Le guerrier épisode 5 – La colère d'un prince… et de son amant ! (version bêta)

Jourdin soupire, l’heure est venue pour lui de se battre à nouveau. De ses mains sortent d’innombrables ficelles qui suivent les éclairs pour débusquer le coupable, l’entourer et l’amener droit devant lui.

À sa grande surprise, il connait très bien le coupable…

JOURDIN
Volte…

VOLTE
Je n’ai malheureusement pas le temps de m’expliquer.

Un éclair plus puissant que les autres parcoure les ficelles de Jourdin et le percute de plein fouet. Le nouveau chef du Conseil est projeté contre le mur, la peau retroussée, inconscient, pratiquement mort.

UZIR
Volte, ressaisis-toi, une entité contrôle ton esprit !

VOLTE
Non, j’ai découvert la vérité.

UZIR
AUCUNE VÉRITÉ NE JUSTIFIE DE TUER SES SEMBLABLES !

VOLTE
Voilà pourquoi Mizzo t’avait remplacé, un dieu pacifique ne peut servir l’Avénement.

UZIR
(à Ciala)
Ça ne sert à rien de lui parler, maitrisons-le.

CIALA
Bien.

Ils foncent en même temps sur Volte. Mais celui-ci, plus rapide, électrocute Uzir en sautant par-dessus pour lui toucher la nuque puis il offre le même sort à Ciala. Voilà exactement ce qu’elle souhaitait. Malgré l’électricité qui ronge son corps d’une manière encore plus violente que ce qui a touché Jourdin (Volte sachant Ciala plus résistante que lui), Ciala profite de la proximité pour concentrer toutes ses forces sur une seule et unique attaque : le trancher en deux de sa légendaire claymore.

Volte esquive… non sans y sacrifier un bras.

VOLTE
(en regardant indifférent le sang qui s’écoule de son moignon)
Hum, il semble que je doive partir.

CIALA
(en mettant un genou à terre, dangereusement blessée par l’assaut)
Zan, achève-le…

NARA
Laissez-moi faire !

ZAN
Non, tu ne dois pas utiliser tes pouvoirs ! Laisse-moi-le !

Enfin pleinement régénéré, il se précipite à son tour… mais Volte s’enfuit d’une rapidité inouïe.

ZAN
(confus)
Euh, quelqu’un a vu de quel côté il est parti ?

NARA
Je ne l’ai même pas vu bouger, il a juste… disparu !

ZAN
Je ne connais personne pouvant rivaliser avec sa rapidité, il faut impérativement le piéger ! Scios, y a-t-il des passages secrets dans ton château ?

Scios, devient très sombre et sans un mot, il dégaine ses dagues et part à la poursuite de l’ennemi.

ZAN
SCIOS !

CIALA
Il saute droit dans la gueule du loup !

ZAN
Qui serait assez rapide pour rivaliser avec les deux êtres les plus rapides de tous les paradis ?

CIALA
Le temps de les rattraper, leur combat sera déjà terminé.

ZAN
Pas nécessairement. Scios est intelligent, il sait toujours précisément comment gagner un combat. S’il sent qu’il est en train de perdre, il tentera de gagner du temps pour nous permettre de le rejoindre.

UZIR
(étendu sur le sol, s’efforçant de ne pas mourir)
Zan, reste ici pour protéger les blessés, Nara et Ciala, allez-y…

NARA
On me laisserait ENFIN agir ?

UZIR
Même sans tes pouvoirs, je suis certain que tu peux rivaliser avec Volte.

NARA
Tu es du genre utopique ?

UZIR
J’ai connu ton père… ainsi que tes grands-parents. Tu as ça dans le sang.

NARA
(surprise, n’ayant elle-même jamais entendu parler d’eux)
Que… que sais-tu sur ma famille ?

CIALA
Assez parlé.

Elle prend la main de Nara et les deux femmes s’engouffrent vers la sortie.

ZAN
Je n’aime pas ça…

BLAIKE
(agonisant)
S’il s’agit d’un piège pour nous séparer… nous mourons tous.

UZIR
Prépare-toi Zan, Zardo ne devrait pas tarder à nous attaquer.

ZAN
C’est ce que je me disais, soit Volte a tué Zardo lorsqu’il l’a emmené ailleurs, soit elle est dans le coup.

UZIR
J’opte pour l’hypothèse qu’ils ont tout prévu.

ZAN
Ils vont vite comprendre qu’aucun plan ne tient la route dès que j’y mets les pieds…

UZIR
Même ceux que tu échafaudes toi-même ?

ZAN
Bon, disons plutôt que JE VAIS LES MASSACRER !

Léger silence.

ZAN
Je déteste dire ça tout en attendant lâchement ici pendant que Scios fait tout le travail…

[…]

Scios poursuit sans relâche Volte dans les corridors de son château. Il revoit les images de Sajime morte dans ses bras, les images de cette magnifique déesse qui s’est sacrifiée pour lui. Un vulgaire prince sauvé par la plus pure et belle des femmes. Un vulgaire prince inapte à la sauver… Des larmes veulent naitre, mais son visage se durcit. Le visage de Sajime se confond avec celui de sa propre mère…

[…]

Des années auparavant, Scios enfant et Saphire, sa mère, se font face dans la salle d’entrainement.

SCIOS
(en boudant)
C’est plate, c’est plate… C’EST PLA-TE ! Je veux jouer dehors !

SAPHIRE
Mon coeur, vivre à notre époque n’est pas une partie de plaisir, tu dois apprendre à te défendre !

SCIOS
Je suis prince ! J’ai ma propre garde rapprochée pour se soucier des trucs chiants ! MOI JE VEUX JOUER ! JE VEUX JOUER ! JE VEUX J-O-U-E-R ! J’aime pas ça me battre, ça fait mal…

SAPHIRE
(en se penchant vers lui, douce, compréhensive)
La douleur est ta principale alliée. Elle t’indique où tu es blessé, elle te rend plus fort, plus alerte !

SCIOS
La douleur pue… pis le sang tache mes vêtements. Je suis prince moi, pas un bouseux de paysan !

SAPHIRE
Tu ne seras prince que le jour où tu considéreras tes sujets comme tels.

SCIOS
J’comprends pas.

SAPHIRE
Scios, fais plaisir à ta mère, apprends à te défendre ! Le destin des princes est sans pitié…

SCIOS
Je n’ai qu’à ne plus l’être ! Comme ça je pourrai ENFIN JOUER DEHORS !

SAPHIRE
(en lui tendant sa dague incrustée de diamants et de perles)
Prends cette dague, je te promets de t’apprendre tout ce que tu dois savoir sans que ce soit « chiant ».

SCIOS
J’aime pas ça me battre maman, j’aime pas les duels de papa… j’aime pas quand il coupe des têtes…

SAPHIRE
Les arcanes de notre famille ont été conçus pour tuer, mais je t’apprendrai des variantes plus douces, plus amusantes. Je t’aime Scios, je ne veux que ton bien. Je te promets que tu ne le regretteras pas.

SCIOS
(se retournant pour être dos à elle, boudant encore plus)
Pfff, c’est décidé, je ne veux plus être prince, je veux juste être un enfant !

SAPHIRE
(la voix faible, cassée)
Scios…

SCIOS
Tu mens, y’a rien qui peut être amusant dans le fait de se battre. Y’a juste du sang, toujours du sang…

SA MÈRE
(difficilement, comme si un liquide obstrué sa gorge)
Scios, prends cette dague… VITE !

Sentant une certaine panique dans la voix de sa mère, Scios regarde la dague qui tombe à ses pieds. Sur le plancher, il y a également du sang. Il fige, n’osant pas affronter la tragédie qui vient de se produire.

Un homme au visage effacé vient de trancher la gorge de sa mère. Il la maintient par ses cheveux.

L’ASSASSIN
Ceci est un avertissement, cédez-nous vos…

Une flèche percute sa tête et il est propulsé vers l’arrière tandis que le corps de sa victime tombe vers l’avant. Le père de Scios délaisse son arc et rattrape sa femme d’une vitesse digne de ses ancêtres.

LE ROI
Mon ange, j’ai réclamé l’aide d’Uzir, il viendra en personne pour te soigner.

Silence.

LE ROI
Mon ange ? Saphire, je t’interdis de mourir, j’ai besoin de toi, ton fils a besoin de toi ! Mon ange, je t’en pris… Tu es plus forte que cela, tu ne peux pas mourir ! Tu es celle qui m’a tout appris…

Autre silence. Le roi serre les dents, contrôle ses larmes… et ferme délicatement les yeux de sa femme tout en lui donnant un dernier baiser. Pendant ce temps, l’assassin en profite pour se faufiler derrière lui, prêt à le tuer lui aussi. Même empoisonnée, une flèche dans la tête n’a pas suffi à l’arrêter.

Lorsque le roi le remarque, c’est déjà trop tard, la lame de l’ennemi est à un centimètre de le transpercer. Seul Scios réagit à temps. Muni de la dague qu’elle lui a laissée, il bondit sur l’assassin de sa mère. Un coup. Deux coups. Trois coups. Il n’arrête plus. Le sang de l’homme sans visage gicle sur lui et le couvre presque entièrement. Scios est insatiable, fou de rage, ne cessant de pleurer, de crier.

L’ASSASSIN
(riant, ne ressentant pas la douleur, mais n’ayant plus la force de bouger)
Tuez-moi si cela vous plait, des centaines d’autres viendront, rien n’arrêtera l’Avè…

Scios le poignarde directement dans la bouche.

SCIOS
Tais-toi… Tais-toi ! TAIS-TOIIIIIIII ET MEURS !

Au centième coup de dague, son père pose une main sur son épaule…

LE ROI
Ça suffit, il n’en reste plus rien. Garde ta rage pour ceux qui lui succéderont.

SCIOS
(arrêtant enfin, à bout de force, le regard figé sur l’amas d’os, de chair et de sang)
Père… Apprends-moi les arcanes de la famille… apprends-moi tout ce que tu sais, apprends-moi à tuer.

LE ROI
Je t’apprendrai à survivre.

SCIOS
Non, apprends-moi seulement à tuer. Je veux que mon corps devienne plus rapide que n’importe laquelle de ces vermines. Je vais tous les tuer papa, JE VAIS TOUS LES TUER !

[…]

Volte court dans les corridors du château, essayant tant bien que mal de fuir cet endroit avant qu’il ne soit son tombeau. Voilà ce qu’il montre en apparence, mais en vérité, il attire sa proie dans un piège.

À moins que ce ne soit le contraire…

Scios gagne du terrain, sa rapidité équivaut celle du célèbre Volte aussi rapide que 100 éclairs !

Soudain, le jeune prince lance une dague dans un pot de fleurs et un mur apparaît exactement là où Volte se dirigeait. Celui-ci est coincé, il n’a plus le choix de combattre Scios.

SCIOS
Je n’ai qu’une seule question avant de m’en donner à cœur joie et si tu souhaites une mort lente et agréable, je te conseille d’y répondre… As-tu un quelconque lien avec celui qui a tué ma mère ?

VOLTE
Si c’était le cas, pourquoi aurais-je attendu tant d’années avant de te tuer ?

SCIOS
Parce que vous avez mis dix ans à vaincre mon père, parce que vous êtes faibles, parce que vous êtes lâches, stupides, laids, parce que vous puez, parce que je vous hais, parce que vous n’avez aucune personnalité et parce que vous n’existez même pas pour vrai. Vous ne servez qu’à mourir !

VOLTE
Voilà une théorie bien enfantine.

SCIOS
Je suis disposé à prouver sa véracité.

VOLTE
Je suis un dieu, le maître de l’électricité, de la foudre et des écl…

SCIOS
Je t’arrête tout de suite, n’utilise pas un million de synonymes pour te faire croire que tu as plusieurs pouvoirs. Tu ne sais qu’être rapide et utiliser la foudre tandis que moi, je sais comment te tuer.

VOLTE
Tandis que toi, tu n’as aucun pouvoir.

SCIOS
Je suis Scios Finelame, j’ai tous les pouvoirs, je suis roi… et toi, tu n’as plus rien d’un dieu.

VOLTE
Nous avons égorgé ta mère, éventré ton père et malgré tout, tu fais preuve d’arrogance ?

SCIOS
(retenant sa rage)
Je ne voulais que te faire parler.

VOLTE
Il ne me faudra que trois secondes pour te tuer.

SCIOS
Un.

Des petits piques sont projetés de ses longues manches noires. Volte les évite, mais ceux-ci vont déclencher un mécanisme derrière lui. Le plafond comme le plancher se referme pour écraser Volte… Il évite de peu, mais à cela s’ajoute le retour des petits piques. Sur les dix que Scios a lancés, Volte n’en évite que neuf. Le dernier, mais non le moindre, suffit à l’empoisonner.

Sachant qu’il lui reste peu de temps pour réagir, que ce soit à cause du poison ou de cette nouvelle proximité avec Scios occasionnée par le piège qui l’a obligé à avancer, Volte réplique en faisant apparaître un énorme vaisseau d’électricité dans sa main restante. Il y concentre toutes ses forces.

SCIOS
Deux.

Contre toute attente, la main pleine d’électricité de Volte est arrêtée par celle de Scios, et ce, comme si de rien n’était. À cet instant, l’ancien dieu remarque les gangs en cuir du prince.

L’électricité n’est pas conduite par le cuir, Volte doit vite libérer sa main et viser son visage !

SCIOS
Aimes-tu la danse ? Moi j’y excelle.

D’un mouvement de pied (celui-ci pourvut d’une lame) très précis, Scios tranche l’une des jambes de Volte. Son ennemi réussit à sauver l’autre de justesse, mais…

SCIOS
Trois !

De sa main libre, il dégaine la dague de sa mère et vise directement le cœur de Volte. Celui-ci évite cette mort certaine en s’expulsant à l’aide de sa jambe restante de la prise de Scios.

Puis, il se dépêche de sucer et recracher le poison qui coule dans ses veines.

VOLTE
Ne crois pas que ce sera si facile.

Il change la masse d’électricité dans sa main en éclair et la balance sur Scios… qui encore une fois ne subit aucun dégât. L’éclair a été totalement absorbé par les murs, le plancher et le plafond.

VOLTE
Qu’est-ce que ça signifie ?

SCIOS
Nous sommes dans un corridor bien spécial de mon château, j’y suis particulièrement à mon aise.

VOLTE
C’est impossible, les murs ne peuvent pas… Ta famille aurait-elle apprise à utiliser la magie ?

SCIOS
Il s’agit de technologie, pas de magie. Voilà le problème des élémentaux comme toi : vous basez votre vie sur un élément en particulier et vous oubliez qu’il suffit d’un peu de science pour les contrer.

VOLTE
J’en conclus que ton père a bénéficié des services de Servor.

SCIOS
Un véritable génie qui ne resta pas insensible face à la mort tragique de ma mère. Dommage qu’il soit devenu pacifique, lui et son rire de cochon auraient très bien pu écraser les enfers en un clin d’oeil.

VOLTE
Je comprends que je suis condamné si je reste ici.

SCIOS
Tu t’es condamné au moment même où tu as tué Sajime.

VOLTE
Idiot, il me suffit de changer mes plans. Camarade, oubliez les autres, venez m’aider à le tuer.

SCIOS
Oh, pitié, ne m’impose pas trop de gens qui puent dans le même corridor. Il n’y a aucune aération !

VOLTE
Combien d’insultes de mauvais goût feras-tu avant de t’étouffer avec ta propre langue ?

SCIOS
Jusqu’à ce que tu en meurs.

VOLTE
Bien, tant pis.

Il s’arrache les oreilles.

SCIOS
Okay, note à moi-même, j’ai vraiment affaire à des ennemis particulièrement dérangés…

[…]

Folio Mentol regarde la scène à travers son écran éthérique, traversé d’innombrables questionnements.

RABI
Bref, tu as endormi Zuzu parce qu’il voulait t’attaquer puis Aaton, parce que c’est Aaton, et maintenant, tu ne fais que fixer ton écran ! Je commence à me dire que tu es « un peu » lâche.

FOLIO MENTOL
Laisse-moi parodier la société en paix !

RABI
Tu te transformes peu à peu en personnage secondaire à force de ne rien faire.

FOLIO MENTOL
Es-tu en train de me dire que bientôt, nous pourrons enfin parler d’égal à égal ?

RABI
Pffff, je reste le bras droit du héros même si je suis séquestré ici… et qu’il me croit mort !

FOLIO MENTOL
Comment le vis-tu que Zan t’ait remplacé par deux jolies jeunes femmes ?

RABI
Je les aime bien Azza et Nara… mais j’ai surtout un petit faible pour l’efféminé prince Scios !

FOLIO MENTOL
(sans jamais quitter son écran… et en restant sarcastique)
Oh, pauvre de toi, son cœur est déjà pris…

RABI
Et c’est là que tu me le dis ? Ça fait je ne sais combien de temps que je bave en le regardant ! J’ai créé un lac juste en dessous de ma chaise ! J’allais bientôt me munir de mon mignon tiny-speedo !

FOLIO MENTOL
Volte s’est départi de ses oreilles et maintenant, tu veux que notre public s’arrache les yeux ?

RABI
Si j’avais été dans l’épisode de la source chaude, je leur en aurai mis plein la vue ! J’aurais brillé !

FOLIO MENTOL
Bref, j’ai bien fait de te séquestrer.

RABI
Je me demande de quoi tu as l’air tout nu…

FOLIO MENTOL
(en se retournant vers lui)
Pardon ?

RABI
Tu dois être… tu sais… très bien membré !

FOLIO MENTOL
PARDON ?

RABI
Tu dois même pouvoir changer sa forme à ta guise pour épouser parfaitement la profon…

FOLIO MENTOL
Un mot de plus, un seul… ET JE T’EXPULSE POUR TOUJOURS DE CETTE SÉRIE !

RABI
Bon bon, changeons de sujet… Oh cher Folio, d’après toi, qui sont les alliés de Volte ?

AATON
Ta mère.

RABI
Oh, depuis quand le michant Aaton est-il réveillé ?

AATON
Depuis assez longtemps pour avoir envie de gerber.

FOLIO MENTOL
(Je dirais plutôt : depuis assez longtemps pour faire des blagues périmées de dix ans.

RABI
À un moment totalement déplacé en plus, je commençais à peine à être sérieux !

AATON
Ta question n’aurait servi à rien, personne ne sait qui sont les blaireaux au service de « l’Avènement ».

FOLIO MENTOL
Peu importe, je ne réussis pas à lire en eux, mais je ressens leur puissance…

RABI
Et… ?

FOLIO MENTOL

RABI
Bon, tu tentes maladroitement de créer du suspense en restant silencieux ?

FOLIO MENTOL

RABI
C’est long.

FOLIO MENTOL
Je suppose qu’expliquer le concept de la concentration à un dépendant affectif comme toi ne donnerait absolument rien ?

RABI
Zan a essayé au moins mille fois et chaque fois, il a fini complètement soûl en pleurant dans un coin.

FOLIO MENTOL
Bref, à moins d’une aide extérieure, ils mourront tous.

AATON
Je l’ai dit, il n’y a plus rien à faire à cause de cette garce qui a tué Mizzo…

FOLIO MENTOL
Cette… « garce » ?

AATON
Je suis sûr qu’elle a fait exprès, elle doit être de mèche avec eux.

Folio Mentol se téléporte devant le plus grand de tous les escaliers avec Aaton qui est toujours attaché à sa chaise. Sur l’escalier, Folio fait apparaître une multitude de piques, de feu, de glace, d’électricité.

FOLIO MENTOL
Cette garce a un lien très particulier avec moi… à l’avenir, tu la respecteras.

AATON
J’aurais dû m’en douter, vous avez les mêmes yeux… et éventuellement, le même tempérament !

FOLIO MENTOL
(souriant)
Bon voyage…

Il pousse la chaise, puis il retourne dans son quartier général.

FOLIO MENTOL
Bon, où en étions-nous ?

RABI
Tu étais en train de dire qu’il faut aller les aider… ce que je trouve très sage et noble de ta part !

FOLIO MENTOL
Ai-je réellement supposé quelque chose d’aussi dégoûtant ?

RABI
Tu as parlé qu’ils auraient besoin de renfort pour survivre… et j’ai diaboliquement déduit le reste.

FOLIO MENTOL
Pourquoi voudrions-nous les aider ?

RABI
Parce qu’ils te seront plus utiles vivants que morts et que moi, je les aime bien.

FOLIO MENTOL
Je crois que tu n’as pas bien compris de qui je parlais quand j’ai dit « qu’ils » mourront tous.

RABI
Ah ?

FOLIO MENTOL
Regarde par toi-même et s’il te plait, cesse de baver…

RABI
Je ne promets rien ! Avec un peu chance, Zan va rejoindre Scios. AVALANCHE DE TESTOSTÉRONE ! Alerte à Malibu version héroïque fantaisie ! J’en mouille mon speedo.

Folio dévisage Rabi, celui-ci est effectivement à présent en speedo.

FOLIO MENTOL
Euh, comment as-tu fait pour te changer tout en étant attaché ?

RABI
Secret.

FOLIO MENTOL
Tu es l’être le plus louche de l’univers.

RABI
Merci.

FOLIO MENTOL
Maintenant, enlève ce speedo que je le brûle.

RABI
Oh oh, on veut me voir nu ?

FOLIO MENTOL
Pitié oh toi grand scénariste qui prend plaisir à torturer mon âme, CHANGE DE SCÈNE !

RABI
Voilà, c’est fait, j’suis tout nu.

FOLIO MENTOL
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGH, VIL SCÉNARISTE, JE ME VENGERAI !!!

[…]

Dami Zan veille les blessés, les ayant tous mis un à côté de l’autre et couvert de leur serviette respective. Il les panse et leur donne à boire… du moins, à Uzir et à Blaike qui sont conscients.

ZAN
Aucune Zardo à l’horizon, je suis presque déçu…

UZIR
(amusé)
Permets-moi de ne pas partager ta joie !

ZAN
J’aimerais comprendre ce qui est arrivé à Volte et elle, je ne réussis pas à me faire à leur traitrise.

UZIR
La dernière fois que nous les avons vus, ne poursuivaient-ils pas Zuzu ?

ZAN
Il me semble oui.

UZIR
Ils ont dû parcourir son livre. Il contient des mots qui selon la rumeur ont le pouvoir de pourfendre les âmes. J’avais mis en garde chaque membre du Conseil, mais bon, ces enfants n’en font qu’à leur tête.

BLAIKE
J’ai entrevu son contenu… je confirme qu’il a été écrit dans la langue de nos ennemis.

UZIR
L’as-tu ouvert par accident ou par curiosité ?

BLAIKE
Je ne l’ai pas ouvert, je ne l’ai que refermé.

UZIR
Cela expliquerait pourquoi ton âme n’a pas chancelé.

AZZA
(recouvrant tranquillement conscience)
Blaike… Blaike a le cœur si pur…

UZIR
C’est un fait, les barbares de sa génération son constamment dans en état méditatif. Ils préservent leur colère pour leur état « berserk » qu’ils ne lâchent que lorsque l’un des leurs est en danger.

BLAIKE
J’ai… moi-même inventé cette technique… les barbares avant moi adoraient tuer.

ZAN
(en se dirigeant vers elle, content de la voir saine et sauve)
Rebienvenue parmi nous Azza !

AZZA
Comment va tout le monde ?

ZAN
Toi, comment vas-tu ?

AZZA
Ce n’est pas gentil d’éviter la question !

ZAN
Tu as reçu un vilain coup sur la tête, il faut que je sache si ta mémoire et tes sens sont intacts !

AZZA
Zan le guerrier légendaire s’est transformé en jolie petite infirmière ?

ZAN
Scios m’a volé la vedette pour cet épisode, j’essaie de me recycler en quelque chose d’utile.

AZZA
J’ai envie d’un câlin et mon crâne veut exploser, mais je suis soulagée d’être encore en vie… BIEN QUE JE SOIS INQUIÈTE PARCE QUE TU NE VEUX PAS RÉPONDRE À MA QUESTION !

ZAN
Tu n’as qu’à utiliser ton pouvoir d’empathie.

AZZA
Ah, ben oui, c’est vrai…

BLAIKE
Zan, tu n’es pas gentleman.

ZAN
Imagine si je l’étais, les femmes m’aimeraient encore plus ! Je pense aux autres hommes…

BLAIKE
Quelle belle attention, moi et tous les autres puceaux te remercions.

UZIR
Blaike le colosse aussi âgé que la lune, encore vierge ? Permettez-moi d’en douter !

ZAN
C’est de l’humour de guerriers, les dieux ne peuvent pas comprendre.

BLAIKE
Je suis réellement vierge.

ZAN
Ah…

UZIR
Impossible, même moi je succombe au moins une fois par cent ans… et j’ai été Dieu !

BLAIKE
J’attends la bonne…

ZAN
Si seulement l’amour était aussi simple…

UZIR
Si seulement les femmes n’étaient pas aussi bonnes…

AZZA
(en se levant d’un trait)
Scios court un grand danger, il y a une horde de personnages vides et inintéressants qui se dirigent vers lui !

UZIR
Voilà qui met fin à notre obscure discussion, messieurs.

ZAN
Uzir, Blaike, je vais devoir vous confier Jourdin et Azza…

AZZA
Euh, mis à part toi, je suis la seule qui suis debout.

ZAN
Oui, mais sais-tu te battre ?

Azza lui donne un coup de pied directement entre les deux jambes.

ZAN
(avec une petite voix aiguë)
Bien, j’y vais, veille bien sur eux.

Il va pour partir, mais une main le retient…

AZZA
Je n’ai toujours pas eu mon câlin.

ZAN
Est-ce obligatoire ? Je dois y aller, j’ai un avion à prendre…

AZZA
Oui.

ZAN
J’ai laissé le four ouvert ?

AZZA
(en le prenant soudainement dans ses bras, tremblante)
J’ai tellement eu peur… je… je ne sais pas comment tu fais pour vivre toute cette violence, tous les jours.

ZAN
Je n’ai aucun mérite, je suis tombé dans la marmite quand j’étais tout petit.

AZZA
Il faut que tu restes en vie, il faut qu’on débarrasse ce monde de toute… de toute cette « barbarie » !

BLAIKE
Je… ne me sens pas du tout visé.

AZZA
Désolée, mauvais terme ! Le débarrasser de toute cette violence, de toute cette vilaine violence !

ZAN
Azza, moi aussi j’ai eu peur, tu…

AZZA
Bon, c’est tout le temps qu’on avait, dépêche-toi d’aller sauver Scios, Ciala, Nara et le monde entier !

ZAN
Euh…

AZZA
(en le regardant durement)
Tu ne voudrais quand même pas risquer qu’ils soient blessés parce que tu as perdu du temps à satisfaire tes petits caprices personnels ? Allez, va guerrier, va, la finale de cet épisode n’attend que toi !

UZIR
Zan, EXPLOSE CES MOTHERFUCKERS !

AZZA
In. The. ASS !

ZAN
Pitié, changez de scène avant que je trouve quelque chose à redire à ce n’importe quoi ambiant !

UZIR
Represante, bitches !

[…]

Scios et Volte se font face… Volte ne tenant que sur une jambe et n’ayant plus qu’un bras.

SCIOS
En attendant que tes petits amis se joignent à l’inauguration de mon meurtrier corridor… Demain aura lieu mon discours sur la démocratie, votre intervention a-t-elle pour but de m’en empêcher ?

VOLTE
C’est décevant, même sans oreille, je t’entends toujours.

SCIOS
Le fardeau d’être un « dieu »…

VOLTE
Quoi qu’il en soit, oui, ce discours nous déplait… mais même sans cela, tu demeurerais une nuisance.

SCIOS
Intéressant, il ne vous reste que douze heures pour me tuer.

VOLTE
Peu importe, mon plan n’a pas changé. Il ne me faudra que trois secondes pour te trancher la tête.

SCIOS
Un.

Volte ne bouge pas.

SCIOS
Deux.

Volte ne bouge toujours pas.

SCIOS
Trois.

Toujours pas…

SCIOS
Quatre ?

BENJAMIN
ATTENTION !

L’un des membres de la garde rapprochée de Scios, Benjamin Fleur De Lotus, se jette devant son prince puisqu’un poignard surgit des vêtements de Volte. Celui-ci est propulsé par la force de la foudre.

Le poignard pénètre dans le visage du jeune garde… mais pas plus qu’un millimètre, Scios l’arrêtant.

SCIOS
Bien essayé…

VOLTE
Tu auras beau me disposer de tous mes membres, il ne me faudra toujours que trois secondes. Une pour te poignarder, une pour me délecter de ta blessure et une dernière pour jeter ton cadavre aux pieds de tes pairs.

SCIOS
Benjamin, je te présente Volte, Volte je te présente Benjamin…

BENJAMIN
Mille excuses mon roi, tel que vous me l’aviez demandé, j’étais parti acheter l’huile à massage pour agrémenter la source chaude… Quand je suis revenu, j’ai trouvé les autres gardes froidement décapités. J’ai couru aussi vite que j’ai pu, me disant que vous deviez être ici même en train de livrer bataille !

SCIOS
(sombre)
Ils les ont tous tués ?

BENJAMIN
Oui…

SCIOS
Je ne regrette soudainement pas cette envie farfelue d’huile à massage…

BENJAMIN
Ne dites pas ça, si j’étais resté avec eux, j’aurais pu tous les sauver.

SCIOS
Moi qui leur avais dit de prendre congé, sachant Zan et Blaike avec moi… j’ai été bien sotte.

VOLTE
Sotte ?

SCIOS
Sot… Bien sot.
(en accordant à nouveau un peu d’attention à Volte)
Dis-moi, si ton seul objectif est de me tuer, pourquoi as-tu attaqué mes gardes ?

VOLTE
Parce qu’ils t’étaient loyaux.

SCIOS
Mon peuple aussi l’est.

VOLTE
Seule votre armée nous intéresse… peu importe qui sera le roi, elle obéira par pure tradition.

SCIOS
Merci, tu me donnes entièrement raison de vouloir abolir la monarchie.

VOLTE
Ce n’est rien, les ennemis ne sont là que pour ça, donner raison aux héros puis être bêtement tué.

SCIOS
D’ailleurs, il est grand temps pour toi de nous quitter : j’ai sué, j’ai besoin de prendre un bain.

VOLTE
Approche, j’attends ta prochaine attaque pour utiliser mes centaines de lames dissimulées…

SCIOS
(en observant la plaie sur le visage de Benjamin)
Tu as blessé le plus beau et pur des visages… et tu crois que je ne t’ai pas déjà tué ?

Volte ressent un profond malaise, comme si toutes ses forces l’abandonnaient d’un seul coup. Scios a été si rapide que Volte n’a même pas remarqué qu’il était à présent derrière lui.

VOLTE
Com… comment ?

SCIOS
Arcane numéro 1 de ma famille, l’envolée de l’aigle. Tu as le bonjour de mon père, et de ma mère.

La tête de Volte se détache de son corps et Scios s’éloigne d’un autre trait pour éviter d’être taché.

SCIOS
J’espère que la prison d’âmes saura te faire retrouver la raison…

VOLTE
(en pleurant tandis que la vie le quitte)
J’ai… réussi…

SCIOS
À mourir dans la disgrâce ?

VOLTE
J’ai… réussi à contenir le maléfice… je… ne leur ai pas laissé utiliser la totalité… de mes pouvoirs. Scios… dis à Zardo… que je l’aime… et aux autres… que je suis désolé. Je n’ai pas pu… sauver Sajime.

Il s’éteint et Scios semble soudainement moins sûr de ce qu’il vient de faire.

[…]

Quelques heures plus tôt, avant l’assaut de Volte contre le Conseil, Zardo et lui regardent le livre de Zuzu qui jonche le sol au bout de son long bâton. Zuzu s’est « sauvé », mais il a oublié son bien.

ZARDO
Selon la rumeur, son livre renferme tous les secrets de l’univers.

VOLTE
Et ?

ZARDO
Volte, tu sais que je t’ai toujours aimé et respecté…

VOLTE
C’est non.

ZARDO
S’il te plait, s’il te plait, s’il te plait, fais-moi la lecture !

VOLTE
Une déesse de ta renommée devrait savoir livre.

ZARDO
C’est chiant apprendre…

VOLTE
Apprendre est le sens même de l’existence.

ZARDO
Ça reste chiant.

VOLTE
Je ne jouis qu’en lisant un bon livre.

Léger silence.

ZARDO
Bon, soit tu me lis ce livre à voix haute, soit je t’explose la gueule !

VOLTE
Je ne réponds jamais à la menace.

ZARDO
Tu préfères peut-être que je t’embrasse ?

Volte devient tout rouge de gêne… puis il prend le livre et l’ouvre.

ZARDO
Bon, tu vois quand tu veux…

VOLTE
Je préserve ma bouche pour celle que j’aime.

ZARDO
Dis plutôt que tu es incroyablement timide avec la gent féminine… tu es l’exact contraire de Mizzo !

VOLTE
Les femmes n’existent pas dans l’esprit de Mizzo.

ZARDO
Un jour, je devrai lui prendre sa place par pur esprit féministe, mais pour l’instant… LIS !

VOLTE
C’est écrit dans une langue que je ne connais pas.

ZARDO
Lis quand même, je l’ai sûrement déjà entendu quelque part !

VOLTE
(lisant)
bjr ! cmt allé vs ? Âj sex viy, réponD 6 vs tené à vie ! chui 1 Dmon, chui cho kom dla brèz é jgo ts cosé votr pert. seul lalliance la + improbab poura vs sové !  jvs M, kiss kiss é à b1tôt !

ZARDO
Ce langage est effrayant…

VOLTE
(en ressentant un profond malaise)
Nous… nous n’aurions pas dû !

ZARDO
Volte ?

VOLTE
Nous… nous venons d’ouvrir la boîte de Pandore, NOUS SOMMES PERDUS !

Ses pupilles se retroussent dans ses orbites et il s’évanouit.

ZARDO
Volte, tu n’exagérerais pas un tout petit peu ?

Elle va voir son ami, le retourne sur le dos… et découvre que celui-ci n’a plus de visage.

ZARDO
Ça doit vouloir dire que non ! Merde… non…. non… NOOOOOOOOOOOOOOON !

La même chose lui arrive et elle s’écroule elle aussi, un trollface apparaissant sur le livre.

[…]

Scios va fermer les yeux de Volte, quelque peu peiné par sa mort.

BENJAMIN
Il va falloir que tu m’expliques ce qui se passe.

SCIOS
Il faudrait premièrement que je me l’explique à moi-même.

BENJAMIN
Il faudra aussi que tu m’expliques cette soudaine déclaration publique, « le plus beau et pur des visages » ? J’ai été surpris que tu sois à ce point loquace devant lui, toi qui ne révèles jamais rien de toi.

SCIOS
Préserver la beauté, n’est-ce pas là la principale tâche d’un prince ?

BENJAMIN
Peut-être, mais comme vous voilà roi, il vous faut aussi aimer… une femme.

SCIOS
(en s’approchant sensuellement de Benjamin)
J’aime la beauté, n’est-ce pas suffisant ?

BENJAMIN
(troublé, amoureux)
Oui mon roi, c’est suffisant… mais seulement si vous l’embrassez.

Un poing les transperce tous les deux, directement dans le ventre.

ZARDO
Je ne vous félicite pas de baisser votre garde si facilement…

Scios sourit en posant tout de même ses lèvres sur celles de Benjamin.

BENJAMIN
Scios…

SCIOS
Ils ont tué ma famille, mes amis… et ils s’attaquent à présent à mon inavoué amour.

ZARDO
Vous êtes lourds…

SCIOS
Je n’en peux plus Benjamin, je n’en peux plus de partager cette vie avec ces gences de mauvais goût.

BENJAMIN
La journée avait si bien commencé. Elle avait un goût d’huile de massage au jasmin… et de pétales de roses.

Il prend la masse d’armes en forme de roses attachée à sa ceinture, la transforme en fléau d’armes en activant une petite encoche, la fait tournoyer et étrangle Zardo comme s’il s’agissait d’un fouet.

ZARDO
Quelle est cette ar…

Sur la tige de la rose qui l’étrangle surgissent d’innombrables épines qui lui coupent impoliment la parole.

SCIOS
De tous mes sujets, Benjamin m’est de loin le plus fidèle.

D’un coup de pied, Scios dégage Benjamin et lui du bras de Zardo, puis il tente d’arrêter l’hémorragie.

ZARDO
Vous…

Elle détruit la masse d’armes sans peine… mais certaines épines restent dans sa nuque.

ZARDO
VOUS NE SAVEZ PAS À QUI VOUS AVEZ AFFAIRE !

Son visage s’efface soudainement et trois autres de ses semblables arrivent en renfort ! Deux hommes et une autre femme, eux aussi sans visage. Scios est sous le choc, ayant la confirmation visuelle qu’il s’agit bien du même groupe obscur qui a tué ses parents. Il prépare immédiatement son dernier arcane…

SCIOS
Si j’ai bien compris, lorsque votre visage disparaît, c’est qu’une « entité » vous contrôle totalement. Dans cet ordre d’idée, serait-ce possible d’inverser le processus pour que Zardo redevienne humaine ?

ZARDO
Tu crois réellement qu’il y a ne serait-ce qu’une chance pour que nous répondions à cette question ?

LE PREMIER HOMME
Voilà donc celui qui a tué Bartelaimis.

LE DEUXIÈME HOMME
Je l’imaginais plus grand.

LE PREMIER HOMME
Plus bâti…

SCIOS
Moins rapide, tant qu’à y être ?

Il active son arcane suprême, prêt à se sacrifier pour tous les tuer, mais Benjamin se place immédiatement devant lui. Coït interrompu, Scios arrête de peu l’arcane.

BENJAMIN
Dans ton état actuel, tu ne réussiras qu’à te tuer… laisse-les faire.

SCIOS
Qui ?

BENJAMIN
Les deux filles toutes nues cachées par leur serviette de bain…

Ciala bondit furieusement sur Zardo en la transperçant de sa claymore.

CIALA
Voilà que je trouve enfin les ennemis que je dois occire… et que je tombe sur toi, Zardo !

NARA
Je t’avais pourtant dit que Scios avait tourné à droite ! Mais non, moi on ne m’écoute jamais, je ne suis que la fille qui n’aime pas être nue devant tout le monde ! VEUX-TU BIEN REMETTRE TA SERVIETTE ?

Ciala remarque que sa serviette est tombée, mais s’en moque complètement. Elle esquive l’attaque d’un des hommes sans visage, une rafale de chaux en fusion, pour sauter derrière lui et le trancher en deux. Heureusement pour l’ennemi à l’insignifiant pouvoir, Zardo attrape la claymore à mains nues.

ZARDO
Que le spectacle commence…

Les Sans Visage et Ciala débutent un combat acharné… Ciala donne l’impression de danser, chacun de ses mouvements étant dur et précis, mais gracieux. Sa beauté transcende le vide de ses ennemis.

BENJAMIN
Si je n’étais pas gai, je suppose qu’à cet instant, je dirais un commentaire déplacé.

SCIOS
Même hétéro, tu resterais trop courtois pour profiter de la situation.

BENJAMIN
(amusé)
S’il vous plait de m’imaginer ainsi, j’acquiesce mon roi.

SCIOS
Je m’occupe de distraire Zardo, occupe-toi de l’autre femme.

BENJAMIN
Bien, j’adore ce soudain élan d’échangisme !

Son arme étant détruite, il sort une dague de sa botte et fonce vers son ennemie de pair avec Scios. La mystérieuse femme, pour rivaliser avec Benjamin et Ciala en même temps, se fait apparaître quatre bras supplémentaires. Le jeune garde lui en coupe un, mais il repousse instantanément… ce qui n’empêche pas la femme sans visage de se venger en l’attrapant de ses six bras pour l’immobiliser.

LA FEMME
J’espère que tu aimes les animaux, j’ai des gênes de reptiles, d’araignées, de fourmis, de…

BENJAMIN
Désolé de vous interrompre, mais reste-t-il un peu d’humain en vous ? Je veux dire, peu importe vos mixtes d’insectes et d’animaux, possédez-vous encore une âme ou n’êtes-vous qu’un démon ?

LA FEMME
Est-ce si important ?

BENJAMIN
C’est que j’hésite à utiliser cette particulière proximité pour vous couper la tête.

LA FEMME
Notre hôte a dévoré notre âme depuis fort longtemps, seule Zardo ne figure pas encore parmi les initiés.

LE PREMIER HOMME
La pauvre…

LE DEUXIÈME HOMME
Si laide d’humanité…

BENJAMIN
Merci de votre naïve et forte appréciée honnêteté.

Un mécanisme s’active dans son armure et d’énormes piques la traversent pour perforer le corps de la femme qui le retient. L’attaque est dévastatrice, la tête de la Sans Visage complètement défoncée.

BENJAMIN
Puis-je te dédier cette dégoûtante érection, oh mon roi ?

SCIOS
Si j’étais présentement en posture de te répondre, je te trouverais un tantinet déplacé !

Peu importe les attaques de Scios, Zardo les bloque avec ses mains plus solides que le cristal.

BENJAMIN
J’espère bien, il faut que vous vous détachiez de ces fantasmes de perfection à mon égard.

Nara regarde le spectacle, se sentant quelque peu impuissante. Elle n’a comme arme qu’une lance qu’elle a trouvée sur une statue dans l’un des interminables corridors, mais elle ne sait pas s’en servir.

NARA
Euh…

Elle dévisage sa lance… puis soupire et la lance (blague poche d’homonyme) par terre.

NARA
Tant pis, si Blaike a survécu en utilisant ses pouvoirs, je devrais m’en sortir en les utilisant juste un peu.

L’un des hommes, celui qui utilise la chaux en fusion, voit qu’elle se prépare à attaquer et fonce immédiatement vers elle en transformant l’entièreté de son corps en chaux… en lave en fusion.

Nara pousse un petit cri d’effroi, active ses pouvoirs par accident et désintègre le vilain monsieur.

NARA
Euh, oups ?
(en regardant son corps pour voir s’il est correct)
Finalement, Jourdin exagérait, je…

Du sang s’écoule de son nez.

NARA
Je déteste mon rôle dans cette série.

Elle s’évanouit et Benjamin, qui a quitté son armure, la rattrape in extremis. Scios ne peut s’empêcher de regarder sa belle chevelure longue et frisée, et son corps tatoué de fleurs de toutes sortes. Le chevalier a décidément tout pour toucher le cœur du prince… prince qui est violemment catapulté contre le mur, puis brutalement étranglé par Zardo.

SCIOS
Ciala, connaitrais-tu son poing faible par hasard ?

CIALA
Dami Zan.

SCIOS
Je ne suis pas en assez bonne posture pour apprécier l’humour…

CIALA
Je ne blague pas.

Le mur derrière Scios est défoncé d’un bon coup d’épée et les pieds de Zardo se détachent de son corps.

ZAN
Salut.

Scios profite de la diversion pour saisir une dague dans sa botte avec ses orteils, l’envoyer dans sa main et couper le bras qui l’étrangle. Puis, pour être sûr de maitriser son ennemi, il effectue le deuxième arcane de sa famille : l’envol de l’espadon sournois. Il se sert des épaules de Zardo comme tremplin, saute et plonge tête première, dague dans la bouche, pour déchirer la totalité de sa colonne vertébrale.

AZZA
(en arrivant à son tour, se tenant juste derrière Zan)
Woah, j’ai rarement vu de technique aussi ridicule !

SCIOS
Je soupçonne mon père de l’avoir inventé que pour se moquer de moi… mais bon, celle-là ne tue pas !

ZAN
Azza, je ne dirais rien face au fait que tu m’as suivi, mais regarde bien mes yeux…

Il lui fait de gros yeux de guerrier pas content.

AZZA
Uzir m’a dit qu’il veillerait lui-même sur Blaike et Jourdin.

CIALA
Faites attention ! Il n’en reste qu’un, mais je le soupçonne d’être beaucoup plus fort que les autres.

SCIOS
Dis-tu cela pour te justifier d’être la seule qui n’a pas encore maitrisé son ennemi ?

CIALA
Non, j’ai seulement une très mauvaise impression…

Le dernier des Sans Visage s’éloigne soudainement du groupe en levant ses mains en l’air.

LE BIG BOSS DE L’ÉPISODE
Je vous en pris, appelez-moi ROGER, ROGER AMPHIGOURI !

Des êtres créés à partir des ombres de chacun prennent vie…

SCIOS
Je vois, c’est lui qui a créé les créatures qui nous ont attaqués dans la source chaude.

Le prince soupire et lance une dague sur un petit interrupteur caché dans une autre plante.

SCIOS
Ne revenez plus jamais dans mon château sans invitation.

Les murs se referment sur le dernier des Sans Visage, le réduisant ainsi en bouillie. Les créatures d’ombre disparaissent aussitôt. Le prince voudrait se réjouir, mais sa vue se trouble. Le trou béant dans son ventre, causé précédemment par Zardo, commence à le peser. Il s’adosse contre le mur, exténué.

SCIOS
Bon ben, voilà… on a gagné… et tralalilalère… longue vie au roi.

ZARDO
(agonisant elle aussi, sans ressentir la moindre douleur)
Vous n’avez que retardé l’inévitable.

SCIOS
Zardo… Volte t’aimait, il tenait à ce que tu le saches.

ZARDO
Volte… Volte m’aimait…

SCIOS
J’aurais certainement dû commencer par te dire cela, avant de t’attaquer.

ZARDO
Ça n’aurait rien changé… je ne réussis plus à ressentir d’émotion. Mais… prenez garde, il est hors de question qu’ils laissent vivre Scios plus longtemps, ils reviendront cette nuit pour l’achever.

SCIOS
Achevez-moi tout de suite qu’on en finisse…

ZAN
Non, nous allons plutôt profiter de cette occasion pour les piéger.

CIALA
Je connais bien cet air béat… Tu as déjà un plan ?

ZAN
(tout souriant, excité par la finesse de son idée)
Nous allons organiser un bal masqué !

Confusion générale dans l’assemblée… seule Azza démontre de l’enthousiasme.

AZZA
Woah, ça va être génial ! C’EST MOI QUI PORTERAI LA PLUS BELLE ROBE !

ZAN
Scios, je te pris de bien aiguiser tes dagues, ce sera une nuit des plus inoubliables…

À SUIVRE.
Folio Mentol quitte son écran pour se tourner vers Rabi, fier de ce qu’il avait prédit.

FOLIO MENTOL
Je t’avais bien dit qu’ils mouraient tous.

RABI
Ce n’était pas du tout clair que tu parlais des ennemis…

FOLIO MENTOL
C’est toi qui n’écoutes pas quand je parle, trop déconcentré à… QUE FAIS-TU ENCORE EN SPEEDO ?

RABI
Il me moule bien le paquet.

FOLIO MENTOL
Vais-je réellement réussir à supporter cinq autres épisodes ?