Mathias l'Écarlate, le superhéros légendaire

Superhéros sanguin, pourvu d’un courage et d’une fougue démesurée, Mathias l’Écarlate ne sous-estime jamais l’impact d’une bonne blague. À l’aise avec les mots autant qu’avec ses poings et ses pouvoirs extraordinaires, habitué aux situations extrêmes, sa confiance lui permet de ramener un peu de bonheur au coeur de n’importe quelle tempête. N’est-ce pas là la principale différence entre un héros et un superhéros, l’espoir qu’il sait faire revivre, même quand tout semble perdu ?

Malgré toutes les choses horribles qu’il a pu voir, Mathias refuse de plonger dans le malheur, se faisant le pilier solide et droit d’un monde qui en a bien besoin. Pourtant, il n’a rien d’un superhéros ordinaire, affligé d’une profonde malédiction, ses pouvoirs provenant en fait d’une « bête » enfermée à l’intérieur de lui. Les rumeurs sont nombreuses à ce sujet, certaines parlant d’un démon, d’autres d’un dragon, d’une créature mythologie ou carrément, d’une double personnalité.

Le superhéros reste silencieux en rapport à ce sujet, préférant s’en tenir à spécifier qu’il sait contrôler ce mal qui l’habite.

Seul son pire ennemi, le Scénariste, connait la vérité. Cet excentrique personnage peut modeler la réalité et les souvenirs comme bon lui semble, ce qui l’amuse énormément, fanatique de « bons » divertissements ! Parfois, certains proches de Mathias en viennent même à penser que ce supervilain aurait pu inventer cette histoire de malédiction de toutes pièces pour miner le superhéros à petit feu en brisant sa confiance, le plongeant dans une sourde culpabilité, une certaine solitude.

Mais l’Écarlate est catégorique, les pouvoirs du Scénariste sont sans effet sur lui, et ce, justement grâce à cette « bête » qui sommeille en lui. Ennemis de longue date, les deux hommes semblent avoir bien des secrets en commun…

Malheureusement, la vérité restera au stade de théories puisque son créateur, le bédéiste Verzel, a disparu avant de pouvoir achever son œuvre, emportant le mystère avec lui… Il en suscita même un nouveau, écrivant rapidement un texto à sa femme avant de ne plus jamais lui donner de nouvelles, s’évaporant dans la nature sans laisser la moindre trace.

« Il existe ! »

Depuis ce jour, sa femme reste convaincue que le Scénariste n’a pas voulu que Verzel termine son oeuvre…