Le pelleteur de smog

En choisissant ce coin du monde, je ne pouvais pas savoir qu’il m’intoxiquerait. Je cherchais juste quelque chose de pas trop cher pour éviter de passer ma vie entre-deux jobs aussi pires l’une que l’autre… je voulais juste un petit appartement pour poser mon matelas à terre et voguer sur Internet ailleurs que sous la pluie. Au final, je passe mon temps couché, essoufflé, cloué par des maux de tête !

Au début, je me disais qu’habiter proche d’une papeterie, ça ne serait pas si pire vu que c’est de l’eau et du bois… mais j’avais oublié que l’Homme met des produits chimiques dans tout et surtout, dans n’importe quoi ! Cette même humanité, toujours aussi réfléchie et pleine de belles pensées pour l’avenir, semble également aimer les vomir dans l’air et dans l’eau, par égoïsme, par lâcheté… parce qu’elle le peut !

Laissez faire ces grosses entreprises et ne vous en faites pas, elles le détruiront notre monde…

J’ai à présent trop lu sur le sujet, trop lu pour juger ça « correct », inoffensif, pour ne pas en vouloir à la ville de faire autant d’efforts pour le tourisme et de tout gâcher aussi stupidement !

La belle ville de mes rêves transformée en cauchemar !

J’ai tenté de déménager, mais ce n’est pas facile quand on a un dossier de crédit aussi déplorable que le mien ! J’ai eu une mauvaise passe, une mauvaise passe qui me suivra longtemps… J’ai eu de « la chance » avec cet appartement, le propriétaire n’a pas été trop difficile. Il devait avoir de la misère à le louer : maintenant, je comprends pourquoi. Je cherche, encore et encore, j’ai hâte de me poser ailleurs…

Chercher, c’est vivre dans l’instabilité et j’ai toujours détesté ça.

Si mon foyer est instable, ma tête aussi, y’a pas d’équation plus simple que ça !

Abattu, je me suis acheté une coupe de plantes faciles d’entretien (parce que j’ai déjà de la misère à m’occuper de ma carcasse) et reconnues pour dépolluer l’intérieur : des hédéras, des plantes-araignées et des langues de belles-mères ! Je me cherche aussi un purificateur d’air et pas n’importe quel gadget, un vrai de vrai ! Pour un gars qui a choisi un appartement pas cher, voilà que je dépense des centaines et des centaines de dollars pour tenter de respirer… c’est un non-sens en réponse à un autre non-sens !

C’est l’usine qui devrait payer ces « médicaments » à tous ceux et celles qui habitent dans le coin…

Vous allez me dire que c’est de ma faute, que j’aurai dû y penser à deux fois… mais quand j’ai visité le coin les quarante milliards de premières fois, l’usine n’était plus en marche, elle venait de fermer !

J’aurai préféré qu’elle le soit pour toujours, même si ça signifiait quelques centaines de pertes d’emploi… parce qu’au fond, l’environnement m’importe plus que l’argent ! L’argent, il y a d’autres moyens d’en trouver (même si c’est pas facile), mais la planète, on en a juste une.

On en avait juste une…

Ouin…

Va savoir si ce n’est pas déjà trop tard.

Bref…

C’est peut-être juste dans ma tête, peut-être que l’air est pur et que l’eau est claire ! Oui, c’est peut-être juste moi… Tout va bien au fond, tout va vachement bien, c’est juste moi qui suis fou, qui crève en silence au lieu de gratter ce qui me reste de petites monnaies pour déménager loin du dépotoir urbain.

Si seulement c’était vrai, si seulement j’étais le seul à crever, ça ne m’inquiéterait pas autant…

Ah, l’Homme…

Je n’imagine pas vivre là où le nucléaire a…

Non, je préfère ne pas y penser.

Tout va bien, tout va super bien…

Suffit que je me masturbe pour oublier demain… que je tue mes sens et que j’avance.

De toute façon, même si je déménageais, bientôt l’air pur n’existera plus nulle part.

Signé Goli, celui qui crie, qui chiale et qui pelte de la brume

Dominic Fortin-Charland
20 août 2012