Le guerrier épisode 3 – Le dieu de tous les dieux ! (version bêta)

Quelques jours avant les événements du Colisée du Jugement Dernier de Terreur.

Nara est complètement nue et couverte de plaies. Un groupe d’hommes tout aussi peu vêtus la transporte vers la statue en or massif d’un personnage ressemblant au portrait tout craché du dieu de tous les dieux autoproclamés du Conseil, le dénommé Mizzo. Les hommes récitent une espèce d’invocation dans un langage ancien, un langage doux et sifflé ; tout le contraire de leur acte.

NARA
Qu’est-ce que vous faites ? Lâchez-moi ! Je suis l’une des vôtres, j’ai grandi parmi vous, je me suis battue pour vous ! Je suis votre amie, votre soeur ! Je porte les mêmes couleurs, je prie les mêmes dieux, je n’ai aucun souvenir des miens ! Shiba, où es-tu Shiba ? SHIBA ! LÂCHEZ-MOI !

Elle voit qu’un cortège s’éloigne en emportant ses enfants, deux jumeaux aux yeux rouges sangs.

NARA
Non, rendez-moi mes enfants ! NE LES TOUCHEZ PAS ! RENDEZ-LES MOI ! Père, mère, faites quelque chose, arrêtez-les ! ARRÊTEZ-LES ! JE VOUS EN SUPPLIE, ARRÊTEZ-LES !

Ceux-ci la regardent avec fierté, leur fille adoptive venue d’ailleurs accomplissant son destin sous leurs yeux. Pendant ce temps, les enfants de Nara, les nouveau-nés, sont emmenés dans la hutte des décidants de la tribu. Malgré le chaos, Nara les entend pleurer, elle ne cesse de les entendre pleurer.

Soudain, une voix très faible, mais perçante, profonde, pénètre dans son esprit.

ZUZU
Nara, seules tes origines te sauveront.

Soudain, l’image d’une puissance inouïe apparaît en elle et…

NARA
Je vous ai dit de ME RENDRE MES ENFANTS !

Les bras de tous les hommes qui la retiennent tremblent puis se désintègrent. Nara retombe sur ses pieds, prête à attaquer de nouveau. Ses parents paniquent et vont immédiatement la raisonner.

SA MÈRE
Calme-toi ma chérie, tout va bien !

SON PÈRE
Tu seras glorifiée dans l’au-delà !

NARA
(sans apaiser sa rage)
Expliquez-moi ce qui se passe ou vous subirez le même sort !

SHIBA
(jaillissant soudainement de la foule)
Laissez, il est de mon devoir d’homme de rectifier la situation.

NARA
Shiba, OÙ ÉTAIS-TU ?

SHIBA
Je me reposais, l’accouchement m’a semblé durer une éternité.

NARA
Te rends-tu compte de l’absurdité que tu viens de proliférer ET DE L’ABSURDITÉ DE LA SITUATION ? Que comptent-ils faire de nos enfants ? ET POURQUOI TU NE FAIS RIEN ?

SHIBA
Ses enfants sont ceux de la tribu, ils en prendront soin…

NARA
Réponds à ma question !

SHIBA
Tu es spéciale Nara, ton sacrifice nous octroiera abondance et prospérité !

NARA
(ayant absolument tout compris, devenant très sombre)
Et lorsque la sécheresse reviendra, vous sacrifierez l’un des jumeaux…

SHIBA
L’homme seulement, la femme sera sacrifiée lorsqu’elle aura enfanté à son tour.

NARA
Shiba, votre dieu n’existe pas… s’il existait, jamais il ne permettrait ça.

SHIBA
Femme, ton sacrifice représente le plus grand des honneurs et vois comme tu réagis ! Plus je laisse le flux de tes mots s’écouler, plus ton existence parmi nous nous couvre de honte. Que le grand Observateur nous pardonne ! Elle vient de l’océan, elle ne connait rien de la vérité, elle ne connait rien de la terre ! ABSOLUMENT RIEN !

Il se jette sur elle en dégainant sa dague et lui transperce le cœur.

NARA
Shi… ba…

SHIBA
Que ce soit pour pardonner ton offense ou faire don de ta puissance au grand Mizö, seule ta mort peut à présent répondre à tes gémissements infantiles ! Femme indigne, tous ici tueraient pour être à ta place !

Il lui crache dessus puis retire d’un trait sa dague pour laisser d’autres hommes la prendre et la soulever de terre. Les villageois marchent vers la statue et la jettent sur celle-ci pour que son sang s’y écoule.

NARA
(gardant difficilement ses yeux ouverts, glissant tranquillement vers la mort)
Tous vos sourires… votre amour… votre avenir… voilà ce que vous sacrifiez. Votre humanité n’est qu’une blague, vous gâchez tout, absolument tout. J’ai tellement ri avec vous… même si j’ai menti, je me souviens d’avant… de cette traversée en bateau qu’y m’a mené sur vos terres. J’ai vu des hommes, des femmes, s’entraider pour survivre aux pires des fléaux… et ici, vous qui avez le soleil, la terre, l’abondance, au lieu de vous entraider pour survivre… vous sacrifiez les vôtres. Bravo… Bravo…

Elle applaudit un coup, puis deux, et lors du troisième claquement, une violente rage s’expulse d’elle et tous les hommes qui l’ont porté tremblent sans exception. Puis, vient le tour de toute la nature de trembler, de toute la Terre. Nara se relève, animée d’une puissance qui dépasse de loin l’entendement.

NARA
Vous allez me rendre mes enfants puis disparaître de ma vie.

SHIBA
TUEZ-LA !

Des dizaines de lances pénètrent en elle et elle perd le contrôle.

Tous les gens autour d’elle, même ses parents, même Shiba, sont désintégrés, ainsi que la statue, la faune, la flore… même l’air ambiant. Elle tremble elle-même de plus en plus, à deux doigts d’emporter l’humanité avec elle. À cet instant, la voix vieille et profonde de Zuzu pénètre à nouveau son esprit.

ZUZU
Nara, si tu ne te calmes pas, TU TUERAS TES ENFANTS !

À ses mots, Nara chancelle… la Terre cesse peu à peu de trembler.

NARA
Amei, Aya…

Elle met un genou à terre. Épuisée, mourante, elle s’écroule aux pieds d’autres membres de la tribu qui accourent vers elle soit pour l’arrêter, soit pour comprendre d’où provient cette soudaine apocalypse.

NARA
Je veux qu’ils s’appellent Amei et Aya.

Elle ferme les yeux… s’éteint.

Personne ne la pleure, la tribu apeurée par la destruction de leur statue… personne exceptée Amei et Aya qui la pleureront toute leur vie ; jusqu’à ce qu’eux aussi rejoignent cet autre monde, l’au-delà.

Jusqu’à ce qu’eux aussi soient jugés par le Conseil des dieux…

[…]

Nara git inconsciente aux pieds de Mizzo qui, venant juste d’arriver, constate l’étendue des dégâts orchestrés par les trois intrus, Blaike, Azza et son éternel rival, le guerrier Dami Zan.

MIZZO
Quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui s’est passé pour que l’entièreté des gardiens de ce lieu sacré soit mis en échecs ou me faudra-t-il risquer de m’abrutir en lisant dans vos pensées ?

ZARDO
(en s’approchant de lui, au côté de Volte)
Puis-je absolument tout mettre sur la faute de Terreur ?

MIZZO
Ne serait-ce pas plus sage d’accuser nos ennemis ?

ZARDO
Non, je plussoie, je préfère accuser Terreur…

MIZZO
Ton attirance pour Dami Zan te perdra.

ZARDO
Dois-je culpabiliser d’avoir un faible pour les hommes qui ont des « couilles » ?

MIZZO
Zardo, être ma sœur ne te permet pas de blasphémer.

ZARDO
Je ne blasphème pas, je me plais simplement à taquiner mon petit frère si sérieux et tyrannique !

Mizzo soupire et d’une seule pichenette, il envoie sa sœur voguer très loin dans les cieux.

MIZZO
Bon, maintenant que c’est fait, Volte, explique-moi…

VOLTE
Dans les faits, comme peu importe mes dires vous risquez fort de tous les tuer, je préfère demander la permission de poursuivre celui que votre arrivée a fait fuir.

MIZZO
Je n’ai pas ressenti qu’il s’agissait du véritable Zuzu.

VOLTE
Moi non plus.

MIZZO
Rattrape-le et interroge-le. Retrouve Zardo, elle t’aidera.

VOLTE
Bien.

Il disparaît en un éclair tandis que Mizzo se dirige vers l’estrade en trainant le corps inerte de Nara.

MIZZO
Zan, ce n’est pas très poli de rester là-haut, surtout que je viens de maitriser ta nouvelle petite amie !

Zan, Ciala, Uzir et Blaike sont tous autour d’Azza dont la situation ne cesse de s’aggraver. Sur son corps, les inscriptions en langage ancien ont gagné du terrain et ses plaies ne se soignent pas malgré les efforts d’Uzir. Néanmoins, celui-ci ne cesse de lutter pour lui transmettre ses pouvoirs de soin…

UZIR
Les inscriptions annulent mes pouvoirs… mes belles années sont définitivement derrière moi.

CIALA
Prenez toute ma force s’il le faut !

UZIR
Ce serait vain, cette magie dépasse de loin mon niveau actuel.

BLAIKE
(effrayé qu’Azza subisse un sort pareil)
Ces marques, personne n’a jamais pu me les enlever…

AZZA
Qu’est-ce… qu’est-ce qui se passe exactement ? Qu’est-ce qui m’arrive ?

BLAIKE
J’ignore la finalité de cette malédiction. Mais chaque fois que j’utilise mes pouvoirs, les inscriptions s’en nourrissent et gagnent du terrain ! J’ai souvent l’impression… qu’elles tentent de dévorer mon âme.

AZZA
Ah, juste ça, ouf, je m’attendais à pire… AU SECOURS, ENLEVEZ-MOI ÇA !

BLAIKE
J’aurais dû te prévenir de ne jamais être empathique envers moi… je suis responsable de ce qui t’arrive.

AZZA
On trouvera une solution, je ne vais quand même pas mourir au troisième épisode !

ZAN
Rabi est mort au premier…

[…]

Toujours attaché au côté du véritable Zuzu, Rabi éternue.

ZUZU
À tes souhaits !

RABI
Merci !

[…]

TERREUR
(riant un peu d’Azza, en toussotant de douleur)
Tu as utilisé beaucoup trop d’énergie pour égaler de peu ma puissance, voilà tout ce que tu mérites !

Zan met immédiatement son épée sur la gorge de Terreur.

ZAN
Un mot de plus, un seul mot de plus… Est-ce bien clair ?

TERREUR
Oui, oui, pitié, je vais me taire et faire semblant d’être tombé sans connaissance…
(il s’évanouit de manière théâtrale)
… du moins, jusqu’à Mizzo vous tue tous !

CIALA
Charmant…

UZIR
Et dire que je le supporte depuis plus d’un million d’années.

ZAN
Blaike, te souviens-tu du visage de ceux qui t’ont fait ces inscriptions ? Eux pourraient la soigner.

UZIR
Dami Zan, même toi tu ne pourrais faire chanter ce genre de personnes.

ZAN
C’est peut-être là notre seul espoir de la sauver ! Il suffirait qu’un seul d’entre eux ait un bon fond !

[…]

FOLIO MENTOL
Naïf…

ZUZU
Définitivement naïf.

[…]

BLAIKE
Même si je replongeais dans les tréfonds de ma mémoire, ils ont disparu depuis très longtemps…

ZAN
Je n’en suis pas si sûr.
(en allant au bord de l’estrade pour s’adresser à Mizzo)
Je demande une trêve. Dépêche-toi de nous rejoindre, tu vas nous aider et en échange, je n’abimerai pas Terreur… du moins, pas plus qu’il ne l’est déjà. Et laisse Nara tranquille, elle est avec moi maintenant.

MIZZO
Si c’est vrai, pourquoi n’es-tu pas venue la défendre lorsque je l’ai lâchement maitrisé ?

ZAN
Parce que ce n’est pas nécessaire, quelqu’un dans cet assemblé te surveille de près.

Caché derrière un pilonne, Scios sourit en aiguisant sa dague. Dami Zan l’a remarqué, mais pas Mizzo.

MIZZO
Ce ne sont que des spectateurs… ils jugent beaucoup, mais n’agissent jamais. À croire que je les ai pour la plupart créés de toute pièce seulement pour servir mes propres intérêts ! Ce serait si ingénieux…

UZIR
(s’approchant à son tour du bord de l’estrade)
S’abstenir d’agir, voilà qui me semble déjà mieux qu’agir toute sa vie sans le moindre jugement !

MIZZO
C’est toujours un réel plaisir de vous voir, Uzir !

UZIR
Combien de nos fidèles avez-vous bannis aujourd’hui ?

MIZZO
Trop peu, quatre ou cinq de plus me ferait le plus grand bien ! Je me demande de qui il s’agira…

UZIR
Je t’attends…

MIZZO
Non, moi je t’attends.

UZIR
Puisque je l’ai dit en premier…

MIZZO
Oui, mais c’est moi Dieu maintenant, alors je te pris de bien vouloir te déplacer !

UZIR
Non, toi.

MIZZO
Toi.

UZIR
Toi…

MIZZO
Allons-nous réellement jouer à ce petit jeu ?

UZIR
Je suis derrière toi.

Mizzo se retourne immédiatement, sur ses gardes, prêt à combattre… Il n’y a rien.

UZIR
(encore sur l’estrade, riant de bon coeur)
Je l’ai encore eu, ce con !

Il retourne auprès d’Azza, laissant seul un Zan plutôt perplexe.

ZAN
Euh, mais encore ?

MIZZO
Laisse Zan, tu ne peux comprendre la subtilité des jeux que se livrent les dieux !

ZAN
Voilà qui me rassure, je préfère rester sain d’esprit !

MIZZO
Pour en revenir à ton marché, je me permets d’ajouter une « petite clause » !

ZAN
Petite comment ?

MIZZO
Bats-moi.

ZAN
Je suis contraint de refuser, il me faudrait un microscope.

MIZZO
(en éclatant de rire)
Finalement, ton humour atteint celui des dieux !

ZAN
Je ne me suis jamais senti aussi insulté.
(en se tournant vers ses amis)
Veillez sur Nara… moi je m’occupe de lui.

CIALA
Dois-je te rappeler que tu l’as défié au moins mille fois et que tu ne l’as jamais battu ?

ZAN
Cette fois, la vie d’une fée est en jeu… ainsi que celle d’une femme sauvage, bête et caractérielle !

AZZA
Ce n’est pas très gentil pour Nara !

ZAN
Je suis sûr qu’elle prendrait ça pour un compliment…

Il saute dans l’arène pour faire face à Mizzo… les deux hommes sont fins prêts à se battre.

ZAN
Il semble que l’ultime combat ait enfin lieu !

MIZZO
Non, pas tout de suite, ce n’est clairement pas le moment…

ZAN
C’est-à-dire ?

MIZZO
Tu ne comprends définitivement rien à la scénarisation ! Il faut impérativement quelques scènes pour entrecouper le moment où nous décidons de nous battre et celui où nous nous battrons pour vrai ! C’est plus qu’essentiel pour faire monter la tension et terminer à la dernière minute sur un cliffhanger !

ZAN
Ça, ce ne serait vraiment pas gentil envers les téléspectateurs…

MIZZO
L’argent mène le monde Zan, l’argent mène le monde !

ZAN
Noooooooooooooooooooooooooooooooooooon, je refu…

Il attaque soudainement Mizzo, mais la scène coupe tout aussi vite.

[…]

Zuzu tente de se cacher dans les ruelles non loin du Colisée, mais…

VOLTE
(derrière lui, sans la moindre intonation)
Bouh.

Zuzu sursaute et s’enfuit dans l’autre direction, mais Zardo l’en empêche.

ZARDO
Il semble que tu sois coincé.

ZUZU
Il semble plutôt que vous sous-estimez l’ensemble de mes pouvoirs !

ZARDO
Ne t’excite pas, nous ne voulons que parler !

ZUZU
M’exciter ? Si je m’excitais, je serais en train de te… de te…

En reluquant Zardo, il tombe dans la lune… ou plutôt, dans de bien vilaines pensées.

VOLTE
On reste concentré s’il vous plait.

ZUZU
Bref, je disais que j’ai plus d’un tour dans mon vieux sac ! Abraquadrabra, TOUR D’ÉVASION !

Il explose et ses membres ainsi que son sang revolent partout sur les vêtements de Volte et Zardo.

ZARDO
Euh, beurk !

VOLTE
(en parlant lentement, comme s’il était mort de l’intérieur)
Il est fort, très fort, il s’est enfui, nous ne pourrons pas le rattraper.

ZARDO
C’était de l’humour ?

VOLTE
Oui.

ZARDO
Essaie de mettre de l’intonation de temps en temps, ça aiderait…

VOLTE
Qu’est-ce qu’on fait ?

ZARDO
Soit le Zuzu qu’on connait est devenu sénile, soit notre théorie est la bonne, ce n’était pas lui.

VOLTE
(en remarquant quelque chose dans les « débris »)
Son bâton…

Zardo l’agrippe avec son pied, le lance dans sa main et découvre le livre à son extrémité.

ZARDO
Je ne pense pas qu’un faux Zuzu posséderait le même livre que lui !

VOLTE
À moins que le vrai a été tué ou enfermé quelque part.

[…]

Folio Mentol écoute attentivement les hypothèses des deux membres du Conseil.

FOLIO
Ils tombent si facilement dans mon piège…

ZUZU
Monsieur Mentol, je trouve que vous faites une piètre imitation de ma personne !

FOLIO
(quittant quelques instants son écran)
Ah bon ?

ZUZU
Je suis beaucoup beaucoup plus pervers que ça dans la réalité !

FOLIO
Vous n’étiez pas censé stipuler l’exact contraire ?

ZUZU
Vous ne pourriez pas séquestrer également deux trois femmes ? Je m’ennuie. Je dépéris à vu d’oeil !

RABI
Ou quelques danseurs du 2-81 ?

FOLIO
J’ai une meilleure idée, VOUS ALLEZ VOUS TAIRE ET ÉCOUTER !

ZUZU
Pfff, il est tellement susceptible.

RABI
Pfff, complètement fermé aux suggestions…

FOLIO
Taisez-vous ou ce sera Aaton qui servira à satisfaire vos pulsions sexuelles !

Les deux hommes se taisent, effrayés.

FOLIO
Bien, maintenant que ce petit aparté est réglé, passons au programme principal…

[…]

ZAN
Bon, pouvons-nous combattre ou faut-il encore attendre ?

MIZZO
Le scénariste n’a pas trouvé plus de deux minuscules petites scènes pour retarder notre plaisir, alors je suppose que oui !

ZAN
(tout en se préparant à attaquer)
Bien…

MIZZO
À moins que…

ZAN
(inquiet)
Que… ?

MIZZO
Mais bien sûr, n’est-ce pas l’instant idéal pour un flashback ?

ZAN
NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !

Il attaque encore Mizzo le plus vite qu’il peut, mais la scène coupe juste avant la fin de son assaut.

[…]

D’innombrables années avant que l’effroyable Terreur ne se fasse écrapou par Azza la petite fée fragile, nous retrouvons Mizzo sur Terre, devant l’assemblée d’un village plutôt primitif qui le regarde avec admiration. Le chef du village, et père de Dami Zan, se tient bien droit devant le dieu. Il est le seul à rester sur ses gardes. Mizzo eut beau charmer tous les siens, il en faut plus pour convaincre un Zan.

MIZZO
Mesdames, messieurs, je suis parmi vous depuis bientôt une semaine déjà et je dois avouer que je m’y plais ! Vous êtes un peuple brave, fort, futé, vous êtes ceux qui ont découvert le feu !

La foule s’excite, contente de ses beaux mots.

MIZZO
Mais…

La foule se calme, pleine d’appréhension. Papa Zan déplace sa main vers l’étui de son épée…

MIZZO
Je dois vous apprendre la vérité et bien que celle-ci soit une bonne nouvelle pour l’ensemble de votre communauté, je sais qu’elle suscitera des doutes dans le cœur et la conscience de votre chef bien aimé.
(il laisse une petite pause, une pause assez longue pour remarquer que Zan ne le quitte pas des yeux)
Votre destin sera beau, mais demandera bien des sacrifices. Les dieux vous ont choisi pour que vous deveniez la race du futur, celle qui peuplera ce Nouveau Monde pour les millénaires à venir ! N’ayez crainte, je resterai à vos côtés pour favoriser, et accélérer, votre évolution. Je vous apprendrai l’écriture, les sciences de la nature, les sciences sociales… je vous apprendrai même à bien apprêter le tofu !

UNE FEMME TERRIBLEMENT ÉMUE
Je pensais que seuls les dieux pouvaient accomplir ce miracle !

MIZZO
Détrompez-vous dame Tami, il suffit d’un peu de beurre et d’épices !

PAPA ZAN
Vous mentez, le tofu ne goûte rien, VOUS ÊTES UN CHARLATAN !

Le petit Dami Zan, à peine huit ans, arrive tout joyeux avec une casserole dans les mains.

DAMI ZAN
Papa, papa, j’ai réussi, j’ai fait du tofu aux piments ! Jamais plus je n’aurai à tuer les petits lapins !

PAPA ZAN
(sceptique)
Laisse-moi goûter…

Il en mange un morceau… tout le village retient son souffle.

PAPA ZAN
C’est… SUCCULENT !

MIZZO
Je vous l’avais bien dit, je vous amènerai à un niveau jamais égalé par aucune autre civilisation !

DAMI ZAN
(content)
Ça veut dire que tu restes avec nous ? Tu pourras me montrer à faire du yozourt au soja ?

MIZZO
(amusé)
Papa Zan, votre fils sera un futur grand chef cuisiner !

PAPA ZAN
Mon fils sera un guerrier comme son père.

DAMI ZAN
Mon papa a forgé mon épée ! Avec elle, je pourrai pourfendre des dragons… et des carottes !

Un autre enfant rit dans l’assemblé, il s’agit du petit Aaton, neuf ans et toutes ses dents (c’était avant que Folio Mentol le pousse cent fois de suite dans les escaliers… mais ça, c’est une autre histoire).

AATON
Ah ah, le jour où tu pourfendras des dragons, je serai à la tête de toutes les armées de l’univers !

DAMI ZAN
Pour quoi faire ?

PAPA ZAN
Fiston, ton compagnon était sarcastique.

DAMI ZAN
Ah…

AATON
Dami Zan, il est juste bon à cuisiner du tofu, à cueillir des petites fleurs dans les champs pour sa maman morte et à dire, « papa », « papaaaaaaaaa », « papa » je suis l’être le plus niais de l’univers !

DAMI ZAN
T’es pas obligé de finir toutes tes phrases par « de l’univers » !

AATON
(en grimaçant)
Je fais ce que je veux !

DAMI ZAN
Moi aussi, mais je le fais mieux que toi !

AATON
(après avoir fait un bruit de pet)
Vous avez entendu, Dami a pété, Dami a pété ! Proute ! Ça n’arrête plus, il pète tout le temps !

DAMI ZAN
C’est même pas vrai, c’est lui qui fait ça avec sa bouche parce que c’est un gros con !

PAPA ZAN
(en chuchotant à l’oreille de Mizzo)
Qu’est-ce qu’un dragon ?

MIZZO
Des créatures de l’au-delà ou plutôt, de l’autre monde. Les enfants raffolent de mes histoires…

PAPA ZAN
Ça se mange ?

MIZZO
Pas vraiment…

PAPA ZAN
C’est donc sans intérêt.

Aaton lance une roche sur la tête du petit Dami Zan et celui-ci se met à pleurer à chaudes larmes.

DAMI ZAN
Pourquoi t’es toujours méchant avec moi ?

AATON
(en haussant les épaules)
Si seulement je le savais !

PAPA ZAN
(sévère)
Bon, ça suffit. Cesse de pleurer fils, garde tes larmes pour plus tard ! Notre nouveau dieu était en train de nous apprendre une bien étrange nouvelle et j’aimerais en connaître tous les détails. Parle Mizzo, si nous avons été « élus » en tant que future race qui peuplera cette Terre, qu’adviendra-t-il de nos amis les Tchennes et toutes les autres civilisations qui partagent cette planète bleue avec nous ?

MIZZO
Comme elles n’ont pas réussi l’ultime test des dieux, elles seront anéanties. Rassurez-vous, personne ne souffrira. Elles s’endormiront toutes et rejoindront l’autre monde, le monde du repos éternel…

PAPA ZAN
Je ne comprends pas la pertinence de ne préserver qu’une seule race.

MIZZO
Remettez-vous en doute le jugement du dieu de tous les dieux ?

PAPA ZAN
Les Tchennes sont pacifiques et beaucoup plus intelligents que nous ! Même nos ennemis les plus sanguinaires les respectent à un point tel qu’aucun d’eux n’a la désobligeance de les attaquer !

MIZZO
Dans un lointain futur, l’humanité devra posséder vos gènes combattifs et vos techniques de régénération si elle souhaite survivre aux guerres qui…

PAPA ZAN
Je vous arrête tout de suite, il n’y aura pas de guerres si seuls les Tchennes survivent.

MIZZO
Tous les Tchennes ne sont pas pacifiques et de toute façon, vous devriez vous réjouir ! Il y a des milliers de peuples sur cette Terre et vous êtes les élus, les seuls élus ! N’est-ce pas magnifique ?

DAMI ZAN
(horrifié)
Vous… vous allez les tuer, vous allez tuer tout le monde !

MIZZO
Nous allons les « endormir », personne ne souffrira.

DAMI ZAN
Vous avez eu un rictus en le disant, vous mentez !

PAPA ZAN
Mon fils n’a pas tort. J’entraine les enfants de cette tribu à déceler un mensonge dès qu’ils ont l’âge de respirer sans téter le sein de leur mère. Vous ne pouvez pas nous tromper, avouez-nous la vérité !

MIZZO
Si vous refusez, dix autres peuples pourront aisément vous remplacer.

PAPA ZAN
Je vois.

MIZZO
Je vous fais une faveur et j’aimerais fort bien que vous cessiez de cacher votre joie !

PAPA ZAN
Si là d’où vous venez, vous êtes réellement en guerre, ce n’est pas en réduisant la grande majorité des peuples à néant que vous vaincrez. Si votre cause est juste, ralliez tous les habitants de cette planète bleue et ainsi, vous aurez des guerriers fiers et motivés, et non un passé marqué par le sang.

MIZZO
Le sort de l’humanité dépend de la qualité de mes sacrifices, l’évolution doit jouer en notre faveur.

PAPA ZAN
Votre monde en dépend, pas le nôtre.

MIZZO
Vous commencez à m’ennuyer… bien sûr que le vôtre aussi en dépend, les deux univers sont interreliés.

DAMI ZAN
Papa, les dieux peuvent-ils réellement être aussi… stupides ?

PAPA ZAN
J’en doute, cet homme n’en est certainement pas un.

Mizzo reçoit une roche carrément entre les deux yeux, celle-ci lancée par nulle autre qu’Aaton.

AATON
À MORT LE FAUX DIEU, IL EST LE PLUS MAUVAIS FAUX DIEU DE L’UNIVERS !

MIZZO
Bon, je vous laisse une journée pour y réfléchir… Tâchez de faire preuve de discernement.

DAMI ZAN
Nous, FAIRE PREUVE DE PLUS DE DISCERNEMENT ? Nous sommes la tribu des Zan, nous sommes le discernement ! Nous ne nous battons jamais sans raison et encore moins ne contribuons à la perte de nos alliés ! Nous savons également qu’un BON dieu trouverait mille et une solutions pour éviter une guerre qu’il appréhende dans un « lointain futur » ! Rien n’est inéluctable !

AATON
Rien excepté sa propre bêtise !

MIZZO
Je conçois qu’il soit normal pour des enfants de huit ans de faire preuve d’utopie, mais…

DAMI ZAN
JE N’AI PAS TERMINÉ ! Ma mère me rappelait souvent l’importance de tisser des liens solides avec toutes les cultures et races des environs ! La richesse et la beauté de l’humanité en dépendent !

MIZZO
Ta mère a été tuée en tentant de négocier avec la tribu des Barbares du Crépuscule.

DAMI ZAN
Sa douceur a touché certains de ces barbares, l’un d’eux est même devenu mon ami !

MIZZO
Cet ami gardera ses gênes de barbare et te trahira tôt ou tard, ainsi est faite l’humanité.

DAMI ZAN
Non, Blaike ne me trahira jamais ! Vos raisonnements sont puérils et stéréotypés !

PAPA ZAN
(en regardant très sévèrement Mizzo)
Vous n’êtes clairement pas un dieu, partez d’ici ou vous subirez ma colère.

Il dégaine son épée et des membres de sa tribu font de même.

MIZZO
Malheureusement pour vous, je suis bel et bien votre dieu.

Il tend sa main gauche vers le papa de Dami et une étrange énergie cristalline s’y concentre jusqu’à ce qu’elle crée la plus splendide et fine lame jamais vue dans le monde des humains. Papa Zan l’attaque aussitôt d’une fougue et rage légendaire, mais c’est trop tard, Mizzo lui tranche la tête d’un trait.

MIZZO
À partir de maintenant, tous ceux qui ne se soumettront pas à mes ordres seront condamnés à mort !

Une désagréable sensation de chaleur survient dans son ventre… le jeune Dami Zan l’a poignardé.

DAMI ZAN
MON PÈRE VOUS A DIT DE PARTIR !

MIZZO
Dommage, j’ai toujours détesté tuer des enfants !

Un coup de hache lui enlève soudainement ses deux jambes et… ben, il s’écrase à terre ! T’sais, logique.

AATON
(en tenant fermement sa hache, son cœur battant la chamade, quelque peu traumatisé)
Il faut… il faut l’achever !

Dami Zan regarde Mizzo, paniqué, ne pouvant pas se décider à le tuer.

AATON
Zan, il a tué ton père, TUE-LE !

DAMI ZAN
Mon père n’est pas mort… il va se régénérer, il va…

AATON
Zan, il s’est fait couper la tête, il…

Un pique de cristal traverse le corps des deux enfants tout en les clouant au mur.

MIZZO
Jourdin, QU’ATTENDS-TU ?

JOURDIN
Bonne nuit gentes dames, bon dodo messieurs…

D’autres guerriers de la tribu veulent riposter, mais ceux-ci sont vite percés d’une pluie de flèches très précises qui s’évaporent aussitôt les avoir percés. Jourdin, un jeune homme frêle à la barbe aussi blanche que celle des hommes d’expérience de la tribu vient juste d’arriver et il n’est pas de cœur à plaisanter. Il est le dieu des connaissances théoriques, celui qui avait « élu » cette tribu.

JOURDIN
Ceux-ci ne possèdent pas des pouvoirs de régénération très puissants, ces flèches les ont tués.

MIZZO
Ne tarde pas, tue aussi ces deux enfants !

JOURDIN
La technique de régénération de ces deux-là frôle le génie et tu voudrais les exterminer ?

MIZZO
Laisse, je les tuerai moi-même. J’ai l’infime conviction que si par malheur ils survivent, ils…

Une épée lui coupe la parole en lui tranchant la tête bien nette.

PAPA ZAN
Oui, s’ils survivent, mes élèves ne te feront aucun cadeau, et moi non plus.

La tête de Mizzo roule sur le sol… mais il n’est pas mort.

MIZZO
Vous m’aviez dit que la seule manière de vous tuer était de vous tran…

PAPA ZAN
J’ai menti pour vous tester. Vous avez vraisemblablement échoué.

MIZZO
Achève les Jourdin, TOUT DE SUITE !

JOURDIN
Non, l’apogée de la Grande Guerre dépendra de leur pouvoir de régénération.

MIZZO
AAAARRRRRRRRRRRRRRRRG ! Tout ce que tu veux, MAIS PARTONS !

JOURDIN
Bien. L’un des enfants est inconscient, je l’amène avec nous…

PAPA ZAN
Non, ne…

Il regarde vite si son fils est conscient, il l’est… Jourdin vise donc Aaton.

DAMI ZAN
(en forçant pour enlever le pique de son ventre)
Papa, VITE !

Le père et le fils veulent intervenir, mais un un instant, Jourdin n’est déjà plus là… et Aaton non plus.

DAMI ZAN
Papa, il faut vite se rendre dans l’autre monde pour le sauver !

PAPA ZAN
Non, je dois d’apprendre les arcanes du clan, ils reviendront très vite pour nous achever !

DAMI ZAN
(ses yeux se remplissant de larmes)
Qu’est-ce qu’ils vont faire d’Aaton ? Ils ont… ils ont tué tout le monde, ils vont…

PAPA ZAN
Fils, ne pleure plus ni ne souris, ces bêtes sans honneur profiteraient de ces instants de faiblesse pour te piéger. À partir de maintenant, nous sommes en guerre contre les dieux, il te faudra être fort et sans pitié.

[…]

De retour au présent, Zan et Mizzo se font face, aucun des deux n’attaquant.

MIZZO
C’était finalement un très très très très long flashback…

ZAN
Assez pour qu’on puisse enfin se battre sans être interrompu ?

MIZZO
Je suppose…

ZAN
Bon, je commençais UN PEU à désespérer.

Dami Zan et Mizzo se remettent en position de combat, comme si de rien était.

ZAN
Te souviens-tu lorsque je t’ai pourfendu de mon épée ?

MIZZO
Difficile de l’oublier puisque nous venons à l’instant de revoir la scène.

ZAN
Ah, c’était ça le flashback ? Je t’avoue que j’ai un peu tourné de l’oeil…

MIZZO
Quel manque de respect envers le travail du scénariste, c’est moi qui devrais être son héros !

ZAN
BREF, j’étais jeune à l’époque, mon épée était plus petite, elle ressemblait à un minuscule cure-dent roploplo… Maintenant que j’ai grandi, je te laisse imaginer la douleur que tu ressentiras !

Il tend sa très large et longue épée vers Mizzo, l’attaquant avec celle-ci sans plus attendre.

MIZZO
Vile tête brûlée, tu découvriras bien assez tôt qu’aucune lame n’est à la mesure de mes entrailles !

ZAN
CESSE DE SOUS-ESTIMER LE CLAN DES ZANS !

MIZZO
Pauvre idiot, as-tu déjà oublié que j’ai finalement trouvé comment tuer ton père ?

ZAN
Vous l’avez rendu fou, il ne dormait plus, ne mangeait plus, il ne pensait qu’à l’entraînement… mais même fou il n’a jamais perdu son honneur, celui-là même que vous n’avez jamais eu !

UZIR
Excusez-moi…
(il fait une petite moue de malaise, gêné)
Le scénariste a décidé de retourner voir ce qu’il se passe avec Zardo et Volte !

ZAN
Bon, ça suffit… arcane suprême, les treize cicatrices du clan Zan !

MIZZO
Désolé héros, tu n’as aucun pouvoir sur cette histoire.

ZAN
MA PATIENCE A DES LIMITES !

Le guerrier lance sa technique suprême et elle est si rapide que la scène n’a pas le temps de couper.

Treize coups de lames plus tard, Mizzo se retrouve bien amoché, mais toujours en vie, les cicatrices situées sur la majorité de ses articulations pour l’empêcher de bouger. Mizzo a osé le sous-estimer !

MIZZO
Mizzo a osé le sous-estimer… Vraiment ?

Vraiment.

MIZZO
Fieffé imbécile, ce qui ne tue pas me rend plus fort !

Mizzo connaissait un-million-quatre-vingt-deux-mille-cent-soixante-sept citations moins clichées que celle-ci et malheureusement, il avait préféré gâcher mon texte en l’utilisant quand même.

Honte à toi Mizzo.

MIZZO
Je vais m’abstenir de commentaires.

Et je t’en remercie.

MIZZO
Quoi qu’il en soit, il est temps pour moi de voler la vedette !

Une armure de cristal surgit de tous les pores de sa peau jusqu’à ce qu’il soit aux commandes d’une énorme armure mobile et dévastatrice de cent mètres de haut ! Elle est même blindée d’un nombre infini de piques très aiguisés prêts à fendre l’air à tout moment pour déchiqueter ses ennemis.

MIZZO
(au milieu de l’armure)
Quelque chose à dire pour ta défense, Dami Zan ?

Blaike, le barbare au coeur myrtille-framboise, va au côté de Dami, prêt à se battre lui aussi.

BLAIKE
L’état d’Azza ne cesse de s’aggraver, soit Mizzo nous aide, soit je nous débarrasse personnellement de lui.

ZAN
Mizzo, je te le demande une dernière fois, nous avons besoin de toi et je suis prêt à négocier !

MIZZO
Ai-je bien entendu ?

ZAN
Oui, il m’arrive de négocier, ce n’est pas « si » surprenant.

BLAIKE
Un peu quand même…

MIZZO
Non, vous avez dit Azza… IL FALLAIT LE DIRE PLUS TÔT !

Azza et Zan alliés, voilà quelque chose que même lui n’avait pas prévu… Son armure s’effondre par sa propre volonté et le dieu suprême rejoint rapidement l’estrade tout en haut du Colisée.

BLAIKE
Euh…

ZAN
Je me suis laissé embrouiller par mes envies refoulées de me battre, j’ai oublié un fait très important : il semblerait que le Conseil soit à l’origine de l’enfermement et de la surprotection autour d’Azza.

MIZZO
(tout en haut)
Blaike, viens vite ici !

Les deux guerriers rejoignent le reste de la troupe. Mizzo tient la main d’Azza pour stabiliser son état.

MIZZO
J’en conclue que Terreur vous a attaqué malgré la fragile présence d’Azza sur le champ de bataille.

AZZA
(tremblante, très… très faiblement)
Il… il… m’a un peu… énervé… j’ai utilisé les pouvoirs… de Blaike pour…

MIZZO
Silence, j’ai déjà tout compris.
(en se retournant vers son collègue étendu au sol)
Terreur ?

ZAN
Il fait semblant d’être inconscient…

MIZZO
TERREUR !

TERREUR
(en reprenant magiquement conscience)
Oui oui, je suis là !

MIZZO
As-tu réellement attaqué Azza, celle que nous devons ABSOLUMENT protéger ?

TERREUR
Ah, c’est cette « Azza » là…

MIZZO
Bon, ta présence n’est plus requise, va-t’en et ne t’avise plus jamais de me décevoir !

TERREUR
(affaissé)
Mais Mizzo, je…

MIZZO
Tu es jugé… COUPABLE !

Il agrippe son bras, le lance au loin et le fait disparaître avec fracas, Terreur criant au meurtre.

AZZA
Euh, vous l’avez désintégré ?

MIZZO
Non, je l’ai simplement téléporté ailleurs.

ZAN
Ça n’avait pas vraiment l’air d’une simple « téléportation ».

AZZA
Il a hurlé.

MIZZO
(souriant, amusé par sa propre blague)
Ma technique de téléportation n’est pas vraiment au point.

AZZA
Est-ce qu’il est…

MIZZO
Est-ce si important ?

AZZA
C’était votre ami…

MIZZO
Il me pardonnera et je lui pardonnerai, fin de l’histoire.
(en prenant les mains d’Azza et de Blaike)
Maintenant que tout le monde se taise, j’ai besoin de concentration. Blaike, puisque tu es un « héros », je suppose que ça ne te dérangera pas de recevoir le double de la malédiction que tu as déjà ?

BLAIKE
Même si je dois souffrir deux fois plus, je suis prêt.

MIZZO
Azza n’a pas seulement cloné ta malédiction, elle l’a… Je t’épargne les détails, mais sois prévenu que ce sera peut-être cent fois pire. Tu risques d’en perdre la raison, mais j’ai confiance, tu en as vu d’autres.

AZZA
Non, ne le faites pas ! Blaike, je survivrai, je…

Mizzo passe sa main devant Azza et elle s’endort instantanément.

ZAN
Attendez, laissez-moi cette malédiction, tu en as déjà assez d’une Blaike…

MIZZO
Dois-je t’endormir toi aussi ?

ZAN
Bon, j’ai compris… j’aurai été inutile jusqu’à la fin dans cet épisode.

Mizzo ferme les yeux, se concentre, et transfert tant bien que mal la malédiction d’Azza dans le corps de Blaike. Le colosse serre les dents. La douleur est insoutenable, il pense à Azza pour s’aider à tenir.

MIZZO
Maintenant, je vais devoir faire quelque chose qui me donne irrémédiablement envie de vomir.

ZAN
Me prendre la main ?

MIZZO
Exactement.

Les deux hommes se fixent, les deux excessivement dégoûtés… mais ils le font pour Azza. Tout de suite, Mizzo utilise les pouvoirs de régénération de Zan pour soigner Azza. Elle récupère rapidement.

MIZZO
Voilà qui est fait… maintenant, Zan, nous pouvons nous entre-tuer en paix.

ZAN
Bien, retournons dans le Colisée.

UZIR
Vous allez réellement vous battre juste après avoir finalement fait équipe ?

ZAN
J’aimerais mieux qu’il m’explique pourquoi il avait enfermé Azza…

MIZZO
Justement pour qu’elle évite ce genre de situation !

ZAN
Ça ne répond pas du tout à ma question.

MIZZO
Peu importe puisque je l’emmène, elle et cette Nara. L’une est trop fragile pour ce monde, l’autre trop dangereuse. Dommage Zan, elles auraient fait un beau tandem pour tes bien bas fantasmes !

ZAN
Ne sois pas si lâche, notre combat n’est pas terminé !

MIZZO
Le problème, c’est que tu ne peux plus rien contre moi.

Une cage de cristal se forme autour de Dami, puis autour de Blaike et Ciala qui veulent intervenir.

MIZZO
(en regardant le seul restant, Uzir)
Toi, que comptes-tu faire ?

UZIR
Comme toujours, je vais attendre les bras croisés que tu aies enfin ce que tu mérites.

MIZZO
Tu es un homme patient.

UZIR
Pas vraiment…

Au milieu du Colisée, Scios prend Nara dans ses bras, puis regarde tous les spectateurs et spectatrices.

SCIOS
(en criant)
ÇA SUFFIT ! Moi, roi par intérim de Finelame, je proclame que si un seul coup de plus est porté à l’encontre de dame Nara ou de ses sauveurs, j’ordonnerai à mes armées de raser la totalité du Conseil !

MIZZO
(en s’approchant du rebord de l’estrade, pour bien voir le visage de celui qui vient de le trahir)
Vous rendez-vous compte de ce que vous venez de dire, prince Scios ?

SCIOS
Roi Scios.

MIZZO
Vous n’agissez pas comme tel en prenant une telle décision.

SCIOS
J’en ai le droit puisque vous, en tant que chef du Conseil, vous agissez en parfait imbécile sans cœur sans âme sans saveur ! Vous dévorez vos propres pairs tel un rat dégoût bien laid au visage couvert des postules de ses refus de rédemption ! Vous vous sodomisez à l’aide du cadavre de vos ancêtres, de votre mère, de votre père, de votre avenir, pendant que votre bêtise, votre narcissisme, vous empêche de réaliser à quel point votre seule présence suffisait déjà à tous les porter en disgrâce ! Mizzo, vous êtes une erreur de la nature, un traite, un gourou, un pisseux de première, un laidron pas propre, une face de cheval, une tomate OGM sans saveur, un toboggan délavé sous les pluies acides, une nuisance, l’échec sexuel de ma première fois avec une femme, un traitre, un scélérat, un méchant pas fin, un…

[…]

Quelques heures plus tard, le temps nécessaire à Scios pour dévoiler le fond de ses pensées…

SCIOS
… et en plus, VOUS PUEZ DE LA BOUCHE !

Long silence.

MIZZO
Oh, est-ce enfin à mon tour de parler ?

SCIOS
N’ai-je pas marqué une pause ?

MIZZO
J’accomplis ce que je dois accomplir pour le bien des paradis, vous ne pouvez pas comprendre.

SCIOS
Vous agissez comme des enfants et considérez votre peuple comme de vulgaires jouets.

MIZZO
Vous agissez de même en envoyant les vôtres à l’abattoir.

SCIOS
(en déposant Nara au sol… tout en compressant subtilement son cou au bon endroit pour la réveiller)
Certes, voilà pourquoi je rectifie ma promesse. Si vous bafouez les droits de ces jeunes gens en leur portant atteinte sans raison que je jugerai valable, vous m’aurez comme ennemi et moi seul.

Mizzo le perd soudainement de vu… Il le retrouve derrière lui, une dague sur sa gorge.

SCIOS
Au moindre faux pas, je remplacerai le Conseil avec joie. Je ne serai pas aussi patient que mon père. Il s’est rendu malade en tolérant toutes vos bévues, mais moi, je suis Scios la Finelame, je suis…

MIZZO
Nu.

SCIOS
Euh…

Scios regarde l’ensemble de son corps et effectivement, il l’est.

SCIOS
(mal à l’aise)
Comment dire… ça arrive « des fois » quand mes déplacements instantanés sont un peu trop rapides !

MIZZO
Pathétique…

Il lui tord le bras, celui avec lequel il tient sa dague, puis le lance vulgairement en bas de l’estrade. Un vol plané d’une cinquantaine de mètres débute pour Scios, mais Nara (enfin active dans cet épisode) l’attrape en courant directement sur la parois verticale du Colisée. Elle monte vite tout en haut…

Inutile de dire qu’elle s’est levée du mauvais pied.

NARA
(après avoir déposé Scios, en regardant Mizzo comme s’il s’agissait de la source du mal absolu)
Toi…

MIZZO
Oui, moi ? J’ai un peu d’épinard coincé entre les dents ?

NARA
Je te reconnais, tu es le dieu qui tolère les sacrifices humains.

MIZZO
Je tolère le libre-arbitre, ce qui est totalement différent.

NARA
Je suis heureuse de l’entendre, j’espère que tu aimeras MON libre-arbitre !

Elle se met à trembler et le Colisée de même… les cages de cristal cèdent en premier. Mizzo veut s’enfuir, mais elle l’agrippe et ne compte absolument pas le lâcher, de là à se sacrifier.

NARA
Partez, j’ai un compte à régler avec lui…

ZAN
Nara, je n’abandonne jamais personne.

MIZZO
C’est cliché, mais malheureusement vrai.

ZAN
Personne exceptée Mizzo…

MIZZO
C’est gentil de préciser… mais faux, tu as besoin de moi !

ZAN
Malheureusement.

NARA
PARTEZ !

Personne ne bouge, tout le monde sceptique, sous le choc… mais un garde masqué du royaume de Finelame termine son escalade de l’estrade et se dépêche de rejoindre son nouveau roi pour le sermoner.

LE GARDE
Pourquoi faut-il toujours que vous vous mettiez dans des situations impossibles ?

SCIOS
Benjamin, je t’avais pourtant demandé de ne pas inter…

LE GARDE
Accroche-toi !

Il soulève son roi, prêt à partir…

DAMI ZAN
Attendez ! Prince Scios, Benjamin, je vous confis Azza !

SCIOS
Promis, je serai moins maladroit dans le prochain épisode !

Rhabillé, il attrape Azza et, aidé par Benjamin, il s’en va sans tarder, courant carrément sur les parois du Colisée. Pendant ce temps, Blaike essaie de peine et de misère de se lever… Ciala va vite le soutenir.

CIALA
Laisse-moi faire, je suis plus forte que j’en ai l’air !

BLAIKE
Non, je reste, Zan aura besoin de moi !

CIALA
Ce n’est pas négociable… Zan, pars toi aussi, Nara ne t’épargnera pas !

Elle prend Blaike dans ses bras, agrippe également Uzir contre sa volonté et s’en va à son tour.

Il ne reste que Zan, Mizzo et Nara.

ZAN
Nara, dois-je préciser le Colisée va s’effondrer ou est-ce assez évident ?

NARA
Cet homme, ce « dieu », si personne ne l’arrête, il continuera de régner… ET CAUSERA LA MORT DE MES ENFANTS ! Je veux qu’il n’y ait plus JAMAIS de dieux !

ZAN
Tous les dieux ne sont pas comme lui !

NARA
PEU IMPORTE, JE LES TUERAI TOUS ! Pars Dami Zan, VITE!

MIZZO
Jourdin, Volte, Zardo, Sajime, Uzir, que faites-vous ? VENEZ M’AIDER !
(paniqué par son corps qui se distortionne de plus en plus)
Zan, aide-moi, tu es un gentil héros naïf ! Je te le jure, je répondrai de mes actes, je te dirai la vérité ! ZAN, les choses ne sont pas ce que je laisse supposer, TU DOIS L’ARRÊTER !

Les pouvoirs de Mizzo faiblissant, les spectateurs et spectatrices disparaissent un à un… et on comprend qu’effectivement, la majorité du jury n’était constituée que de personnes créées par magie.

ZAN
Nara, cet homme a tué les miens, il a tué mon père, mais il détient des informations qui me sont essentielles. Il sait la vérité sur Azza, il peut guérir la malédiction de Blaike, il connait même l’assassin de mon meilleur ami. Il est une pièce importante du puzzle, nous devons le supporter encore un peu.

NARA
IL DOIT MOURIR !

MIZZO
Zan, retrouve Aaton, il te dira tout ! Retiens bien ce mot, « nénuphar », « NÉNUPHAR » !

Mizzo s’évapore complètement, comme s’il n’avait jamais existé… et le Colisée s’effondre.

ZAN
NARA !

Pendant que l’armature de béton s’affaisse en emportant toutes les statues de Mizzo avec elle, Zan attrape Nara et tombe avec elle dans l’arène. Même si la proximité avec Nara est en train de déstabiliser l’essence même de son corps, le guerrier la protège en amortissant l’impact du mieux qu’il peut.

Zan aurait bien voulu atterrir tel un vrai héros, sur ses jambes avec Nara dans ses bras, mais son corps ne lui appartient plus. Au sol, Nara se calme un peu et, épuisée, elle s’enlève de sur lui en roulant à ses côtés. L’homme et la femme restent un moment silencieux, comme pour digérer l’événement.

NARA
Je l’ai fait, j’ai tué un dieu.

ZAN
J’hésite entre te rappeler les conséquences de tes actes et t’embrasser.

NARA
Tu t’approches et je te castre !

ZAN
On va bien s’entendre, toi et moi.

NARA
Me veux-tu encore dans ton équipe même si je viens de tuer ton petit ami ?

ZAN
Pourquoi pas ? Tant que tu n’utilises plus jamais tes pouvoirs en présence d’Azza !

NARA
Tu es complètement fou.

ZAN
(riant un peu, désespéré)
Le dernier mot de l’homme qui a détruit nos vies fut… nénuphar.

NARA
(en pleurant et riant en même temps, totalement épuisée)
Nénuphar… j’ai tué quelqu’un après qu’il ait dit nénuphar… né… nuphar. Je suis… un monstre.

Pendant que son corps se régénère, Zan la regarde tristement. Mizzo est mort… et Aaton, est vivant ?

[…]

À côté des deux autres captifs de Folio Mentol, Aaton fixe l’écran, complètement traumatisé, apeuré.

AATON
Nénuphar…

RABI
Heu, qu’est-ce que ça signifie ?

AATON
Sans Mizzo, nous allons tous mourir !

 

BANG, FIN DE L’ÉPISODE 3.

À suivre dans l’épisode 4 :
Tue-moi, belle diplomatie.
RABI
Oh, franchement, on ne va quand même pas finir l’épisode sur un cliffhanger aussi cliché ?

AATON
Pourquoi pas ?

RABI
Retourne dans ton escalier !

Il le repousse dans l’escalier. On peut entendre Aaton débouler et agoniser quelques minutes.

FOLIO MENTOL
Cette série n’a définitivement aucun sens.

ZUZU
J’ai toujours rêvé de visiter l’Australie.

FOLIO MENTOL
(en soupirant)
Coupez…