Le plus périlleux des combats, avec Dami, Enniro et Koa !

Je suis en train d’écrire une nouvelle déclinaison pour le scénario de base du court-métrage un peu décalé Le plus périlleux des combats. Il s’agit cette fois d’une version avec Dami Zan dans le rôle du guerrier épique, Enniro dans celui d’Arti le triste (Enniro étant l’un des noms d’Enrico Toupin) et Koa (alias Jaune), dans le rôle du vieil ami fort cocasse !

Pourquoi ces trois là ?

Disons simplement qu’ils ont un passé commun qui sera mis de l’avant dans la série de Folio Mentol. Enniro a longtemps été l’apprenti de Dami, jusqu’à ce que Scènare les sépare…

En attendant plus d’informations, voici le scénario en cours de travaux :

La taverne est remplie de mercenaires plus durs à cuir les uns que les autres et l’alcool coule à flot pour célébrer les victoires ou accepter les défaites. C’est le chaos total, mais l’ambiance reste festive.

Soudain, le plus dur à cuir de tous les durs à cuir, LE guerrier, Dami Zan, entre dans la taverne.

Tout le monde est surpris et se retourne vers lui, bouche bée… tout le monde le croyait mort.

DAMI ZAN
Quoi, vous avez vu un fantôme ?

Une jeune femme s’approche de lui. Elle est toute habillée de jaune, radieuse, souriante.

KOA
Dami, on commençait à se dire que t’étais mort !

DAMI ZAN
(amusé)
Koa, tu sais mieux que quiconque que rien ne peut me tuer.

Il s’avance vers le bar et tout le monde reste silencieux, comme si chacun de ces pas transcendait l’atmosphère. Le tavernier se dépêche de lui servir un pichet de ce qu’il a de plus fort…

DAMI ZAN
(en s’assoyant devant le comptoir)
Laisse, serre-moi plutôt un jus de fruits s’il te plait.

LE TAVERNIER
Ben voyons, t’as toujours bu plus que tout le monde ici dedans !

DAMI ZAN
Jamais pendant un combat…

Le tavernier comprend, cale le pichet, puis presse des fruits avec ses mains et lui donne son jus.

LE TAVERNIER
Raconte-nous ce qui se passe !

DAMI ZAN
(en calant son verre, soudainement quelque peu ému)
J’ai traversé le plus long et périlleux des combats.

KOA
Plus intense que la fois où on a com…

DAMI ZAN
(la coupant poliment, catégorique)
Oui…

KOA
Pourquoi t’es pas venu me chercher ? J’aurais combattu à tes côtés, on aurait tous combattu à tes côtés !

Elle se tourne vers les autres mercenaires présents et ils approuvent tous, énergiques, montrant qu’ils sont prêts à se battre à ses côtés, comme ils l’ont déjà fait une bonne dizaine de fois chacun. Tout le monde sauf un, Ennori, un gars qui reste tout seul dans le noir, l’air nostalgique, un peu perdu, sombre.

LE TAVERNIER
(remarquant que Dami Zan observe Ennori, pensif)
T’occupes pas d’Ennori, il a un peu trop bu…

DAMI ZAN
Un autre verre de jus, s’il te plait.

Le tavernier s’exécute à nouveau, intrigué, attendant la suite. Un long silence suit, le guerrier semble repenser à son long combat et à combien il a souffert. Sa présence, même assise, émane d’intensité…

DAMI ZAN
J’ai traversé l’enfer, le pire des enfers. J’ai décidé de le traverser seul, orgueilleux, têtu… honteux, et je l’ai amèrement regretté ! J’ai failli y laisser ma peau, j’ai eu l’impression de mourir cent fois par jour ! Mais, je suis allé au fond de moi, j’ai puisé dans mes réserves d’humanité, dans mes forces insoupçonnées, j’ai brandi l’épée, celle de mes ancêtres, et criant d’une rage de vivre et d’amour sans précédant (il se lève, énergique, intense), je lui ai coupé la tête, je L’AI VAINCUE !

KOA
Qui ?

DAMI ZAN
La dépression.

Les autres le regardent confus pendant qu’il se dirige vers le solitaire, Ennori, avec son nouveau verre de jus de fruits. Koa est le seule qui a compris et elle lui sourit. Dami Zan s’assoit à côté d’Ennori et lui tend le breuvage. Le solitaire lève un peu la tête, interpellé. L’épuisement se lit sur son visage.

DAMI ZAN
Ennori, tu n’as pas à combattre tout seul.

ENNORI
Sa tête finit par repousser, la bête est coriace.

DAMI ZAN
Je sais, je l’ai vaincue cent fois par jour pendant un an et je n’ai pas l’intention d’arrêter de me battre.

ENNORI
Tu n’es pas… épuisé ?

Le guerrier lui sourit.

DAMI ZAN
Je suis parmi vous, c’est ma victoire d’aujourd’hui… ça et le fait que cette calamité ne s’est pas montrée et qu’elle ne viendra peut-être pas plus demain. Ne perds pas espoir Ennori, continue de te battre !

Ennori reste silencieux, hésitant.

DAMI ZAN
Raconte-nous ton histoire…

Son regard, plongé sur Ennori, est excessivement profond. Il a les yeux d’un guerrier qui en a traversé des vertes et des pas mûrs et qui est de retour encore plus fort et mâture qu’avant tous ses combats.

DAMI ZAN
… on l’affrontera avec toi.

Les hommes et femmes de la taverne s’observent, puis, ces mercenaires de longues dates, cette bande d’indomptables durs à cuir, dégainent leurs armes et entourent Ennori, prêts à l’aider dans son périple, à affronter cet effroyable fléau avec lui. Ennori sourit, pleurant un peu, ému par leur présence.

LE TAVERNIER
(derrière son comptoir, les observant avec fierté)
Et c’est ainsi que le guerrier triompha d’une autre bataille…

FIN