Monsieur et madame Boivin, solidaires dans la magouille

Toujours en train de s’insulter ou de se couper la parole, Mario et Gisèle Boivin représentent tout ce qu’il y a de pire chez les vieux couples ! Se tapant mutuellement sur les nerfs depuis des années, ils restent ensemble par habitude, par soucis financiers et parce qu’ils ont un passe-temps commun : la magouille. Monsieur et madame Boivin ont fait les quatre cents coups ensemble (surtout les plus lâches, comme frauder l’impôt ou voler de la gomme au dépanneur) !

Leur dernière trouvaille : adopter un enfant en difficulté d’adaptation pour recevoir une compensation du gouvernement.

Voilà comment Jacob l’enfant géant a emménagé chez eux ! S’en occupant à peine, n’utilisant qu’une infime partie de la compensation pour lui, ils réussissent à s’offrir quelques bières, cigarettes et billets de loterie de plus à chaque fin de mois !

Manque de respect flagrant envers leur enfant ? Bien sûr ! Mais bon, ces profiteurs ne respectent tout simplement personne, jugeant que dans ce monde barbare, c’est chacun pour soi… sauf si on réussit à se marier avec son double de l’autre sexe.

Au fond, Mario et Gisèle savent pertinemment qu’ils sont faits pour aller ensemble, éternels complices et seule personne au monde capable d’endurer l’autre ! Le vieux couple se dit parfois même des petits « je t’aime », après deux ou trois bouteilles de vin ! Gisèle s’est même déjà achetée de la dentelle, une fois ! Sans parler que Mario s’est déjà épilé le dos…

Ils vécurent heureux et n’eurent pas beaucoup d’enfants, heureusement.