrait pas attendre demain ? Je ne me sens pas mentalement disposé.

GUIRDOP
Si je m’écoutais, je vous ferais cuire tout de suite, mais Folio Mentol a décidé de vous tuer sous les yeux de Dowin et de sa petite compagnie. Il est si méchant !

Il s’en va en riant.

POKILLA
Jules… sers-moi contre toi, je veux dormir près de toi cette nuit.

Jules ne dit rien, il ne fait que la serrer dans ses bras en se couchant à ses côtés.

[…]

Dans une autre pièce du repaire du mal.

FOLIO
J’ai tellement hâte à demain !

GUIRDOP
(en entrant dans la pièce)
Vous n’avez qu’à accélérer le temps.

FOLIO
Personne ne possède de pouvoirs sur le temps espèce d’idiot. Quand une chose est faîte, elle est faîte, et personne ne peut rien y changer. La vie n’est qu’une fatalité !

GUIRDOP
Bah, on est les méchants, on peut tricher !

FOLIO
J’ai tellement hâte à demain parce que demain, TU MOURRAS !

GUIRDOP
Ah ! Ah ! Ah ! J’aime tellement votre humour !

FOLIO
Quand comprendras-tu que tu me serviras d’appât ?

GUIRDOP
Jamais. Je suis beaucoup trop stupide pour ça !

FOLIO
Oui, exactement. Demain sera le plus beau jour de ma vie… le seul beau jour, d’ailleurs.

[…]

Quelques heures plus tard, à l’aube.

THÉODORE
Bon, on y va ! Debout ! (Il se retourne vers son oiseau.) Attends-nous près d’ici Plumar.

L’oiseau s’envole au loin.

DOME
À toi de nous guider Comi.

COMI
D’accord, suivez-moi.

ATONIN
Est-ce qu’on peut vraiment te faire confiance ? J’ai déjà perdu quatre doigts.

DOWIN
Et moi j’ai mal à l’épaule ! Je souffre !

NARA
Ce n’est pas en le répétant toutes les trois secondes que je vais vous soigner plus vite ! La magie de soin est ce qui me demande le plus d’énergie, je vous soignerai totalement plus tard. Pour l’instant, remerciez-moi d’avoir empêché toutes infections et taisez-vous !

ATONIN
Nara s’est levée du mauvais pied…

NARA
J’ai rarement vu des « sauveurs » aussi pleurnicheurs que vous deux. Excepté quand Dome a faim.

DOME
J’ai toujours faim.

ATONIN
Je ne pleurniche pas, je fais juste me plaindre pour taper sur les nerfs.

NARA
Ça fonctionne.

WILOP
Pour en revenir à Comi, j’ai changé d’avis, je suis sûr qu’on peut lui faire confiance.

COMI
Merci monsieur Wilop… En route si on veut sauver vos amis !

BOB
Bon ben bonne chance à tous.

DOME
Acounamatatatruc chose à tous !

ATONIN
Que la force soit avec nous !

WILOP
À partir de maintenant, plus un bruit, plus personne ne parle. Restons concentrés.

DOWIN
Allons-y…

Dowin, Théodore, Dome, Nara, Bob, Atonin et Wilop courent discrètement en suivant le petit robot qui roule à toute allure. Ils parviennent vite devant l’un des murs de l’usine.

COMI
(en utilisant son ton de voix le plus bas)
C’est ici. Tenez-vous prêts. 3…

Dome tend son épée à deux mains, Théodore ses deux bâtons au bout constitué de pierres pointues acérées, Nara prépare sa magie, Wilop tient fermement sa lance.

COMI 2.

Bob ne lâche pas son fusil laser.

COMI 3.

Tous les autres prennent leur arme sans dire un mot sauf Dowin qui n’en a pas.

COMI
GO !

Il fait un trou dans le mur avec son rayon désintégrant. Folio Mentol les attendait…

FOLIO
Bonsoir, bienvenue dans mon modeste repaire !

BOB
On s’est fait avoir…

Folio Mentol saute sur Bob, lui tord le cou puis balance son corps dans la forêt.

Puis, il saute sur Dome !

ATONIN
(sous le choc)
Bob !

Hisis surgit à son tour et crée deux grosses boules de magie dans ses mains.

COMI
Qu’est-ce… qu’est-ce que j’ai fait ? Je les ai emmené dans un piège !

Fabius et Manoa traversent le mur démoli.

FABIUS
Tu nous auras finalement servi, Comi !

COMI
Mon créateur !

FABIUS
Je t’ai construit, maintenant je vais te détruire !

COMI
Je ne suis plus à tes ordres ! D’ailleurs, je ne l’ai jamais été !

Il roule soudainement vers le Docteur Fabius et lui coupe les deux jambes avec ses scies mécaniques en passant entre celles-ci. Fabius s’écroule par terre, complètement stupéfait.

FABIUS
J’aurais dû prévoir une manette pour t’autodétruire…

Il disparaît.

COMI
J’ai tué mon créateur…

MANOA
Non, père l’a juste téléporté ailleurs ! Vous ne tuerez plus aucun d’entre nous !

Elle décoche une flèche sur Comi et celui-ci perd un côté de son armure. Ses circuits sont exposés à l’air libre, ce qui engendre chez lui une certaine panique des plus palpables.

COMI
Tenez bon, je reviens !

Il part. Pendant ce temps, Folio Mentol maintient Dome au sol en l’étranglant.

FOLIO
Tu vas mourir pour de vrai cette fois ! Il me suffit de te couper la tête.

DOME
Alors FAIS-LE ! QU’EST-CE QUE TU ATTENDS ?

FOLIO
Ce serait du gâchis, ce n’est qu’une question de temps avant que tu ne deviennes comme moi !

DOME
Je ne le serai jamais…

FOLIO
Toi aussi tu en as marre de l’humanité ! Tu en as assez d’être passif, d’endurer, de rester muet face à leur stupidité, leur méchanceté, leur incohérence… Accepte la vérité !

DOME
(étouffant de plus en plus)
Il… il y a d’autres solutions que la violence…

FOLIO
TAIS-TOI, JE SAIS QUI TU ES ! JE TE CONNAIS DAMI ZAN ET MIEUX QUE TU NE LE CROIS !

DOME
Si tu me connais tant que ça, tu devrais m’achever…

FOLIO
Oh, mais pourquoi dont ?

DOME
Même si je hais cette vie… et les gens… JE FERAI TOUT POUR LES DÉFENDRE !

FOLIO
Tu me déçois… Bon, tant pis, tu vas mourir !

Il s’élance pour lui couper la tête.

ATONIN
Sois courageux Atonin !

Il enfonce sa lance dans le dos de Folio Mentol.

FOLIO
(en se retournant pour regarder Atonin droit dans les yeux)
Finalement, as-tu pris ta crème glacée au caramel ou au chocolat ?

ATONIN
Vanille !

FOLIO
Tu aurais dû prendre au caramel ! C’EST FRANCHEMENT MEILLEUR !

Il agrippe Atonin et l’expédie dans la forêt.

FOLIO
Désolé, mais je ne pourrais tolérer que tu découvres la vérité à ton sujet. Pas maintenant.

HISIS
(en provoquant Nara)
Attention, mes deux grosses boules de magie sont plus puissantes qu’une bombe nucléaire.

NARA
Je ne crois pas que ta magie soit aussi forte. Et arrête d’appeler ça des « boules » !

HISIS
Tu serais surprise de la force de la magie ! Dommage, tu ne l’expérimenteras jamais par toi-même puisque c’est ici, que toi, mon éternelle rivale, tu mour…

Théodore enfonce ses bâtons pointus dans Hisis : un dans le coeur, l’autre dans la tête. Il se dépêche ensuite d’essayer de lui arracher la tête, avec ses griffes, mais elle disparaît.

MANOA
Père, nous ne sommes plus que deux !

FOLIO
Inutile de me le faire remarquer !

Wilop tente d’embrocher Manoa, mais Folio l’expédie au sol avec la télékinésie.

FOLIO
De toute façon, ils n’ont aucune chance.

NARA
Ça suffit ! À mon tour d’utiliser mes « boules » !

Elle fait apparaître deux sphères de magie d’une taille colossale et les lance sur Folio Mentol qui les reçoit sans broncher. Seul le haut de ses vêtements a brûlé.

FOLIO
Mais encore ?

NARA
Ah, je déteste ma vie…

Épuisée, elle s’évanouit. Malgré ses propres blessures, Wilop l’attrape de peu.

MANOA
Oui, oui, père, nous sommes en train de les vaincre ! Laissez-moi les achever !

Elle prépare une pluie de flèches, mais pourvue d’une force et d’une rapidité complètement folle, l’épée de Dome traverse sa tête puis se plante dans un arbre.

DOME
Adieu, traîtresse.

Le regard de Manoa se fige, elle est raide morte.

FOLIO
Non ! Tu n’aurais pas dû ! Je suis très très très en colère !

Il désintègre Dome d’une seule sphère d’énergie, en ne laissant que la tête et les épaules.

FOLIO
Bon, il ne reste que Dowin.

THÉODORE
Tu m’oublies…

FOLIO
Théodore, ton instinct animal t’a averti que tu ne peux rien contre moi, sinon tu m’aurais déjà attaqué. Tu devrais l’écouter et fuir à toute jambe… Ici, l’amour n’existe pas.

Théodore l’approche, le regard gorgé de sang… mais Dowin fait un pas devant lui.

DOWIN
(terrifié, tétanisé par la peur)
Folio ! Je… vais t’affronter et… je vais… je vais gagner !

FOLIO
Ridicule, je n’ai pas de temps à perdre avec toi !

Il fait apparaître une gigantesque sphère d’énergie qui couvre le ciel tout entier.

FOLIO
C’est l’une de mes attaques concentrées les plus fortes. Je crois que la légende de Dowin est terminée et qu’enfin, la légende du fou peut commencer. Au revoir mes amis !

Il propulse son attaque sur Dowin puis disparaît, se téléportant ailleurs.

THÉODORE
Dowin, occupe-toi de sauver ta peau, je m’occupe de sauver les autres !

DOWIN
Non, vous n’aurez pas le temps de fuir !

Il court héroïquement et percute la sphère. Un énorme choc retentit.

La fumée se dissipe… Dowin est étendu par terre.

WILOP
(en rampant vers Dowin)
Dowin, ne meurs pas ! On a besoin de toi !

NARA
(en reprenant quelque peu conscience)
C’est impossible qu’il ait survécu… Cette magie… C’était monstrueux.

WILOP
La puissance de Folio Mentol est beaucoup plus grande que ce que disait la Légende ! Il m’a cassé les deux jambes d’un seul mouvement de télékinésie ! On a été trompé !

THÉODORE
Insinues-tu que celle-ci n’a été écrite que pour causer notre mort ?

WILOP
Absolument. Je ne peux plus penser le contraire… Quelqu’un quelque part a écrit cette légende seulement parce qu’il souhaitait notre mort et mon père a été assez naïf pour y croire ! Il voulait tellement « faire quelque chose de bien de sa vie ». Il n’a que condamné ses propres enfants et des gens extraordinaires… Mes premiers amis, mes seuls amis…

Le guerrier pleure à chaude larme, il n’en peut plus.

THÉODORE
Wilop, nous sommes venus en connaissance de cause, pour Pokilla et Jules. Nous ne sommes pas si naïfs… Ne perds pas espoir, nous n’avons pas dit notre dernier mot.

[…]

Un peu plus loin de là, le corps de Bob gît dans un buisson. Deux agents de Swono s’approchent en silence, excessivement silencieux, ne parlant qu’en murmurant.

AGENT W-2
Faisons ça vite, j’ai vu le robot récupérer des pièces sur ses « frères ». Il reviendra d’un instant à l’autre. On vérifie son pouls, on l’achève au besoin, puis on se met en position.

AGENT G-5
Bien.

Bob rouvre les yeux, attrape leur tête et les assomme l’un contre l’autre.

BOB
Désolé de vous décevoir messieurs, mais j’avais prévu votre venue. J’ai connu un expert en craquage de cou de toute sorte, le célèbre Jackare, plusieurs fois champion du monde de combat extrême. Je sais très bien ce qu’il faut faire pour survivre… et faire semblant.

Il pivote vers un arbre un peu plus gros que les autres.

BOB
Sortez de votre cachette qu’on en finisse.

Un autre agent sort de derrière l’arbre pour tirer. Bob l’abat vite d’un tir de rayon laser.

BOB
Je me présente, Boniface Sanssouci, ancien agent secret et tireur d’élite. Ne vous fiez pas à vos dossiers et à cet acte héroïque pour sauver la jeune Samanta de son père. En temps normal, j’étais loin d’être commode, j’étais plutôt celui qui torturait les plus récalcitrants.

Il attrape les deux agents semi-conscients par le collet.

BOB
Qui de vous deux souhaitent survivre ?

AGENT W-2
(en se ressaisissant)
Aucun de nous ne parlera.

Un rayon laser percute sa tête et la désintègre totalement.

BOB
(en regardant l’agent qui reste droit dans les yeux)
Ton Swono vaut-il réellement la peine que tu y laisses ta vie ?

AGENT G-5
C’est notre père à tous…

Bob braque le fusil sur sa tête, prêt à faire feu, le visage effrayant.

AGENT G-5
Je ne dirai rien.

BOB
Pauvre de toi, j’ai appris la psychologie pour mieux cerner mes ennemis et surtout, j’ai appris à faire du pain pour dissimuler les restes de ceux-ci. J’espérais ne plus jamais redevenir l’homme que j’étais, je pensais pouvoir vivre une petite existence heureuse, aider mon prochain, mais voilà que ma protégée est morte. Vous allez donc tout me dire, et vite.

Il plonge l’un de ses doigts dans l’œil de l’agent G-5.

[…]

Les sauveurs encore conscients entendent un cri d’horreur étouffé.

WILOP
C’était quoi ça ?

NARA
Ce n’était pas Atonin. Il faut sauver Jules et Pokilla, et s’enfuir d’ici !

Un petit homme se relève héroïquement, prêt à combattre.

DOWIN
Je suis encore en vie, et je vais massacrer ces démons !

WILOP
Dowin, tu es vraiment le sauveur !

Dowin s’écroule. Théodore le rattrape et le dépose par terre.

DOWIN
Théodore, finis la mission sans moi, je vais me reposer…

THÉODORE
Ne t’en fais pas, je n’en ferai qu’une seule bouchée.

COMI
(en jaillissant du bois avec une armure blindée)
Je viens avec toi.

NARA
Ah ! Ah ! Comi, tu t’es endurci en utilisant le cadavre de tes frères ! Très bonne idée !

COMI
Est-ce qu’on peut éviter de dire ça de cette manière ?

THÉODORE
Bien, accompagne-moi Comi. Quelqu’un d’autre veut venir ?

Dome se relève, ayant fini de se régénérer.

DOME
Je vais m’assurer qu’Atonin va bien. Théodore, je compte sur toi. Laisse jaillir ta rage…

Théodore lui sourit, salivant en imaginant la carcasse de Sciator entre les mains.

[…]

AGENT G-5
C’est bon, c’est bon, je dirai tout !

Bob sort son doigt du trou de l’œil, et lui sourit, tout gentil, tout bonasse.

BOB
Dis-moi où se cache votre bombe.

AGENT G-5
Je ne vois pas de quoi vous voulez parler !

BOB
Bon, il semble qu’il y a un nerf optique qui veut à nouveau être trituré…

AGENT G-5
Non, c’est bon, ÇA SUFFIT ! La bombe se trouve sur Swono. On ne pense pas l’utiliser, c’est seulement si notre plan de tuer les plus à risque d’entre vous échoue.

BOB
Par curiosité, qui considérez-vous comme étant les plus à risque ?

AGENT G-5
Théodore, Atonin, Dome, Nara, le robot, Pokilla. Je… je crois que c’est tout.

Bob l’achève d’un tir de rayon laser dans la tête.

BOB
Désolé, mais tu aurais clairement dû me nommer.

[…]

Dans le repaire de Folio Mentol.

THÉODORE
Fais attention, même si on réussit à contourner les pièges, nous affronterons Sciator.

COMI
Je m’occupe de désactiver les pièges !

THÉODORE
Comment ?

COMI
En me sacrant dedans !

THÉODORE
Quoi ? Non, arrête !

COMI
Pour le bien ! Vitesse maximale !

Il fonce à toute vitesse et déclenche plein de pièges comme des fusils lasers sur les murs et des piques sur le sol. Il réussit à traverser intact, sans même une égratignure.

COMI
Et voilà, tu peux venir !

THÉODORE
(estomaqué)
Woah.

[…]

Bob se promène subtilement entre les arbres. Il trouve un premier groupe de deux agents, leur fait fondre la cervelle sans qu’ils n’aient eu le temps de réagir, puis il continue son chemin. Un autre groupe, cette fois de trois agents, n’a pas le temps de pousser le moindre cri. Troisième groupe, sept agents, dont un plus vieux que les autres. Bingo. Tous morts.

SWONO
Équipe numéro cinq, vous m’entendez ?

Aucune réponse.

SWONO
Ils se sont fait avoir eux aussi. Je vous entraîne toute votre vie, je vous dope des meilleurs produits médicinaux, je vous munis des meilleures armes du marché et vous vous faites tous tué un à un par un vulgaire boulanger à deux cheveux de prendre sa retraite !

L’agent T s’approche de lui.

TERRY
Il vaudrait mieux partir, l’opération est compromise.

SWONO
Non, c’est une opportunité en or de tuer dans l’œuf ceux et celles qui risquent de…

Bob jaillit et tire sans attendre dans la tête de Swono, puis il abat cinq des six autres agents pendant qu’ils tendent leur arme vers lui. Un seul réussit à survivre à l’assaut du tireur expérimenté, Terry qui se cache vite derrière le 4X4 pour ensuite s’enfuir dans la forêt.

Bob agrippe le corps de Swono, déchire son gilet et découvre la bombe.

SWONO
Bien bonjour, Bob…

Le boulanger sursaute, son ennemi est encore en vie.

BOB
Je vois, les rumeurs disaient vrai, tu es invulnérable.

SWONO
Je vois que tu t’es informé sur notre petite organisation.

BOB
J’ai encore un ou deux amis dans les services secrets.

SWONO
Note à moi-même : anéantir toutes les anciennes connaissances de Boniface Sanssouci.

BOB
Tu n’en auras pas l’occasion…

SWONO
Oups, j’ai activé la bombe. Il te reste cinq minutes pour poser toutes tes questions.

BOB
Je préfère la désactiver…

SWONO
Ça n’a jamais été ta spécialité. Qui plus est, il s’agit d’une bombe chimique nouvelle génération. Elle tuera tes amis, leur village et avec un peu de chance, quelques démons.

BOB
Bon, je n’ai pas trente-six solutions…

Il immobilise Swono d’une prise de lutte et l’amène de force près d’une falaise.

SWONO
Bien pensé, mais d’autres de mes agents sont en route.

TERRY
Et nous avons un otage.

ATONIN
Allo.

Un frisson parcourt le corps de Bob… Atonin a été fait prisonnier.

[…]

Dans la pièce où se trouve la cage au-dessus du baril d’acide.

Jules et Pokilla s’enlacent en silence, tous les deux incroyablement tendus.

Ils entendent du bruit et se séparent rapidement…

THÉODORE
(en entrant dans la pièce)
Pokilla !

POKILLA
(s’approchant des barreaux, comme ensorcelée par l’arrivée de Théodore)
Théodore !

THÉODORE
Je me suis tellement inquiété pour toi !

Guirdop entre à son tour, d’une direction opposée à Théodore et Comi.

GUIRDOP
C’est fini maintenant, tu seras libéré de cette « inquiétude » !

Il active un levier et la cage se dirige vers le bain d’acide.

Pokilla et Jules défoncent une partie de la prison suspendus d’un seul coup de pied, celle-ci déjà amoindrie par la lime. Puis, Pokilla attrape Jules et elle saute sur la terre ferme.

POKILLA
Qu’est-ce que tu dis de ça, Guirdop ?

La cage tombe dans l’acide.

GUIRDOP
C’est impossible !

JULES
Euh, Pokilla, tu peux me déposer…

POKILLA
Oui, désolée pour ta fierté masculine !

Elle le dépose et Théodore en profite pour la prendre subitement dans ses bras.

THÉODORE
J’avais si hâte de te revoir ! Je t’aime Pokilla, je n’ai jamais cessé de penser à toi…

POKILLA
Merci d’être venu nous sauver.

GUIRDOP
Merde ça va faire, personne ne me demande qui je suis !

JULES
Tu es l’une des inventions de Fabius, tu craches de l’acide et tu es très fort et très robuste. Je le sais et je m’en fous.

GUIRDOP
Exactement et je suis très heureux d’enfin vous affronter !

JULES
(indifférent à Guirdop)
Ah, woah, ça fait du bien de sortir de cette cage !

POKILLA
J’y étais plutôt bien, moi… Mon village est une cage beaucoup moins amusante.

JULES
(en regardant Pokilla droit dans les yeux)
Tu sais très bien que moi aussi j’étais… Ce n’est peut-être pas le moment.

THÉODORE
Jules, Comi, on va s’occuper de Guirdop !

COMI
Le bien ne peut plus perdre !

GUIRDOP
Arrêtez, vous me faîtes peur. Non mais sans farce ! Vous êtes pitoyables.

THÉODORE
Il commence à m’énerver.

JULES
S’il t’énerve déjà Théodore, imagine nous qui l’avons enduré des jours durant !

POKILLA
Faisons la fête.

Tous foncent sur Guirdop, mais ils restent collés par terre.

JULES
Les pièges magiques d’Hisis !

THÉODORE
On est coincé !

[…]

L’air un peu perdu, Atonin dévisage le canon du fusil laser braqué sur sa tête.

ATONIN
Bob, peux-tu m’expliquer ce qui se passe ?

BOB
Je n’en suis pas sûr moi-même.

TERRY
Lâche immédiatement Swono…

BOB
Idiot, ton père ne désactivera pas la bombe, il te sacrifiera !

TERRY
J’en suis conscient ! Maintenant, LÂCHE-LE OU JE TUE TON AMI !

ATONIN
Au secours ?

Bob s’approche du rebord de la falaise sans lâcher Swono…

ATONIN
Euh, Bob, pourquoi fais-tu l’exact contraire de ce qu’il te demande ?

BOB
Juste avant de me sacrifier, Swono, peux-tu me faire part de tes réelles intentions ? Il y a un 1 % de chance que je trouve cela louable. Choisis bien tes mots, et sois concis.

SWONO
Personne ne doit prendre connaissance que vous existez.

Il donne un coup de tête à Bob et réussit à se déprendre.

[…]

GUIRDOP
Ah ! Ah ! Ah ! Ma tâche s’annonce plus aisée que prévu, c’est presque dommage.

COMI
Erreur vile créature des enfers, j’ai encore mon fusil !

Il tire un laser en direction de Guirdop, mais celui-ci se tasse rapidement. Puis, le monstre bondit sur Comi et appuie sur son bouton de désactivation. Comi s’éteint dans un cri.

GUIRDOP
C’est si simple avec vous, les robots !

THÉODORE
Avant que tu me tues, laisse-moi quelques derniers mots.

GUIRDOP
Vas-y pendant que je prépare mon crachat.

THÉODORE
(en se tournant vers Pokilla)
Pokilla, je sais que tu partages mon amour, nous sommes des âmes sœurs… Je n’attendrai pas de te connaître davantage, j’ai l’impression de te connaître depuis toujours ! Pokilla Marius, veux-tu m’épouser ? Je promets de te libérer de toutes tes chaînes, pour l’éternité.

JULES
C’est quand même ironique de la libéré pour ensuite lui mettre tes propres chaînes.

THÉODORE
Jules, tais-toi, ça ne te regarde pas. Ne gâche pas le moment !

Pokilla respire un bon coup.

POKILLA
Désolé Théodore, mais on doit connaître une personne avant de lui dire je t’aime, encore plus quand il est question de la marier. Notre amour n’a rien de sain, ce n’est qu’un mirage.

THÉODORE
Mais, j’ai tout fait pour toi, j’ai bravé tous les dangers…

POKILLA
Tu aimes la Pokilla de ton imagination, rien ne dit que tu m’aimeras.

THÉODORE
Je vois, les autres avaient raison, Jules et toi êtes tombés en amour…

JULES
Théo, ce n’est réellement pas le mo…

THÉODORE
Je t’ai dit DE TE TAIRE !

Pris d’une rage incommensurable, le regard gorgé de sang, il fait pousser ses griffes et s’élance vers le cou de Jules d’une seule main… mais quelque chose lui coupe le bras.

THÉODORE
Sciator…

À côté d’eux, Sciator repousse le sang sur sa lame à l’aide de son autre lame.

JULES
(troublé, en regardant son sauveur)
Tu m’as sauvé la vie.

THÉODORE
Je… Jules, je n’aurais jamais fait ça, je me serais arrêté, je le jure.

POKILLA
Théodore, je ne t’aimerai jamais si tu blesses les gens que j’aime.

THÉODORE
Je suis sincère, je n’aurais jamais fait ça… Je m’étais arrêté, je…

SCIATOR
Silence humain… Regarde tes griffes, elles s’étaient résorbées pour ne pas le tuer. Ton inconscient a parlé, mais j’ai quand même réagi par réflexe. Désolé pour ton bras.

THÉODORE
Je ne sais plus ce qui m’arrive…

POKILLA
Si tu ne te calmes pas, tu deviendras un véritable monstre. C’est écrit dans la légende.

GUIRDOP
Ah, fermez la !

Il frappe Pokilla dans le ventre et celle-ci s’évanouit sur le coup.

GUIRDOP
Sciator, tue les deux autres, je m’occupe d’elle…

Le regard ensanglanté de Théodore revient, mais Jules éclate de rire.

GUIRDOP
Euh, pourquoi ris-tu ?

JULES
Il est tellement bête qu’il n’a pas compris !

SCIATOR
Guirdop, ton pire ennemi va te déchiqueter.

GUIRDOP
(en regardant un peu partout)
Qui, Dowin ?

SCIATOR
Théodore, je te prendrai sous mon aile, je t’apprendrai à redevenir humain.

THÉODORE
Nous sommes des ennemis jurés, je me retiens de ne pas d’éviscérer…

SCIATOR
Notre seul ennemi, c’est nous-même, c’est notre ignorance. Maintenant, j’ai découvert l’amour, j’ai découvert la plus belle et violente chose de cette terre. J’ai tout appris de Pokilla et Jules, j’aurais aimé jouer avec eux… Moi aussi je veux connaître l,amour.

JULES
Euh, je crois qu’il voulait dire l’amitié. Pokilla et moi, nous n’avons pas…

THÉODORE
Silence. Je ne veux rien savoir.

GUIRDOP
Tu vas payer Sciator, tu oublies que je suis plus fort que toi !

SCIATOR
Tu as l’air d’aimer l’acide, Guirdop.

GUIRDOP
Oui, j’adore l’acide ! J’ai justement un crachat tout prêt pour toi !

SCIATOR
Bien, ne perdons plus de temps.

Il abaisse un levier et un mur apparaît pour séparer Guirdop des autres. Le monstre se retrouve seul dans la salle avec le baril d’acide qui se déverse soudainement sur lui.

GUIRDOP
Mais, c’est impossible, je suis le meilleur, je suis le plus fort ! SCIATOOR !

L’acide le recouvre et le dissout complètement.

SCIATOR
À partir de maintenant, il existe en ce monde un monstre pourvu d’un cœur.

[…]

Swono profite de son évasion pour faire une savate à Bob histoire de le faire tomber du haut de la falaise, mais Bob lui attrape le pied puis lui tire dans la tête. Le temps de se régénérer, Swono reste inconscient. Il ne reste que 57 secondes au compte à rebours de la bombe.

Bob se prépare à lancer Swono dans le vide.

TERRY
Un geste de plus et la cervelle de ton ami explose !

ATONIN
Bob, si cette bombe ex…

BOB
Oui, elle tuera tout le monde.

ATONIN
Okay, lance-la, je suis prêt à mourir. Je lègue tout à Dowin parce qu’il me fait pitié.

Il ferme les yeux. Bob continue de marcher vers le rebord.

BOB
En vérité Atonin, je suis convaincu qu’une simple balle ne peut pas te tuer.

Terry angoisse, une goutte de sueur perlant sur son front. Il a été démasqué ?

BOB
Voilà, merci d’avoir confirmé que j’avais raison.

D’autres agents surgissent au moment où Bob soulève Swono pour le lancer.

AGENT D
Tirez sur la bombe, faites-la sauter !

Bob protège la bombe avec son corps, recevant une bonne dizaine de rayon laser.

BOB
Atonin, c’est magnifique… Je vais rejoindre Samanta. Mon ange… m’attend…

Il tire quelques derniers rayons sur quatre des agents, les tuant, sauf le dernier qui reçoit le tir seulement dans l’épaule. Puis, Bob tombe dans le vide en emportant Swono avec lui.

Pris de rage, tandis que l’explosion surgit tout en bas, Atonin repousse violemment Terry puis se retourne vers les trois agents restants qui pointent leur arme sur lui.

AGENT D
FEU !

Dome bondit devant Atonin et reçoit les rayons à sa place.

TERRY
Arrêtez de tirer !

Les trois autres agents le dévisagent, un peu confus.

TERRY
On ne peut rien contre ces deux-là réunis, sortez vous savez quoi !

L’agent D active l’un de ses boutons de son costume trois pièces et un faisceau lumineux parcourt l’assemblée. Atonin et Dome sont aveuglés pendant trois secondes, juste le temps qu’il faut pour que les quatre agents survivants courent se cacher dans la forêt.

DOME
(un peu perdu)
Atonin ?

ATONIN
Je peux savoir ce que tu fais devant moi, couvert de trous ?

DOME
Aucune idée. Quelque chose a dû affecter notre mémoire.

ATONIN
Je me souviens que j’ai été catapulté dans les bois…

DOME
Moi que Théodore et Comi sont partis affronter les démons sans nous.

ATONIN
On doit être en train de rater les touchantes retrouvailles de Pokilla et Théodore !

DOME
Allons-y ! Avec un peu de chance, on arrivera à temps pour le feu d’artifices.

ATONIN
Théodore qui embroche Jules ?

DOME
Exactement !

Il se reconstitue et part vite aux côtés d’Atonin. Pendant ce temps, au fond de la falaise, Swono s’est régénéré lui aussi, complètement nu, et il soupire profondément.

SWONO
Boniface Sanssouci, je n’aurais jamais dû te sous-estimer…

[…]

JULES
Adieu Guirdop… L’art de tuer quelqu’un qui ne vivait même pas pour vrai !

THÉODORE
Sciator devenu gentil, c’est un autre miracle !

SCIATOR
Si tu n’acceptes pas ma présence dans l’équipe, je partirai. J’accepterai ta décision. J’ai tué toute ta famille, c’est un peu à cause de moi toute cette haine que tu ressens.

JULES
(troublé, en se tournant vers Théodore)
Tu ne nous avais pas dit ça…

THÉODORE
Je ne pleurerai jamais devant qui que ce soit.

JULES
Si tu m’en avais parlé, peut-être que tu n’aurais pas eu tendance à fuir autant tes émotions en te concentrant sur ton amour pour Pokilla. Théodore, tu as besoin de notre aide…

THÉODORE
J’ai besoin de SON aide.

SCIATOR
Je ne tolérerai pas que tu hausses le ton en t’adressant à Jules.

THÉODORE
(en s’assombrissant)
Ça va, j’ai compris… Tu peux rester avec nous si tu veux, je vais laisser de côté le passé. Je perds un amour et un ennemi mortel… Les deux clichés du héros qui s’envolent.

JULES
C’est pour le mieux… Au fait, qui est ce petit robot qui vous a accompagné ?

THÉODORE
C’est Comi, un robot défectueux du Docteur Fabius. Il est digne de confiance.

Jules l’observe, quelque peu curieux, attentivement, et le rallume.

JULES
Voilà !

COMI
Ouf, merci de m’avoir réactivé !

JULES
Il faudra songer à t’enlever cette option de pause. J’ai ma petite idée de comment faire…

COMI
Woah, ce serait génial !

JULES
Enfin, si on réussit à bouger à jour ! Quelqu’un a une suggestion ?

SCIATOR
Les pièges d’Hisis s’estompent d’eux-mêmes, il suffit d’attendre.

POKILLA
(en revenant à elle)
J’ai mal… Qu’est-ce qui s’est passé ?

THÉODORE
Tout va très bien, on retourne au village…

[…]

Dome et Atonin marchent rapidement dans la forêt, en direction des autres.

DOME
Au fait, merci de m’avoir sauvé quand Folio allait m’achever.

ATONIN
Tu croyais que j’allais faire quoi ? Prendre des photos pour ma collection personnelle ?

DOME
Je me demande s’il m’aurait tué pour vrai…

ATONIN
Oui. Il l’aurait fait, la question ne se pose même pas.

Il s’évanouit soudainement, face première dans la bouette.

DOME
Euh…

FOLIO
(apparaissant)
Tu aurais pu l’attraper, bougre de mauvais héros !

DOME
(en prenant le pouls d’Atonin, rassuré que celui-ci respire toujours)
Ça m’a légèrement pris par surprise.

FOLIO
Si tu te poses des questions, aussi bien me les poser en face.

DOME
Qu’est-ce s’est passé tantôt ? Pourquoi j’ai un blanc de mémoire ?

FOLIO
Est-ce si important ? Je m’attendais à plus de pertinence de ta part.

DOME
Je déteste oublier quelque chose.

FOLIO
Quelqu’un vous a hypnotisé, quelqu’un qui ne veut pas que vous sachiez qu’il y a d’autres ennemis que moi en ce monde. Il a raison de le faire, Swono n’en vaut pas la peine.

DOME
Qui est ce « quelqu’un » et ce Swo…

FOLIO
Tu as trois secondes pour trouver une autre question avant que je te désintègre.

DOME
Hum… Que souhaites-tu exactement ? Qu’attends-tu de moi ?

FOLIO
Je suis un fou, je fais n’importe quoi n’importe quand. Votre humanité m’a enlevé toute cohérence et malheureusement pour vous, vous êtes en lisse pour devenir mes proies préférées. Votre amitié vous protège de la contagion de ma folie, il faudra du temps.

DOME
Tu n’aurais qu’à devenir notre ami pour te protéger de ta propre folie.

FOLIO
Ah ! Ah ! Ah ! Comment fais-tu pour me répondre de telle absurdité ? J’ai tué Hako, Samanta, Bob, le chien de Dowin et des milliards d’autres âmes humaines !

DOME
Oui, mais tu as le même regard que moi.

FOLIO
Ah, je vois, monsieur fait un transfert, monsieur s’imagine qu’il me ressemble. J’aurai bientôt rendu fou Dowin, Wilop, Sciator et Théodore, ils feront tout pour me tuer. Que feras-tu contre eux ? Leur expliqueras-tu que « j’ai le même regard » que toi ?

DOME
Même si je t’attaquais, je n’ai pas l’impression que mon épée peut te tuer.

FOLIO
Elle le peut. De même pour les pouvoirs de Dowin, ou ceux de Nara, ou la forme bestiale finale de Théodore. En fait, vous pouvez tous me tuer. Je possède peut-être énormément de pouvoirs, mais mis à part la téléportation, je ne possède aucune spécialité. Je me régénère maladroitement, je n’ai aucune concentration, mes attaques sont approximatives et surtout, je me plais à détruire mes propres stratégies. Oui, rassurez-vous, vous pourrez me tuer.

DOME
Pourquoi en parles-tu avec enthousiasme ?

FOLIO
Peut-être parce que je souhaite tout détruire et que ce tout m’inclut.

DOME
Tu as définitivement des pensées qui ressemblent aux miennes…

FOLIO
Si tu le dis… Sur ce, je vais tuer Atonin pour tester ta réaction.

DOME
Ne t’avise même pas d’essayer…

FOLIO
Juste avant, tu ne me demandes pas pourquoi je t’ai appelé Dami Zan ?

DOME
Je ne veux rien savoir à propos de ce « Dami Zan ».

FOLIO
Est-ce parce que tu n’as pas l’impression de mériter son épée ?

DOME
Je ne la mériterai jamais, mais je m’en fous, je ferai mon possible.

FOLIO
Non, ça te ronge. Tu aimerais être aussi fort que ton idéal. Tu doutes tellement de toi que tu as laissé deux vieux barbus convaincre tes amis d’embarquer dans une légende farfelue au lieu de les convaincre de suivre ton intuition. Ou, tu doutes des autres parce que tu sais qu’ils te trahiront tous tôt ou tard. Tu ne peux pas aimer Nara parce que tu sais qu’elle en aimera un autre. Tu ne peux pas suivre Dowin parce que tu sais qu’il te tuerait si quelqu’un lui mentionnait ton séjour « en enfer ». Tu ne peux pas apprécier l’amitié de Wilop parce que tu sais qu’il deviendra ton ennemi. J’ai connu une fille comme toi, Amme. Elle ne parle plus à personne, elle ne fait que découper des démons comme moi pour taire les voix qui l’habitent. Elle veut s’oublier, disparaître dans un torrent de sang.

DOME
J’espère que tu me la présenteras, je lui tendrai la main avec joie.

FOLIO
Ça viendra… Un jour, tous les gens que j’aurai rendu fou se rencontreront. Dome Dome Dome, notre histoire ne fait que commencer. J’espère que tu le ressens, ça aussi…

DOME
Un jour, je tuerai peut-être autant de gens que toi, et ce sera à toi de me tendre la main, mais pour l’instant, sache que tu pourras saisir la mienne n’importe quand, Casius Marius.

FOLIO
Ne m’appelle pas en utilisant ce nom.

DOME
Ne m’appelle pas Dami Zan.

FOLIO
Bien.

Il fait apparaître une épée et bondit sur Dome… les deux s’embrochent mutuellement.

DOME
C’était soudain…

FOLIO
Tu n’as pas hésité à m’attaquer, je suis surpris.

DOME
Si ma stupidité m’empêche de te tuer, je peux au moins t’empêcher de tuer Atonin.

FOLIO
Oh, je ne me souvenais même plus de cette jolie promesse.

Il se déloge de l’épée de Dome… cette fois, il ne se régénère pas.

FOLIO
Comme toi, tu as oublié que ton épée peut me tuer.

DOME
Régénère-toi…

FOLIO
L’attaque contre Dowin m’a tout pris… Tu m’auras finalement tué, Dami Zan.

DOME
RÉGÉNÈRE-TOI !

Il lâche son épée, court vers Folio et arrête le sang de sa plaie avec ses mains.

Folio Mentol est perturbé. Il l’agrippe et le lance contre le tronc d’un arbre.

FOLIO
Que viens-tu de faire ?

DOME
Je… je ne sais pas trop ce qui m’a pris…

FOLIO
Nous sommes ennemis. Je m’amuse avec toi, mais je te tuerai dès que tu faibliras.

DOME
Je viens à l’instant même de faiblir.

FOLIO
Silence !

Il se régénère et se rapproche de Dome, excessivement sombre.

FOLIO
Ne me touche plus jamais. Je suis un démon, tu dois me tuer ET TU ME TUERAS.

Il disparaît. Atonin se réveille, un peu étourdi.

ATONIN
(en regardant Dome)
Ça va ?

DOME
Oui… je crois. Je suis peut-être juste un peu traumatisé.

[…]

Dans une autre pièce de l’usine, la pièce principale.

Folio Mentol apparaît devant Hisis et le Docteur Fabius qui est inconscient.

HISIS
Guirdop a échoué, il a été tué.

FOLIO
(colérique)
Pas seulement Guirdop, NOUS avons tous échoué.

HISIS
Mais lui, il s’est fait tuer par sa propre arme, l’acide. C’est pathétique.

FOLIO
(théâtral)
Ah lala, comment avons-nous pu perdre aussi facilement ?

HISIS
Nous avons suivi vos ordres.

FOLIO
Tu es si drôle ! Tu te mérites un bon biscuit !

HISIS
(pendant que Folio lui fourre un biscuit dans la bouche)
Quand je vous ai vu vous battre contre les anciens, vous étiez beaucoup plus puissant.

FOLIO
Laisses-moi m’amuser encore un peu avec eux.

HISIS
Vous savez ce que Diabolica en pensera…

FOLIO
Justement. Je suis curieux de voir si elle se rebellera contre moi.

HISIS
Ne m’obligez pas à choisir entre vous deux, j’en serais biologiquement incapable.

FOLIO
Je blaguais, je trouve juste désagréable que Dowin est survécu à l’une de mes attaques les plus puissantes. Cela me complexe, en plus de m’avoir épuisé. Je dois réfléchir à un moyen de le tuer. Peut-être en le téléportant dans un volcan. Naaan, trop simple…

HISIS
Pourquoi pas ?

FOLIO
(plus sérieux)
Pour tout avouer, mon attaque était aussi forte qu’un volcan en éruption.

HISIS
Il faudrait qu’il baisse sa garde…

FOLIO
Il faudrait que Dome et Dowin s’affrontent, que Dowin se voit dans l’incapacité d’activer ses pouvoirs, naïvement perturbé par la situation, et que j’en profite pour l’achever.

HISIS
Voilà que je vous reconnais enfin, père !

Hisis est soudainement soucieuse, l’air confus.

HISIS
Diabolica passe à l’action, son chien galeux, Bêta, est de retour.

FOLIO
Elle est complètement folle… Je l’aime de toute mon âme.

[…]

À la sortie de l’usine.

JULES
(en sortant dehors en compagnie de Comi, tout sourire)
J’ai fabriqué une bombe, elle explosera dans une heure.

DOWIN
Tu pourrais commencer par nous dire salut, Jules !

NARA
C’est ça Jules, dis-le que la bombe est plus importante que nous !

JULES
Vous m’avez tellement manqué !

NARA
Viens à mon chevet et fais-moi un gros câlin !

Jules obéit avec la plus grande des joies.

JULES
Content de te revoir petite sœur…

DOME
(en sortant d’à travers les arbres, avec Atonin)
Ça faisait longtemps, Jules !

JULES
DOME ?!?

DOME
Certes, je suis en vie et en pleine forme !

JULES
Quelle est l’explication logique ?

DOME
Je suis trop têtu pour mourir !

JULES
Ça me va !

Il le prend soudainement dans ses bras.

NARA
C’est moi qui voulais un câlin !

Jules soulève Nara et les trois se font un câlin de retrouvailles. Atonin les rejoint.

ATONIN
N’essayez pas de m’oublier !

JULES
Atonin !!? Qu’est-ce que tu fais ici ?

ATONIN
Je suis venu mourir ! Bon okay, je vais être sérieux : je suis venu te sauver.

JULES
Merci, bienvenue dans l’équipe !

WILOP
Où sont Pokilla et Théodore ?

JULES
Bah, ils discutent… Vous savez, des « choses à régler ».

NARA
Ne nous en parle pas, c’est désespérant.

[…]

Dans la base.

Sciator vérifie que Guirdop est bien mort tandis que Pokilla fait un bandage à Théodore.

POKILLA
Je m’excuse Théodore… J’ai beaucoup pensé à toi pendant que j’étais dans la cage, mais aujourd’hui je remarque l’absurdité de notre histoire. Tu ne m’en veux pas trop ?

THÉODORE
Qui a-t-il d’absurde dans la véracité de deux âmes sœurs qui se rencontrent ?

POKILLA
Bon, euh, tu es lourd… J’aimerais juste qu’on prenne le temps de se…

THÉODORE
J’ai compris, inutile d’en rajouter. Au revoir, mon « amie ».

Il s’en va en contenant ses émotions.

SCIATOR
Comme c’est dur l’amour…

POKILLA
C’est malaisant que tu aies insisté pour assister à la scène.

SCIATOR
C’était pour ta sécurité…

POKILLA
Ou par voyeurisme, tu deviens bon là-dedans !

SCIATOR
Bon, je dois dire à Dowin que j’ai changé de camp.

POKILLA
Place aux révélations !

[…]

Dehors.

JULES
À ce qu’il paraît, mon pouvoir, c’est l’intelligence.

DOWIN
Dans mon rêve, tu possédais une sorte d’appareil qui te permettait de voler !

JULES
Hum…

WILOP
(en sortant des buissons, en rampant)
Rien à faire, je n’ai pas retrouvé Bob… On ne pourra pas l’enterrer.

DOWIN
Repose en paix, Bob…

JULES
Bob ?

DOME
Un homme honorable, il est mort en héros, comme Samanta, Hako, Kurto et Aiglisif.

NARA
Samanta était une pute qui a couché avec Dome.

DOME
Je n’ai jamais couché avec elle et ce n’était pas une pute, d’accord ?

NARA
Ouais ouais, je l’aimais bien moi aussi.

Théodore sort de l’usine et continue tout droit, sans les regarder.

NARA
Théodore ?

Il continue sa route.

NARA
Bon, je pense qu’il ne nous attendra pas pour le retour.

DOME
Hum, il pleurait… C’est sûrement la première fois que je le vois pleurer.

ATONIN
Moi j’ai surtout remarqué qu’il lui manque un bras… MAIS BON.

NARA
Bon, encore de la job pour Nara… Achevez-moi.

DOWIN
Euh, Dome, pendant que j’y pense, pourquoi Folio t’a appelé Dami Zan ?

DOME
Aucune idée…

ATONIN
Bob était plus qu’un gars honorable, c’était un boulanger psychologue toujours prêt à aider les autres en toute simplicité. C’est grâce à lui que je suis encore en vie et jusqu’au dernier moment, il m’aura appris à avoir moins peur de la mort, et à m’ouvrir aux autres.

DOME
Woah, tu réponds mieux aux questions que moi maintenant Atonin.

Sciator sort de l’usine suivi de Pokilla…

SCIATOR
Salut Dome, prêt pour ta revanche ?

DOME
Absolument !

Il tend son épée et d’une pirouette des plus agiles, il atterrit derrière Sciator, prêt à le pourfendre. Sciator et Jules sont vachement étonnés par sa nouvelle force.

JULES
Arrête Dome, Sciator nous a aidés !

SCIATOR
Euh, merci Jules… Je blaguais Dome, je ne veux pas te tuer.

DOME
Nuance, tu m’as déjà tué !

SCIATOR
J’ai changé, demande à Jules…

JULES
Tu peux lui faire confiance, il a tué Guirdop.

DOME
Si seulement je savais qui est Guirdop.

JULES
Il vaudrait mieux partir en fait, j’ai quand même activé une bombe dans l’usine.

DOME
Ce n’est pas faux.

DOWIN
Courons au ralenti pour éviter l’explosion !

NARA
Dowin, décroche…

Dowin est tout piteux.

POKILLA
Allons retrouver mon nudiste de père, et ce vieux grincheux de Dotovip.

WILOP
(encore concentré à chercher Bob, il ne remarque que maintenant l’arrivée de sa sœur)
Pokilla…

POKILLA
Tu ne vas quand même pas pleurer ? Ne me fais pas honte, mon frérot handicapé !

WILOP
Tu crois que père me nommera chef de retour au village ?

POKILLA
Décroche…

DOME
Il vaut mieux ne pas tarder, mon intuition ne me dit rien qui vaille.

DOWIN
La bombe ?

DOME
Non, le village… Je crois que tout ça avait pour but de nous éloigner.

DOWIN
Pourquoi ? C’est nous les sauveurs, c’est nous les gens importants à tuer !

DOME
Hum, je pense que certaines personnes ont une vision plus large que nous de la vérité. Dépêchons-nous !

[…]

De retour au village.

Lopojo garde le village avec un autre homme de son âge, Mojorant.

MOJORANT
(en bâillant)
Je commence à avoir hâte à l’autre tour de garde…

LOPOJO
Reste éveillé Mojorant.

Il bouge une torche et remarque qu’à l’autre bout, personne ne lui répond.

LOPOJO
Lilas et Fleuve ne répondent pas.

MOJORANT
Ils se sont sûrement endormis, ces deux-là passent leur temps à s’embrasser, ils doivent être fatigués. Pourtant, mes parents, après m’avoir eu, ils ne se touchaient même plus.

LOPOJO
Reste ici, je vais voir !

Il part en courant.

MOJORANT
Tu prends ces protocoles beaucoup trop au sérieux, Lopojo !

[…]

Lopojo ne trouve que les pieds de Lilas et Fleuve.

LOPOJO
Mojorant !

Il se retourne, et voit celui-ci se faire dévorer en un instant par une espèce de monstre avec une gueule énorme, une gueule pourvue d’une sorte de trou noir au fond de la gorge.

LOPOJO
ALERTE ! Que tout le monde se réveille ! BÊTA EST REVENU !

VIGNE
(en sortant de sa hutte, endormi)
Ça va ? Qu’est-ce qui se passe ?

LOPOJO
Vigne, ne regarde pas…

Le jeune Vigne voit ses parents morts et reste bouche bée.

VIGNE
Ce sont… les pieds de ma mère, et de mon père.

Le monstre bondit vers eux en un éclair.

LOPOJO
(en se plaçant vite devant Vigne, une lance à la main)
ATTENTION !

À suivre…