[D.U.A.M.] Brouillon de l'épisode 6

Dans un appartement miteux

Épisode 6
« Taisez-vous ! »

Écrit par Dominic Fortin-Charland
2009

[…]

Deux ans avant les événements de l’appartement miteux, et de la maladroite réunion de Toqui, Malias, Azure, Take, Rabi et Dami, une clôture électrique garde une petite maison de banlieue pour l’instant paisible. Dans le salon, Dami, habillée en fille, va voir Atiole, son père qui se repose sur le divan.

DAMI
C’est correct si j’invite une amie ?

ATIOLE
(surpris, se redressant)
Une amie ?

DAMI
Je l’ai rencontrée sur Internet.

ATIOLE
Internet…

DAMI
Je crois qu’à 18 ans, on a théoriquement le droit de voir ne serait-ce qu’une autre personne à part ses parents !

ATIOLE
Je n’ai pas dit le contraire… Parle-moi un peu d’elle. Elle étudie en quoi ?

DAMI
Nara, mon père veut savoir dans quoi tu étudies !

Nara entre dans la pièce pour répondre… Atiole reste bouché bée, frôlant la crise d’angoisse.

NARA
(mal à l’aise)
Salut…

ATIOLE
(à Nara, sous le choc, comme s’il venait de voir le démon)
Sors d’ici…

NARA
(étonnée)
Quoi… ?

ATIOLE
(hystérique)
SORS D’ICI !

Solange, la mère de Dami, les rejoint et devient elle aussi très angoissée en voyant Nara. Cependant, au contraire de son conjoint, elle reste calme et s’approche doucement de la fille en question.

SOLANGE
Pourrais-tu attendre dans l’autre pièce s’il te plaît ?

NARA
Oui…

Elle y va tandis qu’Atiole fulmine, prêt à la sortir de force.

SOLANGE
(à son conjoint)
Sors prendre l’air, tu reviendras quand tu te seras calmé !

ATIOLE
JE NE VEUX PLUS JAMAIS LA REVOIR !

SOLANGE
SORS !

Atiole s’exécute sachant que sa femme n’a pas tort, et se sachant incontrôlable.

SOLANGE
Je crois qu’il est temps que tu en saches un peu plus au sujet de ton « internement »…

DAMI
(tremblant)
C’est soit ça ou je le…

SOLANGE
(mettant sa main sur la bouche de sa fille)
Ne termine pas cette phrase.

DAMI
Je suis censé le laisser détruire ma vie ?

SOLANGE
Assis-toi…

Dami s’exécute, hésitante, tentant comme elle peut de rester calme.

SOLANGE
Tu me promets de ne pas rire de moi ?

DAMI
Vas-y…

SOLANGE
Pour ton deuxième anniversaire, ton père nous a amenés dans une fête foraine juste avant qu’elle ne ferme. Il voulait absolument que tu puisses connaître les manèges, la foire, les géants sur des échasses…
(léger silence)
J’ai tout gâché. J’ai insisté pour aller à l’attraction de la diseuse de bonne aventure, « La Taupe » qu’on l’appelait. On m’avait dit qu’elle était drôle… mais ce qu’elle a dit nous a… détruit.

[…]

16 ans plus tôt, les parents de Dami mangent de la crème glacée et ils rigolent vivement.

ATIOLE
(hésitant)
Tu n’aimerais pas mieux un autre manège ?

SOLANGE
(enthousiaste)
Allez, tout le monde en parle !

ATIOLE
Avoir su, j’aurais apporté mon magnétophone !

Solange attrape sa main, pressée, amusée. Elle pousse le carrosse jusque dans la tente de la diseuse de bonnes aventures. Celle-ci les regarde entrée, accueillante, en lavant sa boule de cristal.

LA TAUPE
Je vous en pris, asseyez-vous.

SOLANGE
Bonjour ! Moi c’est Solange ! Voici mon mari, Atiole, et Rose, ma…

LA TAUPE
Oui, je sais. Il semble que je sois médium.

SOLANGE
Oui, c’est vrai, j’oubliais !

Elle regarde son mari de manière complice et celui-ci soupire faussement, jouant le jeu.

LA TAUPE
Vous payez et je commence.

ATIOLE
C’est combien ?

LA TAUPE
40.

ATIOLE
C’est cher.

LA TAUPE
Non, ça ne l’est pas. Profitez-en, vous êtes peut-être mes derniers clients !

ATIOLE
(hésitant, regardant sa femme)
Es-tu sûre de vouloir te faire arnaquer ?

SOLANGE
S’il te plaît, ça va être amusant !

ATIOLE
Ce que femme veut, femme l’obtient !

Il donne l’argent à La Taupe et celle-ci le compte méticuleusement.

LA TAUPE
(relevant les yeux vers eux)
Parfait, que voulez-vous savoir ?

SOLANGE
Est-ce que notre petite fille aura une vie heureuse ?

LA TAUPE
(distante)
Vous n’aimeriez pas plutôt savoir si votre couple durera ?

SOLANGE
(son sourire est un peu moins étincelant)
Pourquoi ?

LA TAUPE
Comme je l’ai intrinsèquement précisé sur ma pancarte à l’entrée, je n’aime pas lire dans l’esprit des enfants.

SOLANGE
Pourquoi ? Est-ce qu’il y a quelconque danger ou…

LA TAUPE
Si vous voulez continuer de rire, je vous conseille de poser des questions amusantes.

SOLANGE
(choquée)
Qu’avez-vous contre ma question ?

ATIOLE
(sombrement, regardant la diseuse de bonne aventure)
Vous êtes en train de perdre deux clients, dont un qui risque d’être pas mal entêté pour se faire rembourser !

LA TAUPE
(soupirant)
Bon, d’accord, allons-y…

SOLANGE
Merci.

La Taupe ferme les yeux, touche à la boule de cristal et son visage s’assombrit aussitôt.

SOLANGE
(chuchotant à son mari)
Elle l’a bien quand même, elle devait faire du théâtre d’été !

ATIOLE
(lui répondant de la même façon)
Je la pensais quand même un peu moins chiante.

Sa femme étouffe son rire tandis que la diseuse entre en transe.

LA TAUPE
Votre garçon est…

ATIOLE
(sec)
C’est une fille.

LA TAUPE
C’était un garçon dans sa vie antérieure. Il s’appelait Dami. Il a tenté de sauver le monde, mais il s’est obscurci. Je vois l’image d’une femme aux yeux noirs… Nara. Une femme dangereuse. Son amante. Après sa mort, votre fils a perdu la raison, ses principes… Il a causé la fin de l’Ancien Monde.

SOLANGE
Arrêtez, vous racontez n’importe quoi !

LA TAUPE
Votre enfant s’est réincarné pour sauver ce monde. Cette fille a fait de même. S’ils ont le malheur de se retrouver, ils mourront très rapidement, chacun causant la perte de l’autre. Ils ne doivent en aucun cas entrer en relation, EN AUCUN CAS ! Ils doivent sauver le monde chacun de leur côté. S’ils se retrouvent, ce sera la fin de notre monde. Nara est trop puissante et Dami est…

ATIOLE
TAISEZ-VOUS !

Il frappe furieusement sur la table, ce qui fait sursauter sa femme, mais pas La Taupe.

ATIOLE
Rendez-moi mon argent, ce que vous dîtes n’est qu’un ramassis de conneries !

LA TAUPE
(le fixant droit dans les yeux)
Votre femme pense en ce moment même aux dessins qu’a fait votre « fille ». Ceux avec une femme aux yeux noirs, cheveux courts noirs et l’aura tout aussi noir. Elle est accompagnée d’un guerrier à l’épée.
(ne quittant pas l’homme du regard)
Solange, pouvez-vous approuver ?

SOLANGE
(troublée)
Oui… c’est vrai.

ROSE
Nara !

Son père et sa mère se retournent soudainement vers leur fille, troublés tous les deux, sans voix.

LA TAUPE
C’est son premier mot, n’est-ce pas ?

ATIOLE
Oui…

SOLANGE
Les médecins… n’ont… n’ont jamais compris pourquoi elle ne voulait pas parler.

LA TAUPE
C’est très rare, mais il semble que Rose se souvient de son ancienne vie.

ATIOLE
TAISEZ-VOUS !

Il lance la boule de cristal sur le mur et celle-ci éclate en petits morceaux.

LA TAUPE
Calmez-vous, je ne veux que vous aider.

ATIOLE
C’est faux, vous ne faites ça que pour l’argent !

La diseuse leur tend l’argent, vexée.

LA TAUPE
Sauvez votre fille en lui évitant de faire les mêmes erreurs. Elle doit apprendre à séparer ses objectifs de sa vie personnelle.

ATIOLE
Au plaisir de ne jamais vous revoir.

Il prend l’argent, la main de sa femme et en poussant le carrosse, il s’en va.

[…]

16 ans plus tard, Dami et sa mère sont assis dans le salon. Dami tente de ne pas trembler.

DAMI
Tout ça… à cause des conneries d’une diseuse de bonnes aventures ?

SOLANGE
Elle est revenue par la suite, elle nous a dit… autre chose…

DAMI
J’en ai assez entendu.

SOLANGE
De toute façon, tu les sais déjà.

DAMI
(distant, sentant qu’il est pris au piège)
Pourquoi ?

SOLANGE
Ta série, celle sur Folio Mentol, il y a « Dami et Nara » dedans.

DAMI
Tu l’as lu ?

SOLANGE
Est-ce que c’est pour retrouver Nara que tu l’as publiée sur ton site ?

DAMI
Je pensais que c’était du domaine du fictif.

SOLANGE
Le fait qu’elle soit exactement comme la Nara de ton récit, ce serait juste un hasard ?

DAMI
C’est vrai que j’ai connu Nara parce qu’elle a fait partie de mes lectrices… mais ça reste un hasard.

SOLANGE
Et cette photo que nous avons d’elle, c’est un autre hasard ?

Elle sort une photo de son porte-feuille et elle la tend à Dami.

DAMI
Mêlez-vous de ce qui vous regarde !

Il va pour partir, mais sa mère se place devant lui.

SOLANGE
Tu dois lui dire adieu, c’est pour ton bien autant que pour le sien !

DAMI
Si tu as réellement lu ma série, tu ne l’as pas du tout comprise.

SOLANGE
Il fallait que je retienne quoi, mis à part que Folio Mentol et toi vous vous entretuez ?

DAMI
« La vie est ce qu’on en fait !» C’est ça la morale de l’histoire ! Il n’y a rien d’inéluctable.

SOLANGE
Ce « Folio », le combattrais-tu encore si tu le croisais, je ne sais pas moi, à la boulangerie ?

DAMI
Ce n’est que ma partie sombre, il n’existe pas !

SOLANGE
Il s’est réincarné lui aussi…

DAMI
Arrête maman, ça devient grotesque.

SOLANGE
(gravement)
Tu ne dois pas fuguer ! Si jamais tu les rejoins, tu seras tué !

DAMI
C’est ce que cette folle vous a dit quand vous l’avez revu ?

SOLANGE
Elle nous a dit des choses bien plus horribles encore…

DAMI
Les gens peuvent dire n’importe quoi, tu ne connais pas ses intentions.

SOLANGE
Connais-tu celles de Nara ?

DAMI
Elle au moins, elle n’alimente pas la conspiration de la peur qui vous rend totalement stupide !

Il s’en va par la même porte que Nara, pressé de la rejoindre.

SOLANGE
Rose ! Reviens ici, ce n’est pas une raison pour être méchante avec ta mère !

DAMI (de l’autre côté de la porte)
« Méchant » maman, JE NE SUIS PAS UNE FILLE !

[…]

Seize ans plus tôt.

Après le départ des parents de Dami, La Taupe est à présent seule dans sa tente de diseuse de bonnes aventures. Elle enlève sa perruque, son turban, son maquillage, ses grains de beauté, son rouge à lèvres. Elle dévoile son véritable visage, celui de Séniba, une jeune femme au regard dur et fatigué.

Omaco, adolescent, entre et lui tend rapidement une enveloppe remplie d’argent.

OMACO
Dans huit ans, pour être sûr que le plan tienne, vous leur enverrez une photo de cette Nara que j’aurai prise pour vous. D’ici là, j’espère vous compter officiellement dans mon équipe, très chère Séniba.

LA TAUPE
Pour un enfant, vous savez ce que vous voulez.
(soupirant)
Vous devez déjà savoir que je ne lis pas dans le passé ni dans l’avenir, je ne fais que lire dans les pensées qu’ont les gens à l’instant même où je leur parle. Cet enfant criait le nom de cette fille, il veut la retrouver. Mais pas seulement elle, il désire reformer son équipe et sauver ce monde. Bref, j’ai lu la plupart des choses que vous m’aviez dites, excepté toute cette noirceur que vous avez ajoutée.

OMACO
Nara et Dami sont trop forts lorsqu’ils sont ensemble, je dois m’assurer de les éloigner.

LA TAUPE
Pourquoi ?

OMACO
Voulez-vous oui ou non gouverner le monde à mes côtés ?

LA TAUPE
Oui, je n’ai pas de plus sincère désir.

OMACO
Alors, cette discussion est clause. À bientôt Séniba. Vous partez demain à 6 heures du matin.

Il marche vers la sortie…

LA TAUPE
Est-ce réellement nécessaire que je rejoigne l’armée ?

OMACO
Ne vous ai-je pas déjà dit au revoir ?

Omaco s’en va, laissant Séniba seule. Dans son esprit, elle lit : « Vous serez parfaite pour manipuler les prisonniers de guerre. Et au moins, ainsi, vous cesserez enfin de lire dans mon esprit. »

Elle sourit, cet enfant lui rapportera une fortune…

[…]

Seize ans plus tard.

Nara meurt d’angoisse dans la chambre de Dami, troublée par les cris qu’elle a entendus. Dami entre.

NARA
Ça va ?

DAMI
Est-ce que tu m’aimes ?

NARA
Oui…

DAMI
Est-ce que tu m’aimes vraiment ?

NARA
Je te frappe si tu me poses encore la question.

DAMI
Mes parents viennent d’en ajouter une couche sur l’étrangeté de notre vie.

NARA
Tes parents sont des étrangetés tout court. Ça fait juste 18 ans qu’ils te séquestrent…

DAMI
(en allant devant son ordinateur)
Il faut que je supprime ma série…

NARA
Quoi, t’es dingue ? On est peut-être deux trois cents qui attendent la suite !

DAMI
Nara, est-ce qu’on pourrait tenter d’être sérieux, juste deux secondes !

NARA
J’essaie de te faire rire avant que tu ne me pètes une autre crise de panique…

DAMI
Si Folio Mentol tombe dessus et me contacte, qu’est-ce qu’on fera ?

NARA
Ce n’est pas ce que tu voulais ?

DAMI
Mais concrètement, on fera quoi ?

NARA
J’aurais enfin un père ?

DAMI
Et s’il tente de nous tuer ?

NARA
Je m’inquiète plus pour Toqui, Omaco doit déjà l’avoir complètement lobotomisé.

DAMI
(gravement)
Si jamais tu les rencontres, tu devras faire comme si tu ne les connaissais pas.

NARA
Pourquoi ?

DAMI
Si c’est réellement eux, il faudra agir avec stratégie. Imagine qu’ils ne se souviennent que de bribes du passé… Folio, Toqui, Malias, même Rabi… surtout Rabi… ils pourraient tous être dangereux.

NARA
Dois-je te rappeler qu’ils n’ont plus leur pouvoir et que je sais me défendre ?

DAMI
Mes parents ont vu une diseuse de bonne aventure… Elle leur a dit qu’il ne fallait surtout pas qu’on se rencontre, que ça pourrait « détruire le monde ». J’ai l’impression que des gens tentent de nous éloigner. À partir de maintenant, il faut considérer que des ennemis risquent de se faire passer pour des personnages du roman… de la série… de l’affaire que j’ai écrite tout croche en mélangeant les genres !

NARA
(hésitante)
Hum… ton correspondant…

DAMI
Michael ?

NARA
Oui ! Il est difficile à imiter, mais tu crois que ça pourrait être un « faux ?

DAMI
Oui… le doute, c’est ma force et la seule cohérence dans ce monde.

NARA
Est-ce que tu doutes aussi de moi ?

DAMI
Le temps nous le dira.

NARA
J’aurais préféré une autre réponse…

DAMI
(souriant, blaguant)
Moi aussi, mais ne t’en fais pas, je fais très bien semblant de faire confiance aux autres.

Nara le gifle et s’en va avec fracas.

[…]

Quelques mois plus tard, de retour dans le présent, dans la suite présidentielle de l’hôtel Améthyste.

NARA
Merci de me recevoir.

Omaco fait tourner sa chaise vers elle, tenant un livre d’une main et mangeant de l’autre.

OMACO
Tout le plaisir est pour moi, Nara.

NARA
Le fait que tu aies accepté ma venue répond à ma première question.

OMACO
Qui était ?

[…]

De retour dans le passé, Dami poursuit Nara et la retient, ne voulant pas qu’elle parte.

DAMI
C’était vraiment nécessaire, de me gifler ?

NARA
Laisse tomber.

DAMI
Non…

NARA
Je ferais tout pour toi et toi, tu te contentes de douter !

DAMI
Toi aussi tu devrais douter de moi ! C’est le principe même de la philosophie !

NARA
Non, c’est n’est pas comme ça que fonctionne l’amitié !

DAMI
L’amitié…

NARA
L’amour.

Léger silence…

DAMI
Peut-être qu’il vaudrait mieux que tu t’éloignes de toute cette folie, pour ta sécurité.

NARA
Je suis aussi impliquée que toi… Moi aussi je veux faire tomber Omaco.

DAMI
Il vaut mieux ne pas en parler, ils ont peut-être mis des micros !

NARA
ET ALORS ?

DAMI
Et alors, ça change tout s’ils peuvent entendre notre plan…

NARA
Tu sais quoi Dami, tu es comme ton père, aussi peureux et paranoïaque que lui !

DAMI
Ne dis pas ça…

NARA
Si tu ne sais pas aller droit au but, laisse-moi te montrer !

[…]

Quelques mois plus tard, de retour dans le présent, dans la suite présidentielle de l’hôtel Améthyste.

NARA
Nous nous connaissons, indirectement.

OMACO
(ne quittant pas son livre et son repas)
Continuez, vous m’intriguez.

NARA
C’est vrai que vous faites toujours trois choses en même temps…

OMACO
J’essaie de me tenir éveillé, ce monde est ennuyant.

NARA
Vous êtes exactement comme dans son récit.

Un sourire en coin se dessine sur le visage d’Omaco et pour une fois, il quitte son livre.

OMACO
(avec une petite touche de malice)
« Folio Mentol » écrit par Dami, c’est bien ça ?

NARA
Voilà que tu réponds à ma deuxième question.

OMACO
Dami a raison, tu aurais dû t’en tenir à ne pas en parler.

NARA
Je ne suis pas comme lui, je n’ai pas peur de toi. Je sais que tu n’es ni un assassin sanguinaire ni un psychopathe. L’Omaco de son histoire a toujours poursuivi des buts précis et je veux savoir le..

Elle sent une petite douleur dans son cou et commence à se sentir étourdie.

OMACO
(désintéressé)
Continue.

NARA
Qu’est-ce… qu’est-ce que tu m’as fait ?

OMACO
Tu es venu ici pour me tuer, alors je te tue.

NARA
Es-tu… réellement le vrai Omaco ?

OMACO
Nara, tout ceci n’est qu’une partie d’échecs.
(s’approchant d’elle, satisfait)
Je suis les blancs, vous êtes les noirs, et je boufferai votre roi. Il n’y a rien d’autre à comprendre.

Nara saisit son rouge à lèvres, montre qu’il s’agit d’une arme blanche dissimulée, et attaque Omaco.

OMACO
(en évitant le coup de peu)
Comme c’est mignon.

NARA
Laisse-le tranquille !

Omaco dégaine son arme et tire dans le ventre de celle-ci sans lui accorder la moindre attention.

OMACO
Repose en paix. Je ne m’intéresse pas à Dami Zan, seulement à Folio Mentol.

NARA
Laisse-le tranquille… lui aussi.

OMACO
(voyant du coin de l’oeil que celle-ci est toujours debout)
Et puis quoi encore, tu ne veux pas mourir ?

NARA
(de plus en plus sombre et tremblante)
Tu as plongé l’humanité… dans un contrôle… qui m’étouffe depuis trop longtemps.

OMACO
Tu ne pourrais pas gentiment t’étendre au sol au lieu d’articuler tant de bruit vide de sens ?

NARA
LA FERME !

Le livre d’Omaco explose soudainement.

OMACO
Stupéfiant, on m’avait pourtant juré que la magie ne serait plus possible.

Nara attrape le cou d’Omaco. Celui-ci se laisse faire, nonchalant.

OMACO
Si je t’ai accepté ici, c’est que je peux t’y tuer en paix, sans le moindre risque. J’ai personnellement besoin que Dami réalise son plan, mais il est pour l’instant dans le doute. J’ai donc besoin que tu meures pour le convaincre. Tu comprends, en venant ici, tu l’auras finalement convaincu de réaliser son oeuvre.
(lui souriant diaboliquement)
Tu l’auras finalement causé sa propre mort.

Nara écrase le cou d’Omaco aussi fort qu’elle peut, ne le quittant pas des yeux.

NARA
Non, tu vas mourir… et Dami et moi vivrons enfin une existence NORMALE.

OMACO
Dami fera la même erreur qu’autrefois en perdant la tête après ta mort, il est si… prévisible.

NARA
TAIS-TOI !

Tous les meubles autour d’eux sont soudainement désintégrés, il ne reste plus que les murs.

OMACO
(un peu plus stressé, bien qu’il le cache)
Je vois, ça, je ne l’avais pas prévu. Achevez-la !

Plusieurs soldats entrent instantanément dans la pièce et bombardent Nara de tranquillisant.

OMACO
J’irai moi-même porter ton cadavre.

Il repousse Nara, s’éloigne et laisse le commando d’élite la mitrailler sans aucun ménagement.

OMACO
Arrangez-vous pour qu’il soit quand même possible de la reconnaître.

Il part en prenant la dernière bouchée de son repas, un excellent sandwich au fromage de chèvre.

NARA
Ah ! Ah ! Ah !

Trouée de partout, baignant dans une flaque de sang, la jeune femme se tient sur ses genoux.

NARA
Aux échecs, le roi n’est rien sans ses vulgaires petits pions…

LE RESPONSABLE DU COMMANDO
(d’étranges souvenirs l’envahissant, l’effroi pur se lisant sur son visage)
FUYEZ !

Une puissance inouïe circule autour du corps de Nara. Tout se met à trembler, puis l’entièreté de la pièce est totalement désintégrée. Il ne reste qu’un énorme trou. Omaco a été épargné de peu, fraichement sorti, le trou s’arrêtant à quelques millimètres de lui. Il s’approche du rebord.

OMACO
Nara ?

Celle-ci ne répond pas, ce qui reste d’elle gisant sur l’étage d’en bas.

Il lui tire une balle dans la tête juste pour être sûr…

OMACO
Note à moi-même, ne plus jamais sous-estimer Nara Marius.

[…]

Deux ans plus tôt, dans la chambre de Dami… Celui-ci retient encore Nara, tentant de la calmer.

DAMI
Qu’est-ce que tu veux dire par aller « droit au but » ? Tu veux te faire tuer par ses millions de gardes du corps ?

NARA
Non, je trouverai Folio Mentol, lui il saura quoi faire !

DAMI
Arrête, j’ai l’impression qu’Omaco veut nous tendre un piège !

NARA
Est-ce qu’on a déjà été ses ennemis ?

DAMI
Non…

NARA
Alors je t’invite à ARRÊTER AVEC TES MAUDITES IMPRESSIONS !

DAMI
Non, mais peut-être qu’il sait qu’on veut s’allier à Folio. D’une manière ou d’une autre, on en sait trop…

NARA
Raison de plus d’agir avant qu’il ne le fasse à notre place.

DAMI
Il nous tuerait…

NARA
Tu n’exagères pas un peu ?

DAMI
Moi, JAMAIS DE LA VIE !

Léger silence, jusqu’à ce que Dami rit un peu… pour ensuite s’échouer sur son lit.

DAMI
Je suis complètement perdu.

NARA
On devrait s’enfuir, aller au sommet de la montagne et crier jusqu’à ce que des extraterrestres viennent nous chercher !

DAMI
Crier quoi ?

NARA
(amusée)
Je ne sais pas, « sodomie » peut-être.

DAMI
« Sodomie » ça me semble parfait.

NARA
La police trouverait le moyen de nous arrêter juste pour ça.

DAMI
Mots pas propres qu’elle dirait…

NARA
À moins qu’on imprime ton plan pour le mettre dans chaque boîte au lettre de chaque habitant !

DAMI
Y’a ben deux trois personnes qui seraient assez folles pour le mener à bout…

Son père entre sans frapper, la mine basse… Il est hésitant, confus, un silence de mort règne.

Il a clairement bu.

ATIOLE
Moi… moi aussi je l’ai lu « Folio Mentol ». Aku méritait de mourir, t’as pas à t’en vouloir pour ça… J’aurais là que je l’aurais tranché en deux avant toi. Parce que c’est vrai en tout ça… C’est vrai ?

DAMI
Peut-être…

ATIOLE
C’est pas… c’est pas volontairement que vous avez causé la fin du monde. Nara, t’es pas une mauvaise fille Nara. J’ai rien contre toi. Faut juste pas que tu meurs. Ne brise pas le coeur de mon fils.

NARA
Ça va aller, je suis invincible.

ATIOLE
Tu peux venir, mais pas plus qu’une fois par mois… et si y’a quoi que ce soit, faut m’en parler.

DAMI
Pour que tu la jettes dehors ?

ATIOLE
(le regard excessivement sombre)
Si quelqu’un vous veut du mal, je le tue… Salissez-vous pas les mains, je le tuerai pour vous autres.

NARA
(troublée, un peu sarcastique)
Euh, merci…

ATIOLE
Nara, je te reconduis dans une heure.

Il s’en va, refermant la porte derrière lui.

DAMI
Voilà, ça y est, je suis perturbé à vie.

NARA
Je suppose qu’il aura changé d’avis dès qu’il aura dégrisé ?

DAMI
Sûrement… Je partirai d’ici dès que j’aurais fini de fignoler les derniers détails du plan.

NARA
Est-ce que tu as changé la fin ? COMME TU ME L’AVAIS PROMIS.

DAMI
Ouais…

NARA
Je l’ai lu pendant que tu parlais avec ta mère, je sais très bien que non.

DAMI
Difficile de frapper l’imaginaire collectif sans qu’il y ait au moins un mort…

NARA
On trouvera mieux… sauf si tu veux que je passe l’heure qui me reste à te torturer.

DAMI
J’ai une meilleure idée…

Il l’embrasse et l’emmène se coucher sur le lit…

NARA
Ne change pas de sujet.

DAMI
(soupirant, cessant de la coller, se coucher sur le dos pour regarder le plafond)
Veux-tu que je sois franc ?

NARA
Oui, ça ferait changement.

DAMI
Je suis fatigué de parler de ce passé et de toutes ces choses étranges. Parfois, j’ai envie de tout foutre en l’air, de partir et de vivre une vie normale. Au lieu de ça, je suis Dami, l’aimant à étrangeté ! J’ai peur, terriblement peur. Je ne connais absolument rien du monde… J’ai peur qu’il m’avale, qu’il m’étouffe.

NARA
Arrête de trembler monsieur le peureux, je trouverai bien un moyen d’être à nouveau ton héroïne ! Je n’ai peut-être plus de pouvoir, mais je suis pas mal sûr que mon mauvais caractère les anéantira tous !

DAMI
Merci…

NARA
Je t’aime.

DAMI
Moi aussi…

Il ferme les yeux, se reposant enfin, pleurant, collé sur Nara qui l’étreint d’une infinie douceur.

[…]

Plusieurs mois plus tard, de retour dans le présent.

Nara est morte, fusillée, les yeux devenus rouges, sans vie, son regard de haine figé dans le néant.

[…]

Au sous-sol de l’appartement miteux repeint en partie de blanc, Azure et Rabi regardent Dami.

DAMI
(entre deux sanglots)
Nous… nous ne devons pas nous souvenir ! Je ne veux plus y penser, je veux être comme tout le monde. Je suis Rose, Dami n’existe pas ! La vie n’a aucune cohérence, tout… tout est flou… Je veux juste m’attacher à mon plan, à ce concret, je veux tout oublier ! Je ne dois pas rester ici… Je sais qui vous êtes, je sais ce que nous avons fait. Vous n’existez pas… vous êtes des personnages et… je… je…

Azure ose s’approcher et prendre Dami dans ses bras.

RABI
Tu ne devrais peut-être pas, il est en état de choc.

Dami se débat violemment, totalement horrifié.

DAMI
LAISSE-MOI ! ARRÊTE FOLIO, LÂCHE-MOI !

AZURE
(à Rabi)
Même s’il me frappe ou me tue, ça m’importe peu.

RABI
Ne dis pas ça…

Il s’approche de Dami, souriant, délicat, pour être face à face avec lui.

RABI
Rose… j’ai lu ton plan, il est très bien, mais je vais changer la fin.

DAMI
C’EST TOUT CE QUE JE VEUX LA FIN, LAISSEZ-MOI MOURIR !

Il se débat de plus belle, mais Azure ne le lâche pas.

AZURE
Calme-toi, nous sauverons le monde ! Tout ira bien…

DAMI
(cessant peu à peu de se débattre, étourdi)
Je suis désolé, je ne veux pas que ça recommence, pas maintenant, je suis trop près du but. Nous… devons effacer ces dessins… L’important, c’est le présent… Il faut les aider, les libérer d’Omaco !

RABI
Ne t’en fais plus pour ces dessins, je vais m’en occuper avec Azure.

DAMI
À cause du passé, je… n’ai jamais pu vivre, c’est… à cause du passé, qu’il m’a enfermé.

AZURE
(le serrant un peu plus fort, ému)
Je serai la liberté que tu n’as jamais eue. N’aie pas peur, fais-nous confiance.

DAMI
Et si vous aussi vous n’existiez que pour me rendre fou ?

RABI
(confus)
Dami, raconte-nous ce qu’ils t’ont fait…

DAMI
Cette diseuse de bonne aventure, tout est de sa faute ! Elle s’appelait La Taupe…

[…]

Séniba, en chaise roulante, fraichement sortie de l’hôpital, roule sur un trottoir d’une force déconcertante. Elle ne s’arrête que pour frapper à la porte de la maison des parents de Dami, clairement pressée.

[…]

Au sein du bureau entouré d’écrans éthériques, Einos, Scènare et Champion se tournent vers Honeive.

SCÈNARE
N’était-elle pas dans un coma avancé, entre la vie et la mort ?

HONEIVE
J’ai respecté votre libre arbitre, je ne l’ai pas soigné. Si vous en doutez, je peux effacer votre existence.

CHAMPION
Ah ! Ah ! Ah ! Ce ne sera pas nécessaire, on te croit… Séniba est devenue une battante.

EINOS
Elle avait une raison très forte, viscérale de sortir du coma…

SCÈNARE
Reste à voir combien de minutes elle survivra sans qu’Omaco ne la découvre et la tue.

CHAMPION
Pessimiste ?

SCÈNARE
Il est déjà en route…

CHAMPION
Alors je parie qu’elle survivra 30 minutes.

SCÈNARE
Moi dix.

EINOS
Que pariez-vous ?

SCÈNARE
Celui qui perd devra embrasser Honeive !

EINOS
VOULEZ-VOUS CAUSER VOTRE PROPRE MORT ?

HONEIVE
J’embrasse très bien. C’est peut-être ma seule qualité.

EINOS
Heu…

SCÈNARE
Einos, tu devrais écrire ça dans ton « bilan quotidien ».

EINOS
Je vais plutôt me taire et regarder la suite des événements ! Ça me permettra de rester sain d’esprit !

[…]

Séniba attend, impatiente. Atitole répond enfin à la porte…

ATIOLE
(son visage change en la voyant)
Vous n’êtes plus la bienvenue ici.

SÉNIBA
Dîtes à votre femme de nous rejoindre, je dois vous parler.

La femme arrive à son tour, aussi sombre que son mari.

SOLANGE
Savez-vous où est notre fille ?

ATIOLE
Si c’est pour nous dire autre chose, partez, vous avez fait assez de dégâts.

SÉNIBA
Vous allez m’écouter sans m’interrompre, je n’ai pas beaucoup de temps. Votre fille n’est pas partie seulement parce qu’elle n’en pouvait plus d’être enfermée, elle est partie pour en finir. Elle est fatiguée de nager dans le mensonge, dans les théories, dans le paranormal, tout ce qu’elle souhaite, c’est suivre un plan méthodique, son « entreprise », qui atteindra son apogée avec la « scène finale » de sa mort.

Solange veut parler, mais « La Taupe » met violemment sa main contre sa bouche.

SÉNIBA
Je vous ai menti, cette Nara n’était pas une menace. Elle s’est réincarnée dans le seul but de l’aider. C’est Omaco qui m’a demandé de vous duper. À vrai dire, Nara est même morte pour empêcher le suicide de votre fille. Je vais vous donner une adresse et ce sera à vous de l’arrêter. Ce ne sera pas sans danger, mais je suppose que pour votre enfant, vous saurez affronter ce monde horrible qui vous fait si peur.

Elle leur donne un papier, les observe durement, puis s’en va…

ATIOLE
Est-ce encore l’une de vos machinations ?

SÉNIBA
J’ai rencontré Dami… sans lui, je serais morte. L’enfant que j’ai détruit m’a sauvé la vie…

Elle disparait dans la nuit.

ATIOLE
Reste ici.

SOLANGE
Non, je viens avec toi !

ATIOLE
Tu restes !

Il attrape son manteau et ses clés, mais Solange se place devant lui, ferme, sans l’intention de bouger.

SOLANGE
Je viens, tu auras besoin de moi pour la… pour le convaincre de revenir.

ATIOLE
Prends ton manteau…

Ils sortent, embarquent dans la voiture et partent, rejoignant un peu plus ce délire qu’ils ne comprennent pas. Au loin, Séniba s’arrête de rouler, immobile. Du sang coule de son nez. Sa puce a été activée.

[…]

De retour au sous-sol de l’appartement miteux, Azure et Rabi font ce qu’ils peuvent pour calmer Dami.

DAMI
J’ai… j’ai l’impression que toute ma vie n’existe que pour me détruire. Mes cauchemars n’arrêtent jamais, les voix, toutes ces voix qui me disent que vous jouez mes personnages, que vous faites partie du complot. Peut-être que la Taupe avait raison, peut-être que je dois me méfier de Nara, de vous tous…

Quelque chose de très lourd déboule les escaliers derrière eux et Azure est le premier à se retourner.

AZURE
(horrifié)
Rabi, n’oublie pas que je t’aime.

Rabi se retourne à son tour et voit Take, mort, en bas des escaliers. Il ne souhaite pas le réaliser immédiatement, mais son corps souffre déjà de la perte de son ami. Il se sent défaillir, l’envie de vomir n’étant qu’un petit symptôme face à tous les maux qui l’assaillent. Il a l’impression de mourir lui aussi.

C’est ensuite au tour de Dami de le voir.

DAMI
Toqui !

Il monte les escaliers à la course. Là-haut, il y a un homme masqué qui l’attend en tenant le cadavre de Nara par les cheveux. Toqui n’est plus là et Malias est endormi. Le coeur de Dami fait trois tours.

[…]

Azure saisit l’arme de feu de Rabi et monte à son tour.

[…]

Il remarque l’épée laissée sur le sol. Il revoit cette peinture où il tranche un être de lumière en deux, mais cette mise en garde s’évapore rapidement de son esprit. Enragé, il prend l’épée et fonce vers l’intrus. Tous ses muscles transpirent la démence, sa tristesse, son amour, tout n’est plus que violence !

AZURE
Dami, ne fais pas ça !

L’épéiste n’arrête pas, criant sa douleur, prêt à tuer, à trancher, à déchirer la chair. L’ennemi ne bouge pas, comme si c’est ce qu’il souhaitait, comme s’il testait Dami. Azure ne peut plus attendre, il lève l’arme et tire directement dans la tête de l’intrus qui s’écroule comme un bloc de ciment.

Dami, sous le choc du coup de feu, s’arrête, figé, comprenant ce qui se passe. Il s’effondre, ne respirant plus, le regard totalement fou de haine et de tristesse. Il n’en peut plus de ce délire. Il dirige l’épée contre lui et l’enfonce directement dans son ventre. Azure lui tâte le cou et le paralyse avant qu’elle n’entre trop profondément. Il l’étend au sol et commence à lui prodiguer les premiers soins.

AZURE
Ne t’en fais pas Dami, je transformerai le rêve en cauchemar, c’est bientôt fini !

Malgré sa paralysie, Dami continue de pleurer, son corps figé dans le summum de sa douleur.

AZURE
Ne redeviens pas un assassin, c’est moi l’assassin. Toi tu es le pacifique, celui qui réfléchit…

Azure ne peut s’empêcher de pleurer lui aussi, trahissant ses yeux brillants et son sourire parfait.

DAMI
Fo… lio…

AZURE
La vie est belle Dami, la vie est belle, d’accord, cesse de pleurer, tu verras, ça ira mieux demain.

DAMI
Tue…-moi.

AZURE
Tu veux sauver le monde, oui ou non ?

DAMI
Oui.

AZURE
Alors, sauve-le.

Il arrache l’épée du ventre de Dami.

AZURE
(tandis que son protégé hurle de douleur)
Nara, ce ne sera pas pareil sans toi.

[…]

Des bribes de souvenirs d’un temps révolu, d’une vie antérieure apocalyptique. Une bataille contre Aku, un dieu devenu fou… Toqui, Nara, Michael et l’ancien élève du dieu, Dami, prêts à l’affronter.

Des bribes de souvenirs incomplets, fragmentés, qui reviennent à l’esprit d’un absent, Azure, qui, loin de là, a regardé la scène sans agir. Une profonde culpabilité l’habite d’avoir permis ce massacre.

AKU
Logique, il me faut la puissance de l’univers pour changer l’univers.

Aku apparaît à côté de Michael et il lui touche le front.

AKU
Vous êtes tellement laids et fragiles.

Le corps de Michael se fige complètement, puis il apparaît à côté de Nara.

DAMI
ATTENTION !

Il repousse Aku violemment, mais c’est trop tard, le dieu déchu a touché Nara.

NARA
Dami… Je ne sens plus du tout mon corps.

TOQUI
(à Dami)
Ça suffit, si tu es incapable de faire ce qu’il faut, laisse faire le monstre !

Il se rue sur Aku en brandissant ses deux lames, mais Aku le touche en premier et il paralyse lui aussi.

TOQUI
Je vois, tu as décidé d’utiliser les grands moyens.

AKU
Dami, tes amis sont impurs, ils sont ton fardeau, laisse-moi t’en débarrasser et ensuite, tu comprendras.

Trois sphères blanches d’énergie se créent autour des immobilisés et Aku s’avance vers Dami.

DAMI
Libère-les !

AKU
C’est dommage que tu ne t’y connaisses pas plus en magie, tu aurais pu les sauver.

DAMI
Toqui, dis-moi ce que je dois savoir !

TOQUI
Je ne formerai pas d’équipe avec toi ni avec aucun d’entre vous.

MICHAEL
Dami…

Il y a quelque chose d’inhabituel dans sa voix, une profonde détresse.

MICHAEL
Être avec vous, c’était cent fois mieux que baiser des jumelles gothiques en tenue de nonnes ou de lécher la chatte d’une femme mature déguisée en écolière ! Même mon plus gros fantasme de sodomiser Diabolica n’égale pas votre amitié ! J’ai toujours vécu dans la perversité et la violence, dans l’incompréhension, mais vous m’avez guidé… Avec vous, j’ai appris à aimer. Merci de m’avoir laissé marcher à vos côtés.

NARA
Ne te sacrifie pas Michael, il faut juste que je réussisse à maitriser mes pouvoirs !

MICHAEL
Non, c’est trop dangereux autant pour toi que pour nous.

NARA
Laisse-moi essayer !

MICHAEL
Dami, tu ne pourras pas sauver les trois en même temps… sauve Nara ! Reformez l’équipe, retrouvez les derniers survivants et faites-nous honneur !

Il ferme les yeux et se concentre, ce qui a pour effet d’affaiblir considérablement la prison de Nara.

TOQUI
Ah ! Ah ! Comme je suis condamné, Nara, acceptes-tu de tuer Aku à ma place ? Dami ne le fera pas.

NARA
Seulement si tu ne me fais pas de fausse joie et que tu meurs pour vrai.

TOQUI
Marché conclu.

Il sourit et ferme lui aussi les yeux.

Aku ne bouge pas, ennuyé, il regarde la prison de Nara faiblir encore plus à cause de Toqui.

AKU
Ce sera loin d’être suffisant, vous vous épuisez pour rien.

MICHAEL
Toqui a raison, il ne faut pas seulement compter sur la magie.

AKU
Qui a-t-il d’autre ?

MICHAEL
Je te présente, la technologie du TOTON !

Une boule en forme de sein apparaît juste à côté de Nara en entendant son nom.

NARA
CE TRUC ME SUIT DEPUIS COMBIEN DE TEMPS ?

MICHAEL
Lèche-le…

NARA
QUOI ?

MICHAEL
Il s’active au contact de la salive !

NARA
Tu continues d’être tordu même dans les situations les plus désespérées !

MICHAEL
Il faut bien, sinon ce ne serait plus drôle !

Il rit aux éclats tandis que Nara crache rapidement de la salive dans sa main droite pour enduire le robot. Ce qui surgit ensuite est totalement incroyable. La prison pourtant si forte de Nara est complètement éradiquée par la combinaison entre la mystérieuse magie et la science très évoluée de l’intellect des deux plus grands génies de l’Ancien Monde d’Arca, lesdits Servor et Michael.

Le miracle est vite interrompu par la prison de Michael qui se referme sur lui et l’emporte violemment. Il a fallu moins d’une seconde pour que son corps soit anéanti. Dami veut vite utiliser l’un des seuls pouvoirs qu’il maitrise bien avec la régénération, la téléportation. Mais c’est trop tard, Aku vient de recréer une prison d’énergie autour de Nara. La téléportation est à nouveau bloquée…

Et cette fois, Aku n’attend pas… sa prison lutte pour se refermer sur Nara.

DAMI
NARA, UTILISE TES POUVOIRS !

NARA
C’EST DÉJÀ CE QUE JE FAIS !

La sphère se referme plus lentement qu’avec Michael, mais elle n’est pas prête de s’arrêter pour autant.

DAMI
N’aies pas peur de me mettre en danger, utilise-les comme jamais, SORS-TOI DE LÀ !

NARA
Non, pars avant, je refuse de te blesser.

AKU
(à Nara)
Pour te sortir de là seulement avec ta magie, il te faudra réduire l’univers à néant.

DAMI
Ne l’écoute pas…

NARA
(lasse)
Il a raison, je suis dangereuse, je ne veux plus être égoïste, je t’aime… idiot.

DAMI
NARA !

Elle lui fait un petit sourire et cesse sa résistance ; la sphère se referme sur elle, ne laissant que du vide.

AKU
La seule manière de purifier notre âme, c’est de purifier le monde.

Toqui regarde Dami, il attend sa réaction.

AKU
Ne te sens-tu pas libéré ?

Dami ne répond pas.

AKU
Moins il y aura d’êtres humains, plus tu seras libre d’être toi-même.

TOQUI
Laisse-le tranquille…

Aku observe Toqui dans sa prison et s’approche de lui, méditatif.

AKU
Dami, que dirais-tu d’achever cet être immonde pour moi ?

TOQUI
Arrête avant qu’il ne soit trop tard.

AKU
Arrêtez quoi, de lui rendre service ?

TOQUI
Les leçons humaines ne doivent pas aller trop loin, sinon elles détruisent l’âme à jamais.

AKU
Comme tu as fait avec Opolin ?

TOQUI
Tue-moi immédiatement ou je te promets d’en finir moi-même avec ta carcasse de lumière.

AKU
D’où te vient cette soudaine fougue ? As-tu enfin cessé de jouer la comédie ?

TOQUI
Même si j’avais presque tué tous ses amis, Dami a pris ma défense, remettant en question tout ce que j’avais imaginé de lui. Je croyais que ses paroles d’amour n’étaient qu’un masque pour vaincre sa culpabilité, mais je me suis vite rendu compte de l’ampleur de ma stupidité. J’ai longuement tenté de détruire sa logique pacifique pour en faire un vrai combattant, mais je ne l’ai qu’affaibli en l’éloignant de se fougue de défendre les autres. Dami, je m’excuse, tout est de ma faute. Je n’aurais pas dû tout faire pour te prouver que les sentiments ne sont rien. J’aurais dû te prouver mon amitié, te prouver que oui, l’amour des autres peut être inconditionnel. J’ose croire qu’il n’est pas trop tard. Vis et montre-moi le chemin. Je me suis égaré, j’ai besoin que ton coeur batte ma haine ! Dami, JE T’EN SUPPLIE !

Dami ne bouge pas plus, totalement vide.

AKU
Tu gaspilles ta salive Toqui Noroquomi. Dami a compris que dans un monde où il n’a pas la force de défendre sa faiblesse, il n’y a qu’une seule solution : m’épauler pour créer le véritable paradis.

TOQUI
Dami ne sera jamais comme toi, il n’est pas assez égocentrique.

AKU
Ce n’est pas de l’égoïsme d’offrir un monde d’amour et de repos éternel.

Dami ne réagit toujours pas au monde extérieur, les yeux ouverts, excessivement sombre.

[…]

Mais s’il n’écoute pas l’extérieur, il n’a pas le choix d’écouter la voix de Toqui qui utilise sa télépathie.

TOQUI
Dami, ne le tue pas si tu veux, mais arrête-le ! Je sais que tu ne me fais plus confiance, mais pour te prouver ma sincérité, je te donne ma botte secrète, c’est Soha, Diabolica. Va la chercher, convaincs-la de partager son pouvoir avec toi ! Ne tue pas le mal, mais guide-le comme tu m’as toujours guidé !

[…]

Dami lève un peu la tête, ce qui a pour effet d’arrêter net la discussion entre Toqui et Aku.

AKU
Tu te réveilles enfin, mon ami.

Dami entend la voix d’Aku et se tourne vers lui, sans aucune haine ou plaisir dans son regard. Il ne fait qu’avancer vers lui d’un pas excessivement lent, toujours perdu dans un vide qui ne cesse de s’accroître.

Aku se dit immédiatement qu’il a enfin l’être parfait qu’il a tant attendu : un être sans aucune émotion, mais avec un but certain : faire le bien autour de lui. Cet être, c’est Dami, son élève, l’homme qui va créer un… l’épée de Dami glisse sur le sol et les quelques secondes qui suivent sont un réel massacre.

Aucun morceau de la chair d’Aku n’est épargné.

Dami reste ensuite quelques secondes, immobile, observant le sang, puis il pivote vers Toqui et s’avance à nouveau tranquillement. Toqui frémit face à face avec le monstre qu’il a créé. Il voulait que Dami apprenne à tuer le mal, mais là, va-t-il se limiter à celui-ci ? Vient-il de créer un nouvel ennemi de l’humanité, un être qui, en plus de déstabiliser son plan, va certainement le tuer sans peine.

Dami lève Toqui par le cou et tend son épée.

DAMI
Souviens-toi, c’est de cette manière que tu avais soulevé Nara.

TOQUI
Je sais, je… n’oublie jamais rien.

DAMI
Tu as oublié ton coeur et voilà que moi aussi.

Il descend son épée, mais celle-ci ne touche pas Toqui, elle revole plutôt sur le sol, frappé par Folio Mentol. Celui-ci arrache Toqui des mains de Dami pour lui faire face, prêt à livrer son ultime bataille.

FOLIO MENTOL
Tu te trompes d’ennemi. C’est la fin, nous devons à présent nous entre-tuer.
À SUIVRE.