Kalamandra, lorsqu'elle avait dix ans

Kalamandra a toujours été considérée comme la fille « spéciale » de l’école, quelques fois de manière positive, la plupart du temps par pure moquerie. Comme a déjà mentionné monsieur Chevalier, directeur de l’école, pour expliquer la situation aux parents de la jeune surdouée  : « Autant ses talents et sa beauté intriguent les autres élèves, autant elle les rebute avec certaines de ses excentricités. »

À vrai dire, Kalamandra s’intéresse à tout ce qui est hors-norme ou mystérieux, comme la magie, la danse méditative, la musique de la nature, les différentes mythologies, les anges, les démons et l’histoire des peuples disparus voilà bien longtemps. Mais là n’est pas ce que retiennent le plus les autres enfants de son âge ; son habillement très bohème et sa manière de remettre en questions les réflexions d’autrui, surtout celles des brutes de l’école, suscitent souvent un certain mépris.

Kalamandra, surnommée « la sorcière » par les uns, « la folle » par les autres, reste tout de même la fille dont la plupart des garçons sont secrètement amoureux. Ses yeux bleus d’une profondeur inouïe donnent l’impression qu’elle peut tout comprendre et sa rousseur impressionne et suscite bien des questions : cette couleur rouge feu peut-elle réellement être naturelle ? Aux étrangetés s’ajoutent ses performances relevant de l’ingéniosité en gymnastique, en théâtre, en musique, en langue et en arts plastiques. Seules les matières moins intuitives et demandant davantage de logique lui posent problème, telles les mathématiques, Kalamandra n’aimant pas du tous les chiffres.

À dix ans, déjà promise à un brillant avenir, elle sait qu’elle quittera l’école publique bientôt ; son inscription à l’école de cirque ne serait tarder, ses proches n’attendant que son feu vert. Une seule chose la retient encore dans sa petite ville bien grise, Enrico Toupin le superhéros, Jacob Jackare le géant et tous les autres « bizarres » qu’elle aimerait bien apprendre à connaître. L’école privée saura bien attendre un peu, des mystères bien vivants l’entourent et devenir amis avec ceux-ci lui paraît bien plus important que n’importe quel autre apprentissage ou carrière potentielle.

Kalamandra, colorée, dynamique, s’affirmera, fière de ses particularités et de sa personnalité, pour que tous les autres élèves en face autant. Peu importe les surnoms méchants, les insultes ou même les coups, elle gardera toujours la tête haute et les cheveux frisés, prête pour un nouveau défi…