Folio Mentol en 2016

Premièrement, bonne année à toutes et à tous ! Je vous souhaite de prendre soin de vous et de faire des efforts en prenant le temps qu’il faut pour accomplir votre petit bonheur de chemin. Ouin, je sais, je suis vraiment mauvais pour les souhaits du Nouvel An… D’habitude, je délègue à mon ours en peluche.

CHARLO
Je vous souhaite BEAUCOUP DE TARTES ET DE CÂLINS !

Bref. Je me rends compte que pour la première fois en vingt ans, je n’utilise pas le premier janvier pour élaborer ma liste suprême et castratrice de tâches de l’année. Au lieu, j’ai décidé de prendre soin de moi. Je me contenterai tout d’abord de publier les versions définitives de mes textes de jadis, à commencer par cette série dont je ne cesse de parler depuis plus de quinze ans : Folio Mentol.

Continuer la lecture de « Folio Mentol en 2016 »

Une histoire de casquette

Maintenant que mes yeux vont mieux (on se rappelle qu’ils étaient devenus hypersensibles à la lumière), j’ai envie d’organiser un événement pour brûler ma casquette. Bang ! Plus jamais de casquette ! ADIIIIIEU !!! C’est dingue la différence de regards que je reçois entre le port et l’absence de casquette. En fait, j’étais invisible. Et je me suis presque habitué à l’être.

Exemple anodin. À l’Université, j’ai mangé une salade aux oignons en me disant : « Pas grave, je n’ai aucun rendez-vous, je ne parlerai à personne avant de rentrer chez moi ! Mouhaha ! » Grossière erreur ! Ne portant plus de casquette, les inconnus recommencent soudainement à me parler… J’ai passé l’après-midi à jaser à droite et à gauche avec du monde.

Cela signifie également que ma motivation à tourner des vidéos revient… Mine de rien, je n’ai tourné qu’une seule vidéo en 2015. Moi qui en tournais environ 250 par année, minimum… Éclairer une scène de tournage comme il faut quand on est hypersensible à la lumière, ce n’était pas fameux. Au moins, la pause d’un an a fait du bien. Mes prochains projets seront complètement à l’opposé de ce que j’ai fait ces dernières années et en même temps, complémentaire. Ce qui ne m’empêchera pas de regoûter à l’absurde de temps en temps. Mine de rien, ça défoule !

Bref, je ne brûlerai pas ma casquette, parce qu’on ne sait jamais… Mais symboliquement, elle vient de cramer et j’en suis fort heureux. Ce fut des années de pseudos noirceurs à ne pas pouvoir faire grand chose… Là, c’est le temps de bouger.

Ouin, faut vraiment que je recommence à écrire sur mon blogue au lieu d’harceler les gens sur les réseaux sociaux…

Boris est Charlie.

Charlie Hebdo est à l’origine de la caricature qui m’a le plus touché, et amusé. Mon personnage Boris Von Oris, né pour caricaturer la société, et la critiquer avec humour, ne pouvait se taire face à ce qui s’est passé… Ça a été difficile à écrire, comme c’est difficile d’accepter ce qui s’est passé.

Bref, pour arrêter d’enrager derrière mon écran, j’ai décidé d’écrire.

Continuer la lecture de « Boris est Charlie. »

Folio Mentol la première série, bonus #1 de l’épisode 8

La scène d’après-fin :

HAKO
(apparaît dans un lieu coloré et un peu trop bien éclairé)
Heu…

SIRANO
Bienvenue au paradis. Je t’annonce que tu es mort, et ce malgré que, comme tu peux le constater, tu possèdes encore un corps. Un corps sous-entraîné, flasque, gras et pourri par une nourriture de bien piètre qualité, mais un corps quand même. Je t’épargne le processus de physique quantique, mais en résumé, pour t’éviter le néant d’une prison d’âmes, nous avons usé du peu de pouvoir qu’il nous reste pour maintenir ton âme en place dans un nouveau corps – ne le gaspille pas s’il te plait. Ensuite, l’au-delà est gouverné par mon père et je suis Sirano, son seul fils qui ne l’a pas abandonné parce que c’est le plus mauvais dieu de l’univers. Bref, malheureusement pour lui, je suis tout ce qui lui reste… Et c’est une bonne chose que tu sois mort parce que nous aurons besoin de tes services, Hako Laporte.

Il lui tend la main.

Continuer la lecture de « Folio Mentol la première série, bonus #1 de l’épisode 8 »