Un peu d'humanité, épisode pilote !

Écrit en 2011, ce scénario de websérie n’est pas directement lié à l’univers de Folio Mentol, le récit se basant plutôt dans le nôtre. Cependant, lorsque j’ai créé Thomas, Jade et Mathis, ce n’était pas sans penser à Dami, Nara et Folio Mentol. Voilà pourquoi je le propose aujourd’hui, en espérant que vous aimerez chercher chacune des ressemblances entre les personnages et ceux qui les ont inspirés !

Lecture directe :

EXT. FORÊT, RIVIÈRE – JOUR, ENSOLEILLÉ

Une magnifique rivière coule doucement au milieu d’une forêt.

THOMAS (voix hors champ)
La technologie.
(pause)
Je passe la majorité de mon temps devant des écrans : celui de l’ordinateur, du cellulaire, de la télévision… C’est vraiment ça, « être humain » ? J’ai Internet depuis mes quatorze ans et je me souviens d’avant, de mon dynamisme, de mes jeux avec mes amis, de notre imaginaire, de nous, constamment en mouvement, loin de la solitude causée par l’abus de ces écrans, par l’abus de la technologie.
(pause)
Si ce paysage est celui de mon enfance…

***

INT. CHAMBRE DE THOMAS – JOUR, ENSOLEILLÉ

Pensif, THOMAS regarde la vidéo du paysage sur son écran, puis l’éteint.

THOMAS (voix hors champ)
… celui-ci résume mon présent.

Ensuite, il débranche l’ordinateur au complet pour le prendre d’une main et saisir l’écran de l’autre, sortir de sa chambre et apporter le tout sur le bord de la porte d’entrée. Sa colocataire, JADE, l’observe d’un air sceptique, soudainement plus nerveuse. Elle est au cellulaire avec MAXIME, son chum.

JADE
(à son chum, amoureusement)
Deux secondes babe…
(à Thomas, sur la défensive)
C’est quoi, tu déménages enfin, t’en as marre de moi ?

THOMAS
(en retournant dans sa chambre)
Toi et moi, on sort ce soir !

JADE
(le suivant dans sa chambre)
Dans tes rêves, on ira nulle part ensemble !
(à Max)
Je vais devoir te rappeler, je crois que mon coloc est en pleine crise identitaire !
(pause)
Oui, une autre… Je t’aime, je te rappelle !
(après avoir raccroché, s’adressant à nouveau à Thomas)
Qu’est-ce que tu fais ?

Thomas saisit le clavier, la souris et une boîte à outils pour ensuite retourner à la porte d’entrée. Jade le suit avec une incompréhension grandissante. Thomas prend un tournevis et dévisse le boîtier de l’ordi.

THOMAS
Je reprends ma vie en main.

JADE
Thomas, on ne reviendra jamais ensemble !

THOMAS
Je te rassure, ce n’est pas dans mes plans !

JADE
Mais, tu « reprends ta vie en main » tout en me proposant de « sortir » ?

THOMAS
Tu es ma meilleure amie, oui ou non ?

JADE
Oui… quand j’oublie que tu as été un chum exécrable et que j’ai envie de te battre !

Silencieux et concentré, Thomas enlève le boîtier de l’ordinateur.

JADE
Est-ce que tu vas finir par m’expliquer ou je perds mon temps à poiroter devant toi ?

THOMAS
Étape numéro un, me débarrasser de mon ordinateur… refermer la boîte de Pandore !

JADE
(troublée)
Tu es sérieux ?

THOMAS
Oui et puisque tu en rêves depuis sept ans, tu vas m’aider !

JADE
(soudainement coopérative)
Je vais chercher ma batte de baseball.

Thomas enlève le disque dur et l’observe, nostalgique, triste.

THOMAS
Ma vie prisonnière d’une petite boîte…

Jade revient avec la batte de baseball d’une main et son cellulaire de l’autre, parlant à Maxime.

JADE
(à Maxime)
Il a décidé de se débarrasser de son ordinateur, tu ne voudrais pas faire la même chose avec ta Xbox ?
(pause)
Je blague babe, je sais que tu ne peux pas vivre sans…

Ses lèvres continuent de bouger, mais Thomas n’entend plus ce qu’elle dit, concentré sur le cellulaire de celle-ci. Il sort le sien d’une de ses poches, prend délicatement la batte de baseball des mains de Jade, dépose le cellulaire par terre et soudainement, le frappe de toutes ses forces, sans aucune retenue.

Jade sursaute et s’arrête soudainement de parler à Maxime.

JADE
T’ES DEVENU FOU ?

THOMAS
(pensif)
C’est vrai que j’en avais encore de besoin… Est-ce que je peux t’emprunter le tien ?

JADE
Pour que tu l’exploses lui aussi ?

THOMAS
Je te promets de m’en tenir à un seul meurtre, du moins, pour aujourd’hui !

JADE
C’est ton ordinateur que tu devais frapper, pas ton innocent petit cellulaire, il ne t’avait rien fait !

THOMAS
C’est relatif…

JADE
Meurtrier, tu aurais pu me le donner au moins, j’en aurais pris soin !

THOMAS
Je te donne ma télévision si tu me prêtes ton cellulaire.

JADE
Ta vieille ou « ta nouvelle HD de 52 pouces avec navigation Internet intégrée » ?

THOMAS
Les deux.

Jade lève à nouveau son cellulaire à son oreille, énervée.

JADE
Mon coloc délire complètement et je vais en profiter pour avoir une nouvelle télé ! Je t’aime, je te rappelle ce soir ! Oh, et, pour ma fête, je veux un lecteur Blu-Ray ou une PlayStation 3, bye !

Elle raccroche sans laisser le temps à son chum de répondre et tend son cellulaire vers Thomas.

JADE
Sache que c’est un contrat légal et qu’il n’y a pas de retour en arrière possible !

THOMAS
(prenant le cellulaire)
Merci !

Il compose un numéro pendant que Jade court dans le salon faire un câlin à sa nouvelle télévision.

JADE (voix hors champ)
ELLE EST À MOI, LALALALALALA !

THOMAS
(parlant dans le cellulaire)
Salut Sébastien, tu as deux minutes ?

***

INT. BUREAU DE SÉBASTIEN – JOUR, ENSOLEILLÉ

Derrière son bureau de travail, SÉBASTIEN est soudainement plus concentré, à l’écoute.

SÉBASTIEN
Tu as pris ta décision ?

***

INT. ENTRÉE DE THOMAS ET JADE – JOUR, ENSOLEILLÉ

THOMAS
Oui ! Je suis désolé, mais je n’en peux plus de passer mes journées assis devant un écran.

***

INT. BUREAU DE SÉBASTIEN – JOUR, ENSOLEILLÉ

SÉBASTIEN
(regardant sa plante en plastique, pensif, cherchant ses mots un moment avant de parler)
Tu seras toujours le bienvenu dans l’équipe…

***

INT. ENTRÉE DE THOMAS ET JADE – JOUR, ENSOLEILLÉ

JADE (voix hors champ)
QUOI ?

Jade reprend rapidement son cellulaire.

JADE
Ne l’écoute pas Sébastien, il divague, il va te rappeler plus tard !
(raccroche et dévisage Thomas)
Tu vas le payer comment le loyer ?

THOMAS
Je vais trouver un autre travail, « in real life ».

JADE
Commis dans une épicerie ? Tu as un don pour la programmation, Sébastien et toi étiez à deux doigts d’avoir un gros contrat, tu étais à deux doigts de gagner cinq fois plus d’argents que moi !

THOMAS
Voilà quelques secondes, tu étais contente que je me débarrasse de mon ordinateur !

JADE
(ironique et colérique, parlant de plus en plus rapidement)
Oh, désolé monsieur Desmarais, je n’avais pas fait le lien avec ton travail, momentanément aveuglée par ma haine puisque tout au long de notre pseudo couple, tu as passé ton temps devant cet écran à bombarder une dizaine de forums et de réseaux sociaux, à encore et toujours travailler sur des projets supposément « urgents » et à aider dix millions de personnes pour tout et n’importe quoi pendant que moi, j’attendais que tu daignes ENFIN M’ACCORDER UN PEU D’ATTENTION !

THOMAS
(en lui tendant la batte de baseball tout en poussant l’ordinateur vers elle)
Je pensais le donner, mais si tu veux, je vous laisse quelques minutes en tête à tête…

JADE
Tu crois que je vais rester planté là à te regarder détruire ce qui te reste de vie ?
(en pointant l’ordinateur, parlant très vite, autoritaire)
Tu vas le remonter, le remettre à sa place et tant que tu n’auras pas trouvé un nouveau job, tu vas continuer de programmer – et de te faire chier – avec Sébastien ! J’ai pas envie que tu crèves de faim !

THOMAS
Je pense retourner aux études, mais avant, je dois réfléchir et ce n’est pas en restant dans le même quotidien terne que je vais réussir ! DONC, je réitère ma question, chère Jade, que fais-tu ce soir ?

JADE
Je profite de ma nouvelle télévision.

Léger silence entre les deux amis.

JADE
Tu veux sortir où ?

THOMAS
J’ai prévu marcher en ville et proposer mon aide bénévolement, comme ça, à n’importe qui.

JADE
Les délires de Thomas, tome 894.

THOMAS
J’aidais des gens à gauche et à droite sur Internet, pourquoi je ne ferais pas la même chose en ville ?

JADE
Si c’est une vraie question, mes réponses risquent de te détruire à tout jamais !

THOMAS
Tu n’as pas envie d’une vie un peu plus… humaine, des fois ?

JADE
Oui, mais les gens sont craintifs, individualistes, débordés… ils n’ont pas le temps d’être aidé !

THOMAS
Je veux les sortir de leur quotidien virtuel.

JADE
Tu vas leur faire peur ! De toute façon, avant de vouloir sauver les autres, tu ferais mieux de t’occuper de ta vie monsieur « je vois le soleil deux fois par année » ! Tu es en froid avec ton père ; côté amour, depuis moi, c’est mort ; tu n’as pas revu Noah depuis des siècles ; tes cheveux sont atroces, tu…

Thomas l’écoute de moins en moins, il sait déjà tout cela et son regard se fait de plus en plus fuyant.
THOMAS (voix hors champ)
Noah…

***

EXT. COURS D’ÉCOLE – JOUR, NUAGEUX

Des enfants jouent au soccer, dont un qui ressemble beaucoup à Thomas.

Le jeune Thomas s’arrête de jouer en voyant deux brutes de sixième année enquiquiner une fille de première ; ils se lancent le chapeau de celle-ci à tour de rôle sans vouloir lui remettre.

THOMAS
Je reviens !

Un autre garçon décide de le suivre, c’est NOAH, son meilleur ami.

NOAH
Thomas, qu’est-ce que tu fais ?

THOMAS
Je vais récupérer son chapeau !

NOAH
Tu la connais ?

THOMAS
Non !

NOAH
Tu vas te battre ?

THOMAS
Peut-être !

NOAH
(souriant, adorant se battre)
Je te suis !

***

INT. ENTRÉE DE THOMAS ET JADE- JOUR, ENSOLEILLÉE

JADE
(parlant excessivement vite, les nerfs à vif)
… et là, tu veux parler à plein d’inconnus ? Tu vas t’y prendre comment ? Tu vas leur dire quoi ?

THOMAS
Jade, je sais ce que je fais.

JADE
Désolé si ton comportement relativement très soudain m’inquiète un peu !

Thomas met ses souliers et se prépare à partir.

THOMAS
Bref, est-ce que tu m’accompagnes ou tu restes ici ?

Jade réfléchit.

***

EXT. COURS D’ÉCOLE – JOUR, NUAGEUX

Ce passage est silencieux. Le jeune Thomas, avec quelques blessures mineures, regarde la jeune fille qui remet son chapeau. Celle-ci lui sourit. L’objectif est sur eux tandis qu’à l’arrière, les deux brutes s’en vont pendant que Noah leur fait des signes de provocation, fier d’avoir triomphé. Thomas est concentré sur le sourire de la jeune fille, comme s’il en était étourdi, comme si le monde extérieur n’existait plus.

Les sons reviennent soudainement.

LA JEUNE FILLE
Merci.

THOMAS (voix hors champ)
Elle est restée une inconnue, mais, l’espace d’un instant, j’ai compté dans sa vie.

***

EXT. CENTRE-VILLE – TOMBÉE DU JOUR

Jade et Thomas marchent sur le trottoir.

THOMAS
Merci d’être venue, tu vas pouvoir assister à mon humiliation !

JADE
Qu’est-ce que je ne ferais pas pour toi ?

THOMAS
(blaguant)
M’accorder une seconde chance ?

JADE
Rêve toujours, Maxime est plus grand que toi !

THOMAS
Je te rassure, je ne suis qu’heureux de mon célibat !

JADE
Au lieu de mentir, je propose d’aborder une première personne !

THOMAS
Pourquoi pas !

Il se dirige vers une dame d’une quarantaine d’années qui promène son chien en lisant le journal. Jade le suit, bouche bée, surprise qu’il soit parti aussi rapidement pour parler à une première personne.

THOMAS
Excusez-moi madame, auriez-vous une minute à nous accorder ?

LA DAME
(incertaine)
Oui ?

THOMAS
Pour prouver qu’il est encore possible de s’adresser directement aux inconnus, sans moyen de communication alternatif, mon amie et moi offrons notre aide bénévolement pour la soirée !

JADE
Auriez-vous besoin de quelque chose ?

LA DAME
(mal à l’aise, mais polie)
Non merci…

Elle s’en va et Jade se retient pour ne pas rire.

JADE
Il faut définitivement que tu travailles ton introduction !

THOMAS
Je t’en pris, maître absolu de la communication, prodigue-moi tes conseils !

JADE
Il faut que tu les mettes en confiance, avec une poignée de main par exemple ! Là, tu as l’air d’un vendeur de je-ne-sais-quoi de louche ! Ils doivent ressentir tes bonnes intentions, pas ton stress…

THOMAS
L’ours sort à peine de son hibernation, ne lui en demande pas trop !

JADE
Ta méthode craint, laisse-moi faire…

Elle monte sur un banc et se tient debout sur celui-ci.

JADE
(parlant très fort, ce qui attire l’attention de quelques passants)
Bonsoir tout le monde ! Dans le cadre d’un travail de recherche pour l’Université, mon ami et moi offrons notre aide gratuitement pour la soirée ! Si vous avez besoin de parler, de conseils, d’apprendre à cuisiner, à coudre, à dessiner, de déplacer des meubles… nous sommes là ! Vous pouvez venir nous voir ou, si vous êtes gênés, nous texter au 555 543 7642 ! Merci et au plaisir de vous connaître !

Elle redescend et Thomas, souriant au public, lui chuchote à l’oreille.

THOMAS
Le but est de communiquer sans utiliser la « technologie », pas de la valoriser encore plus…

JADE
Tu veux aider des gens, oui ou non ?

THOMAS
Oui, mais pas comme ça !

JADE
(montant le ton, ne se préoccupant du public)
Je connais le refrain, c’est jamais correct ce que je fais, selon monsieur « je-sais-tout » !

THOMAS
Jade…

JADE
Monsieur je rêve toujours d’ailleurs, jamais capable de se satisfaire de ce qu’il a !

THOMAS
Jade, nous sommes en public…

JADE
Au moins, avec Max, j’ai l’impression d’être aimé et de pouvoir le rendre heureux !

THOMAS
Je t’aimais !

JADE
C’EST NORMAL D’UTILISER LA TECHNOLOGIE EN 2011 !

Son cellulaire fait un bruit et elle se calme pour le prendre et lire le texto, en silence.

JADE
(après l’avoir lu une fois pour elle, elle le lit tout haut à Thomas)
Si vous êtes sérieux, rejoignez-moi au fond de la ruelle à votre droite. Dépêchez-vous !

THOMAS
Un rendez-vous dans une ruelle…

JADE
C’est louche.

THOMAS
Très louche…

JADE
(incertaine, après un long soupir)
Dans quoi je me suis encore embarquée ?

***

EXT. RUELLE MAL ÉCLAIRÉE – TOMBÉE DU JOUR

Un jeune adolescent, MATHIS, est assis, adossé au mur. Il ferme son cell et sourit, l’air malicieux.

FIN DE L’ÉPISODE 1